Le Gatinois Raphaël Lafontaine perd un allié

Raphaël Lafontaine... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Raphaël Lafontaine

Martin Roy, Archives LeDroit

Partager

Capitaine du Titan d'Acadie-Bathurst, le Gatinois Raphaël Lafontaine a perdu un allié de taille hier matin quand il a appris le congédiement de son entraîneur-chef, Éric Dubois.

Le coloré propriétaire et directeur général du Titan, Léo-Guy Morrissette, s'est lui-même déplacé à l'école pour transmettre la mauvaise aux joueurs.

«Nous avons une salle de classe pour les joueurs et M.Morrissette est venu nous livrer son message. Essentiellement, il a dit qu'il était plus facile de congédier un entraîneur que de congédier 25 joueurs. S'il n'en tenait qu'à lui, il aurait préféré congédier tous les joueurs de l'équipe. Il trouve que nous ne travaillons pas assez fort et que nous écopons de punitions stupides», a expliqué l'attaquant de 17 ans lorsque joint par LeDroit hier soir.

Lafontaine dit ne pas avoir été surpris par la nouvelle. Le Titan n'avait gagné que quatre fois à ses 16 derniers matches et les rumeurs de congédiement circulaient à Bathurst.

«On s'y attendait, mais en même temps, on ne sentait pas le sentiment d'urgence dans le vestiaire. C'est comme si on ne se rendait pas compte qu'il était urgent d'agir. Avec ce qui arrive aujourd'hui, disons qu'on le réalise maintenant», raconte celui qui vit une première depuis les rangs pee-wee avec ce congédiement d'entraîneur.

Auteur de 14 buts et 23 points en 29 matches cette saison, Lafontaine avance qu'Éric Dubois a contribué à relancer sa carrière. «Il a eu confiance en moi. Sa façon de faire m'a permis de retrouver ma confiance. Il m'a donné une chance de me relancer. Il m'a nommé capitaine parce qu'il aimait mon intensité sur la patinoire. Il m'a dit de ne rien changer à mon style. Il voulait que ça devienne contagieux.»

L'ancien de l'Intrépide entend remercier son ancien entraîneur dès qu'il en aura l'occasion. «Je suis déçu pour lui. Éric mettait tous les efforts pour nous sortir du trou. Il avait une bonne relation avec les joueurs. C'est ce qu'il faisait de mieux. Sa porte était toujours ouverte. Il était souriant.»

Plus de détails dans LeDroit du 27 novembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer