Régimbald et Dubé sont réalistes

Rock Régimbald se promet de jouer pour le... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Rock Régimbald se promet de jouer pour le plaisir, ce soir, contre les Voltigeurs à Drummondville.

Archives, LeDroit

Partager

Chaque équipe de la Ligue canadienne de hockey dispose de trois casiers réservés aux joueurs de 20 ans.

Depuis l'acquisition d'Étienne Boutet mardi, ils sont quatre chez les Olympiques. Pas besoin d'un comptable pour réaliser que les jours d'un de ces quatre joueurs sont comptés à Gatineau.

L'entraîneur-chef et directeur général Benoît Groulx a signalé qu'il n'avait pas à bouger immédiatement puisque Yannick Dubé est blessé et qu'il ne sera pas en mesure de jouer avant au moins une semaine.

Cependant, Rock Régimbald et Yannick Dubé sont réalistes. Tôt ou tard, ils croient que l'un d'eux devra partir. «Je ne suis pas très surpris de l'arrivée de Boutet. Nous avions besoin de renfort en défensive. Comme nous avons maintenant (Gabriel) Bourret et Boutet comme défenseurs de 20 ans, il serait facile de déduire que Yannick ou moi allons partir, mais je ne veux pas me faire d'idées préconçues. La meilleure chose à faire dans les circonstances, c'est de laisser aller les choses. En principe, je suis encore ici au moins jusqu'au retour au jeu de Yannick», a expliqué le Gatinois Rock Régimbald hier matin.

Évidemment, l'ancien de l'Intrépide se pose des questions. Il aurait aimé produire davantage offensivement, mais il a sacrifié son offensive pour se concentrer sur son jeu défensif cette saison. Quand il est appelé à évoluer avec une recrue ou même des défenseurs à l'aile, Régimbald dit sentir le besoin de les couvrir défensivement.

Là où il excelle, c'est au cercle des mises en jeu. Il écoule également de précieuses minutes en désavantage numérique. Ce sont les points qui ne viennent pas facilement.

Une approche différente

Régimbald se promettait d'ailleurs de changer son approche pour les matches à Drummondville ce soir et à Sherbrooke dimanche. «Qui sait? Le prochain échange est peut-être déjà fait. Je vais arriver plus relaxe et jouer pour le plaisir, ce que je n'ai pas fait depuis longtemps.»

À 20 ans, il n'a produit que 12 points en 26 matches, mais Yannick Dubé a été encore plus silencieux en amassant seulement 11 points en 23 matches.

L'ancien des Tigres est le premier à admettre qu'il n'est pas satisfait de sa contribution offensive. «Je ne ferai pas de cachettes. J'aurais aimé marquer plus de buts. Je sais que je peux en faire plus. Je ne cherche pas de défaites. J'en ai compté seulement sept cette saison et c'est à moi de m'arranger pour la mettre dedans comme je l'ai fait l'an dernier.»

Même s'il est originaire de Val-d'Or et que les Foreurs ont un poste ouvert pour un joueur de 20 ans, Dubé assure qu'il se sent un Olympique à part entière. «Je suis au courant des rumeurs qui m'envoient à Val-d'Or. Elles sont logiques et c'est facile d'en conclure que c'est l'endroit où je pourrais aboutir, mais les Olympiques sont venus me chercher cet été et c'est ici que je voudrais finir ma carrière. J'ai une dette envers les Olympiques.»

À sa quatrième année dans la LHJMQ, Dubé est habitué de composer avec le stress de la période des transactions. En bon vétéran, il a compris qu'il ne lui servait à rien de s'en faire malgré la situation actuelle des Olympiques.

«Ça ne donne rien d'élaborer 25 000 scénarios. Comme joueur, c'est une situation hors de mon contrôle. C'est sûr que je suis porté à croire que c'est un attaquant qui va partir, sauf que présentement, je suis blessé. Ma principale préoccupation, c'est de revenir en santé.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer