Mrazek sera le gardien de confiance des 67's cette année

Les jours de Perugini sont comptés

Même s'il est sur le marché des échanges,... (PATRICK WOODBURY, archives, LeDroit)

Agrandir

Même s'il est sur le marché des échanges, le gardien Chris Perugini n'a jamais demandé à changer d'air.

PATRICK WOODBURY, archives, LeDroit

Jean-François Plante
Le Droit

À son quatrième camp d'entraînement chez les 67's d'Ottawa, Chris Perugini se retrouve dans une situation qu'il n'avait jamais anticipée quand il avait gagné un poste avec l'équipe dès l'âge de 16 ans. À cette époque, on projetait qu'il deviendrait le gardien d'avenir de l'équipe.

Le problème, c'est que Perugini a probablement connu sa meilleure saison à titre de recrue. Un tout petit gardien avec un gros équipement, il a partagé le filet avec Adam Courchaine pendant deux ans. À 18 ans, on l'a jugé assez bon pour forcer l'équipe à échanger Courchaine. Alors qu'il devait occuper toute la place l'an dernier, il a vu son adjoint Petr Mrazek lui ravir le poste de numéro un pendant les séries éliminatoires.

Aux yeux de plusieurs, le gardien tchèque avait été supérieur au vétéran Perugini l'an dernier, mais comme les 67's tentaient de lui donner toutes les chances de conserver son poste, le gardien de King City a quand même joué la plus grande part des matches.

Les choses seront différentes cette saison alors que Chris Byrne voit Mrazek comme son gardien numéro un. Le Tchèque a été sélectionné par les Red Wings de Détroit en cinquième ronde cet été. Quant à lui, Perugini n'a jamais été repêché et il n'a pas été invité à participer à un camp de la LNH. Il avait pris part au camp des Coyotes de Phoenix l'an dernier.

Le petit gardien de 5' 9" et 160 livres sait qu'il se retrouve sur le marché des échanges, mais il insiste pour dire qu'il n'a jamais demandé à changer d'air. « J'en suis à ma quatrième année. Je me suis bâti une famille pour la vie ici. Cependant, je comprends comment fonctionne le hockey. Dans une carrière, il faut parfois faire des sacrifices pour avancer. Je suis certain que les 67's vont faire ce qu'il y a de mieux pour moi », a dit Perugini hier.

Même si la perspective d'un échange lui trotte dans la tête, Perugini assure qu'il va travailler fort pour l'équipe qui l'a sélectionné en troisième ronde en 2007. « Je demeure un membre de cette équipe. Petr et moi, on se pousse l'un et l'autre et nous bataillerons fort pour le poste de numéro un. Petr est un bon garçon et nous demeurons de bons amis. »

De son côté, Petr Mrazek n'approche pas du tout la prochaine campagne comme il l'avait abordée l'an dernier alors qu'il tentait simplement de s'établir dans la Ligue de l'Ontario. « L'an dernier, je me sentais seul sans mes amis et ma famille, mais je me suis fait beaucoup d'amis maintenant. Je suis heureux ici. Je suis venu à Ottawa pour être repêché et c'est ce qui est arrivé. Maintenant, je veux être le numéro un pour décrocher un contrat avec les Red Wings. »

Sur la liste noire

Si la direction des 67's croit que Mrazek sera un des gardiens de l'équipe tchèque au Championnat du monde junior, le principal intéressé est d'avis contraire. « Les gens de la fédération (de hockey) voulaient que je signe un contrat pour jouer en République Tchèque afin de garantir ma place dans l'équipe. J'ai quitté en mauvais termes parce que je voulais revenir à Ottawa. Je suis sur la liste noire de la fédération tchèque pour le moment. On verra ce qui arrivera d'ici Noël. »

Le gardien de 18 ans a déjà hâte de partir pour le camp des Red Wings la semaine prochaine. Là-bas, il aura l'occasion de fraterniser avec ses compatriotes Jakub Kindl (le frère de son bon ami Denis, l'ex-Olympique) et Jiri Hudler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer