Duel sans lendemain entre Papineauville et Embrun

L'émotion risque d'être à son comble demain soir lorsque les Vikings de... (Archives LeDroit)

Agrandir

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'émotion risque d'être à son comble demain soir lorsque les Vikings de Papineauville fouleront la glace de l'aréna d'Embrun pour y affronter les Panthères lors du septième et ultime match de la série finale de la Ligue de hockey junior de la Capitale nationale (LHJCN).

Les Vikings, qui en sont à une première présence en finale depuis leur arrivée dans la LHJCN, il y a cinq ans, tenaient leurs adversaires acculés au pied du mur avec une confortable avance de 3 à 1, il y a de ça à peine une semaine.

Mais voilà que la formation d'Embrun, qui a soulevé le Trophée John A. Cameron cinq fois au cours des six dernières saisons, a remporté les deux dernières rencontres pour ramener les deux équipes à la case départ. Les partisans ont alors pu reconnaître ces mêmes Panthères qui ont terminé au premier rang du classement général du circuit avant de balayer les Prédateurs de La Pêche et les Bandits de Cumberland lors des deux premières rondes.

«On savait que rien n'était fini. S'il y avait une équipe qui était capable de revenir, c'est bien Embrun. C'est l'indiscipline qui nous a fait mal lors des deux derniers matches. On va devoir corriger ça», souligne l'entraîneur-chef des Vikings, Yann Neveu, à propos de cette opportunité ratée de mettre le clou dans le cercueil de la troupe de l'Est ontarien.

Les deux équipes ont donc rendez-vous demain soir, à 20h30, pour l'ultime face-à-face au sommet. Et ce ne sont certainement pas les sources de motivation qui manqueront dans les deux vestiaires, quelques minutes avant que la rondelle soit mise en jeu.

Papineauville aimerait bien mettre un frein à la «dynastie» des Panthères. «C'est une source motivation de se dire qu'on joue contre les champions en titre. Ça fait longtemps qu'ils se retrouvent en finale et on veut les déclasser. À un moment donné, ce serait le fun que la coupe passe au Québec», lance M. Neveu.

L'avantage de la glace

Le gérant-entraîneur des Panthères, Jay Campbell, espère pour sa part que le village d'Embrun viendra soutenir son équipe. Le fameux «sixième joueur» pourrait être un facteur déterminant dans l'issue de cette série.

«Il y avait environ 350 personnes au match numéro cinq chez nous. On s'attend à ce que l'aréna soit paqueté au maximum mercredi pour nos joueurs», lance celui qui aimerait écrire un autre chapitre de la domination de ses Panthères au niveau Junior C.

À domicile ou pas, l'entraîneur des Vikings, Yann Neveu, rappelle de son côté que sa troupe a remporté trois des cinq parties disputées sur la patinoire d'Embrun cette année, saison régulière et séries éliminatoires combinées. «Ils ont le momentum avec leurs deux dernières victoires, mais c'est un match numéro sept. N'importe quoi peut se passer», note-t-il.

Dans le camp des Panthères, la recette du succès passera par la défensive. Selon Jay Campbell, une sixième coupe en sept ans n'est certainement pas impossible. «Les Vikings sont très forts offensivement et talentueux. On va devoir suivre le plan de match, être discipliné défensivement et limiter leurs chances.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer