Châteauguay livre deux autres cadeaux à la LHJMQ

Maxime Comtois et Antoine Morand sont les meilleurs... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Maxime Comtois et Antoine Morand sont les meilleurs compteurs des Grenadiers de Châteauguay - et comptent parmi les meilleurs espoirs de la LHJMQ.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire ne dit pas s'il y a de la potion magique dans d'eau de Châteauguay, mais pour une deuxième saison consécutive, l'équipe midget AAA de cette banlieue montréalaise est en voie de livrer les meilleurs attaquants de la province à la LHJMQ.

L'été dernier, Pascal Laberge a été le premier attaquant réclamé au repêchage du circuit Courteau par les Olympiques de Gatineau. Classé meilleur espoir par le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, Laberge est finalement sorti au deuxième rang parce que les Sea Dogs de Saint-Jean avaient ciblé un défenseur avec leur premier choix.

Cette année, ce n'est pas un, mais bien deux attaquants des Grenadiers de Châteauguay qui arrivent en tête de la liste des recruteurs du meilleur circuit junior de l'est du Canada.

Du haut de ses 6' 1'', Maxime Comtois est actuellement considéré comme le meilleur joueur de 15 ans au Québec. Son coéquipier Antoine Morand pointe au deuxième rang. Malgré leur âge, ils sont les deux meilleurs compteurs des champions en titre de la Coupe Jimmy-Ferrari.

Derrière le banc, Steve Hartley est aux premières loges pour apprécier le talent de ces deux joueurs exceptionnels. Après avoir passé les trois dernières saisons à titre d'adjoint à Dominique Ducharme chez les Mooseheads d'Halifax, le fils de Bob Hartley s'y connaît en matière de joueurs d'exception. À Halifax, il a été témoin privilégié des exploits de Nathan MacKinnon et Jonathan Drouin. À sa première saison comme entraîneur-chef à Châteauguay, le Franco-Ontarien natif d'Hawkesbury continue de diriger des perles rares.

«MacKinnon, Drouin, Comtois, Morand. Ce sont des talents rares. Comtois et Morand sont des joueurs différents. Comtois se sert de sa taille et de sa force pour se planter les pieds devant le filet et compter des buts. Morand est plus petit (5' 9''), mais il a du chien. Tout ce qu'il fait, il le fait bien. Il a beaucoup de vitesse, de bonnes mains, une excellente vision du jeu.»

Steve Hartley ne veut pas trop se lancer dans le jeu des comparaisons, mais c'est plus fort que lui. «Morand n'a pas les mêmes habiletés que Drouin, mais c'est le joueur qui me fait le plus penser à lui. Ensemble, Comtois et Morand me font penser au duo MacKinnon et Drouin. Comtois, c'est MacKinnon avec sa force et de la vitesse. Morand, c'est Drouin avec ses mains agiles et sa fabrication de jeu.»

Avant d'amorcer le Challenge Reebok à Gatineau cette semaine, Morand menait les Grenadiers avec 40 points en 29 parties. Comtois le suivait avec 37 points en 28 matches. Les deux joueurs ont beau être des attaquants extrêmement doués, il reste qu'ils ont failli jouer à d'autres positions.

Morand, par exemple, vient d'une famille de gardiens. «Mes deux grands-pères sont des gardiens. Mon père et mon frère sont des gardiens. Le cousin de mon père est Manny Fernandez (ancien Stars, Wild et Bruins).»

L'attaquant de Mercier aurait pu suivre leurs traces. Il n'était pas intéressé. «Moi, j'aimais mieux compter contre eux! Dans les buts, tu ne peux pas être toujours intense. En attaque, je peux patiner comme un fou et donner un effort constant.»

Quant à Comtois, de Ste-Martine comme Pascal Laberge, il a joué ses deux premières saisons atome à la défense. «J'avais une bonne vision du jeu et je voulais essayer cette position. Finalement, j'aimais mieux aller au filet pour compter des buts. Peu de joueurs veulent se planter devant le filet. Parfois, je suis amoché à la fin des matches, mais je suis prêt à prendre des coups pour l'équipe.»

Maxime Comtois et Antoine Morand n'attendront pas très longtemps dans les gradins du Palais des sports de Sherbrooke avant d'être sélectionnés au prochain repêchage de la LHJMQ. D'ici là, une seule chose occupera leurs pensées: conserver la coupe Jimmy-Ferrari à Châteauguay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer