Anthony Brodeur réclamé par Drummondville

Le gardien Anthony Brodeur.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le gardien Anthony Brodeur.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

S'il y avait un point d'interrogation chez les Olympiques de Gatineau en début de saison, il se trouvait devant le filet. Anthony Brodeur pouvait-il prendre le poste de gardien numéro un à 19 ans? Est-ce que Gabriel Parent pouvait le mettre au défi? Le mois de novembre n'est pas encore terminé, mais Benoît Groulx a déjà répondu à ses interrogations.

Gabriel Parent a quitté l'équipe après un seul départ et Anthony Brodeur a été soumis au ballottage cette semaine, avant d'être réclamé par les Voltigeurs de Drummondville vendredi.

Le départ du fils de Martin Brodeur met donc fin au ménage à trois chez les Olympiques. Acquis des Tigres de Victoriaville le 5 novembre, le géant Brandon Whitney occupera maintenant toute la place devant la cage gatinoise alors que Nicolas Lachance lui servira d'adjoint.

L'entraîneur-chef et directeur général des Olympiques, Benoît Groulx, ne voulait pas laisser Brodeur moisir sur le banc ou dans les gradins à Gatineau. Il lui a donc offert de le soumettre au ballottage avant la prochaine période des transactions afin de lui permettre de se joindre à une autre équipe.

«D'autres équipes avaient démontré de l'intérêt pour lui. Avec l'arrivée de Whitney, nous étions ouverts à la possibilité de le laisser partir s'il le souhaitait. Il était temps de revenir à deux gardiens pour qu'ils aient chacun leur filet pendant les entraînements. Il peut y avoir des irritants dans un ménage à trois. Je m'en vais bientôt au Championnat du monde junior. Je ne voulais pas qu'ils soient pris à gérer une situation

problématique.»

Anthony Brodeur se joindra cependant à un autre ménage à trois chez les Voltigeurs. Ceux-ci comptent déjà deux vétérans gardiens de 19 ans dans leurs rangs, mais le directeur général drummondvillois ne pouvait laisser passer l'occasion quand il a vu le nom de Brodeur au ballottage.

«C'est un joueur capable de jouer dans la ligue. Nous l'avons pris. Nous avons maintenant trois bons gardiens dans notre organisation et nous allons gérer la situation à l'interne», a expliqué Dominic Ricard.

Retrouver sa confiance

Si Brodeur parvient à retrouver sa confiance perdue au cours des mois d'octobre et novembre, il pourrait permettre aux Voltigeurs de monnayer leur gardien numéro un, Louis-Philip Guindon.

Après une saison recrue intéressante à Gatineau, Anthony Brodeur avait bien commencé l'année avec les Olympiques à son retour du camp des Devils du New Jersey. Mais, il a eu de la difficulté à compléter ses matches à compter du mois d'octobre. Il avait une moyenne de 3,72 buts alloués par match et un pourcentage d'arrêt à ,876 cette saison.

Le jeune homme n'était pas satisfait de son jeu. Il aurait voulu se ressaisir à Gatineau, mais il aurait été difficile de le faire avec Whitney dans le décor.

«Je suis content qu'une équipe me fasse confiance. Ça n'a pas très bien été pour notre équipe et pour moi dans les derniers mois. Je sais cependant que je peux jouer dans cette ligue et même être un gardien numéro un. J'ai de la famille dans le coin de Drummondville. Je suis content de me retrouver là-bas.»

Brodeur convient qu'il aurait pu rester à Gatineau en acceptant un poste d'adjoint, mais sa carrière en aurait été affectée.

«C'est une grosse année pour moi qui tente d'avoir un contrat des Devils. Je n'aurais pas beaucoup joué derrière Whitney. J'aurais pu rester avec mes amis et avec l'organisation. C'est dur de partir. En même temps, le hockey est une business. Des fois, il faut faire ce qui est mieux pour notre carrière.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer