Duel «injuste»

L'entraîneur-chef de l'Armada Joël Bouchard a conduit l'équipe... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'Armada Joël Bouchard a conduit l'équipe à une fiche de 41-18-9, surpassant les attentes des observateurs de la LHJMQ.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans sa très jeune histoire de quatre ans, l'Armada de Blainville-Boisbriand n'a jamais été éliminée en première ronde des séries éliminatoires.

À ses débuts, en 2012, elle avait d'ailleurs balayé les Olympiques 4-0 au premier tour dans un duel entre les équipes de troisième et 14e positions comme c'est le cas ce printemps. En 2013 et 2014, la «flotte» a atteint le carré d'as avant de se buter au Drakkar de Baie-Comeau.

Après avoir pris le relais de Jean-François Houle derrière le banc de l'Armada, Joël Bouchard a conduit l'équipe à une fiche de 41-18-9, surpassant nettement les attentes des observateurs de la LHJMQ. L'ancien défenseur de la LNH est bien au courant qu'il n'affrontera pas une équipe typique de 14e place demain, mais il n'était nullement intimidé par la fin de saison spectaculaire des Olympiques.

«La ligue nous a dit qu'on devait jouer contre Gatineau. C'est comme ça que le classement fonctionne. On sait qu'on va affronter une bonne équipe au premier tour, mais vous savez, nous avons aussi gagné beaucoup de matches pour aboutir où nous sommes.»

Un club qui termine au troisième rang d'une ligue mériterait sûrement un meilleur sort que d'amorcer ses séries contre un club qui n'a pas vraiment sa place en 14e place, mais comme le disait Joël Bouchard hier, «c'est la beauté du sport et ce sont les partisans qui vont en bénéficier.»

«Nous savons que Gatineau est meilleure que leur fiche. Nous allons jouer à notre façon, celle qui nous a permis d'avoir du succès. Nous gardons les deux pieds sur terre. Collectivement, nous avons eu une très bonne saison. Nos succès ne sont pas l'affaire d'un seul joueur ou d'un seul élément.»

L'Armada s'est permis de reposer certains de ses éléments clés en fin de calendrier. «Pour certains, c'était du repos. Pour d'autres, c'était pour guérir des bobos. À nos deux derniers matches, nous avons joué sans cinq et huit joueurs. Le but était de donner du millage à nos jeunes. Ils ont bien répondu. Tout le monde est en santé maintenant. Nous sommes prêts.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer