Matthew Barnaby entraîne son fils Matthew Jr à la coupe Bell de la capitale

Fiston priorise les points et non ses poings

L'ex-hockeyeur originaire d'Aylmer Matthew Barnaby prodigue ses conseils... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

L'ex-hockeyeur originaire d'Aylmer Matthew Barnaby prodigue ses conseils à son fils Matthew Jr.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

L'adage tel père, tel fils ne s'applique vraiment pas à Matthew Barnaby.

Alors que l'ancien joueur de la LNH originaire d'Aylmer était une petite peste qui refusait rarement une invitation à lâcher les gants, son fils Matthew Jr s'illustre beaucoup plus par son talent offensif au tournoi de la coupe Bell de la capitale.

Avec ses trois buts et cinq passes, le jeune Barnaby a aidé l'équipe dirigée par son père, les Knights de Amherst, en banlieue de Buffalo, à remporter leurs quatre premiers matches du gros tournoi international d'Ottawa dans la classe pee-wee AAA mineur. Puis hier après-midi en quart de finale, il a ajouté un but et trois passes dans une victoire de 4-2 contre Cambridge pour être choisi le joueur du match. Tout cela en n'écopant que de deux minutes de punition.

« Il n'est pas du tout le même joueur que j'étais au même âge, racontait Barnaby après un gain de 3-2 contre les Knights de London jeudi soir. Il n'est pas un gars physique du tout, il n'est pas très imposant, mais il voit très bien la glace et il a de bonnes mains. Et il est passionné. S'il n'adorait pas jouer au hockey, probablement qu'on habiterait en Floride et qu'on jouerait au golf à la place. »

Belle après-carrière

Barnaby sait de quoi il parle en analysant les forces et faiblesses de son rejeton de 11 ans car après ses 14 saisons dans la LNH, il s'est forgé une belle après-carrière d'analyste de hockey aux réseaux TSN au Canada et ESPN aux États-Unis.

Il jongle ce travail avec sa passion d'entraîneur au hockey mineur, lui qui en est à une quatrième année derrière le banc des Knights, une deuxième comme entraîneur-chef.

« J'aime tellement ça que j'étais à Bristol (au Connecticut) mercredi pour enregistrer mes interventions à ESPN et au lieu de prendre un vol à 6 h du matin qui m'aurait amené ici à 10 h, j'ai conduit toute la nuit, sept heures de temps, pour être ici pour notre match de jeudi matin, a raconté Barnaby, qui n'a pas perdu son français après toutes ces années aux États-Unis. J'adore ça, nous avons une belle petite équipe, nos jeunes aiment apprendre et écoutent bien. Nous avons beaucoup de pratiques, on essaie d'avoir un ratio d'environ trois pour chaque partie. »

Plus intense derrière le banc

Celui qui a déjà écopé de 476 minutes de punition en une seule saison avec les Harfangs de Beauport (sa deuxième, en 1991-1992, après avoir été un choix de 20e ronde) dans la LHJMQ se dit « encore plus intense derrière le banc que sur la glace ».

« Je n'ai jamais joué pour lui, mais je dirais que je suis un peu comme Mike Keenan. J'en demande beaucoup à mes petits gars. Qu'ils fassent des erreurs ne me dérange pas, mais il faut qu'ils travaillent fort. Dans la LNH, j'ai vu trop de gars qui ne se fiaient qu'à leur talent et qui ne travaillaient pas toujours avec ardeur. Dans le hockey mineur, les parents dépensent tellement d'argent pour leurs jeunes. Je ne sais pas si certains de mes joueurs vont se rendre dans le hockey junior, dans les collèges américains ou dans la LNH, mais s'ils apprennent à travailler, ça va leur servir pour le reste de leur vie », estime Barnaby, qui est maintenant âgé de 36 ans.

L'ancien des Sabres, des Penguins, du Lightning, des Rangers, des Blackhawks, de l'Avalanche et du Lightning ne se voit pas progresser comme entraîneur jusqu'aux rangs professionnels, cependant : « Je ne pense pas que je voudrais faire de l'autobus pour faire mes classes dans ce métier, et en plus, j'adore mon travail comme analyste. J'apprends énormément au contact de gars comme Bob McKenzie, Darren Dreger et James Duthie (de TSN) », mentionne celui qui revient régulièrement dans la capitale, où sa mère et son frère habitent toujours (ils sont déménagés d'Aylmer à Kanata il y a quelques années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer