Le frère d'Erik, Alex, sera sélectionné en première ronde du repêchage du circuit junior ontarien

Un second Gudbranson aux portes de la LHO

À l'instar de son frère Erik, Alex Gudbranson... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

À l'instar de son frère Erik, Alex Gudbranson aimerait évoluer dans une ville de la Ligue de l'Ontario où il pourrait poursuivre son éducation en français.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a exactement deux ans, une famille d'Orléans, mordue de hockey, était rassemblée dans une chambre d'hôtel de Kingston pour célébrer le début de la carrière junior de leur aîné. Alex Gudbranson, 13 ans, jubilait quand son grand frère Erik a été repêché au troisième rang de la première ronde du repêchage de la Ligue de l'Ontario (LHO) par les Frontenacs.

« Je m'en souviens comme si c'était hier. Je voulais tellement vivre cette expérience à mon tour. Je voulais vraiment faire ma propre route pour que ça m'arrive. »

Aujourd'hui, alors qu'Erik se prépare au repêchage de la LNH où il représente le quatrième meilleur espoir junior selon la « centrale de recrutement », Alex s'apprête à se faire un prénom à son tour.

Tout comme son aîné, Alex est un costaud défenseur droitier de 6' 2” qui pèse 195 livres. Il n'a que 15 ans, mais il fait déjà le même poids qu'Erik avec deux pouces en moins. Tout comme Erik, Alex sera réclamé en première ronde du repêchage de la LHO samedi.

Selon le Centre de soutien au recrutement de la LHO, Alex préconise un style de jeu qui s'apparente à celui de Scott Stevens. Il est doté d'une taille imposante et il s'en sert à bon escient. Il patine bien, a un bon tir et il excelle dans les deux sens de la patinoire.

Le seul contraste par rapport à la situation d'Erik il y a deux ans, c'est qu'Alex ignore tout de l'endroit où il jouera en 2010-2011. « Erik savait d'avance qu'il allait aboutir à Kingston car il recherchait avant tout un endroit avec une école francophone et les Frontenacs repêchaient au troisième rang. La langue française est très importante au sein de notre famille. Erik a profité de son passage à Kingston pour poursuivre ses études en français. Mon cas est différent. Ce ne sont pas toutes les équipes de la Ligue de l'Ontario qui ont des écoles françaises. Ce que je souhaite avant tout, c'est d'être réclamé par une équipe qui est vraiment intéressée à moi », a expliqué l'élève du programme sports études de l'école secondaire Louis-Riel à Blackburn Hamlet.

Avec Erik à Kingston ?

Les Frontenacs de Kingston aimeraient bien mettre la main sur le frère de leur meilleur défenseur, mais cette année, ils détiennent le 10e choix de la première ronde. Les 67's d'Ottawa ont également l'oeil sur ce produit d'Orléans, mais comme ils parleront au 16e rang, ils ne font pas d'illusion.

Alex Gudbranson, qui a été capitaine des 67's d'Ottawa midget AAA cette année, ne se formalise pas trop de son rang de sélection. « L'objectif final n'est pas de faire carrière dans la Ligue de l'Ontario, mais plutôt dans la LNH. C'est ma principale motivation. Je suis déterminé à en faire mon projet des 10 prochaines années. »

Évidemment, il aimerait jouer aux côtés de son frère à Kingston. Les deux jeunes hommes n'ont jamais eu la chance d'évoluer au sein de la même équipe, mais Alex voit la chose sous deux angles différents. « Ça serait vraiment plaisant d'évoluer sur la même paire défensive que lui, mais en même temps, je ne veux pas lui enlever son espace. Ça sera aussi idéal de jouer à Ottawa pour demeurer à la maison et rester à la même école. Cependant, ma mère souhaite vraiment qu'on nous réunisse à Kingston pour éviter les bagarres qui pourraient éclater entre nous ! »

Difficiles épreuves

Alex et Erik ont tissé des liens très étroits depuis qu'ils ont vécu des épreuves difficiles quand leur jeune frère, Denis, a souffert de la leucémie en bas âge. Cependant, leur relation a toujours été basée sur le respect à travers une saine compétition.

« Nous sommes deux gars très compétitifs. Ça a commencé quand le médecin a prédit que j'allais être plus grand et plus fort que mon grand frère ! Aujourd'hui, tout est une compétition entre nous. Jeux vidéos, notes scolaires, sports ou même la charge que nous pouvons soulever aux poids et haltères. Tout est fait pour déterminer un gagnant, mais dans le fond, j'espère qu'un jour, je serai comme lui ! »

Samedi, toute la famille Gudbranson sera rassemblée autour d'Alex. Il sera sélectionné en première ronde. Ça commence à ressembler au parcours d'Erik.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer