Les Knights sans pitié pour les 67's

Les joueurs des Knights célèbrent le but de... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Les joueurs des Knights célèbrent le but de Bo Horvat, en deuxième période.

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

Les chiffres ne mentent pas. Les Knights de London sont débarqués à Ottawa avec neuf joueurs repêchés par des équipes de la LNH. Les 67's n'en ont aucun. Pires encore, ils n'alignent qu'un seul joueur de 20 ans même si les équipes de la Ligue canadienne peuvent en compter trois.

Le résultat du match de jeudi à la Place Banque Scotia? Un carnage de 11-1 en faveur de la meilleure équipe de la Ligue de l'Ontario.

Chris Tierney et Max Domi, fils de Tie, ont inscrit un tour du chapeau chacun. Bo Horvat a ajouté deux buts et deux passes. Seth Griffith, Josh Anderson et Tyler Ferry ont été les autres marqueurs des Knights (36-8-3) qui ont été sans pitié pour les 67's (12-33-3). La seule réplique est venue de Brett Gustavsen.

Même avec une avance insurmontable, l'entraîneur-chef Dale Hunter a continué d'envoyer ses gros canons pendant les attaques massives.

À son premier arrêt en carrière dans sa région d'origine, le Franco-Ontarien Rémi Élie était sur la glace pour le premier but des Londoniens, mais il n'a pas participé au festival offensif. Considéré comme le 56e espoir nord-américain par le Centre de soutien au recrutement de la LNH, Élie ne s'est pas offusqué d'avoir été laissé sur le banc pendant les avantages numériques des siens.

«Notre avantage numérique n'allait pas bien dernièrement. Il fallait le pratiquer pour le remettre en marche. J'ai eu mes chances de marquer, car j'ai joué sur différents trios, mais ça n'a juste pas fonctionné», a raconté l'attaquant de 17 ans originaire de Green Valley.

Le résident de la rue Lefebvre aura eu plus de plaisir que son meilleur ami de la 5e concession, Mathieu Desautels. Le défenseur des 67's a pu trouver une source de consolation en ne terminant pas la soirée avec un différentiel négatif.

Comme tout allait mal pour les 67's, ils ont été victimes de trois buts en désavantage numérique. Desautels n'évolue pas en avantage numérique. Sa fiche défensive n'en a donc pas souffert. Les vainqueurs ont aussi compté quatre fois en avantage numérique.

«Ce n'est pas le résultat souhaité, j'ai quand même eu du plaisir. Ce n'est pas donné à tout le monde de pouvoir affronter son meilleur ami dans un match de la LHO. J'espérais toujours jouer contre Rémi. C'était motivant. Nous avons eu plusieurs présences sur la glace en même temps. J'ai dû le traiter comme un autre joueur.»

Pour Desautels, le massacre d'hier doit servir d'apprentissage. «Nous avons échangé nos meilleurs joueurs pendant la dernière période des transactions. Dans deux ans, les rôles pourraient changer. Comme les Knights cette année, nous devrions être des aspirants à la coupe Memorial.»

Retour du balancier

Pour Rémi Élie, l'éclatante victoire était un juste retour du balancier. Les Knights venaient de perdre trois matches de suite. «Nous avons profité de leurs difficultés en couverture de zone défensive pour marquer plusieurs buts. Je redoute quand même notre prochain match, car ça sera bien plus difficile», a dit celui qui a été interrogé par un dépisteur des Predators de Nashville immédiatement après le match.

Les Knights ont chassé le gardien Clint Windsor après cinq buts sur 17 tirs. Jacob Blair n'a pu freiner l'hémorragie en relève. Les 3414 spectateurs ont dû endurer un supplice pendant lequel ils ont vu les visiteurs dominer 45-20 dans les lancers au but.

C'est une sixième défaite de suite pour les 67's. «Ils nous ont humiliés dans notre propre édifice», s'est contenté de déclarer l'entraîneur-chef, Chris Byrne.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer