Richer a encore la confiance de Sear

Mario Richer... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Mario Richer

Archives, Le Droit

Alain Sear, le président des Olympiques de Gatineau, a affirmé qu'il allait permettre à ses entraîneurs de sortir l'équipe de son impasse malgré la grogne qui s'empare graduellement des partisans.

Sear n'a pas trop voulu livrer ses états d'âme face à l'inhabituelle série de 10 défaites consécutives des Olympiques. Il a cependant indiqué qu'il n'avait pas l'intention d'apporter des changements derrière le banc de son équipe.

"Ce n'est pas facile présentement, mais ils (les entraîneurs) vont s'en sortir", a lancé le président, qui n'avait vraiment pas le goût de faire des vagues hier.

Quand on lui demande s'il veut lancer un message clair aux partisans en accordant un vote de confiance à l'endroit de Mario Richer, Sear refuse de répondre à la question.

"Je n'ai pas à donner de vote de confiance par l'entremise des médias car il ne se passera rien. Je suis seul au bureau aujourd'hui (hier). Il n'y a pas de meeting prévu. C'est 'business as usual'" a-t-il laissé entendre.

Les Olympiques disposent encore de quelques matches pour se remettre sur les rails avant de menacer le record de l'organisation pour le plus grand nombre de défaites consécutives. En 1973, ils avaient plié l'échine à 15 reprises avant de retrouver le chemin de la victoire.

Mario Richer a remplacé Benoît Groulx à la dernière minute cette saison dans des circonstances qui sont loin d'être idéales. L'organisation venait de remporter une septième coupe du Président, un sommet dans la LHJMQ, et Groulx avait décidé de se lancer dans un processus de reconstruction pour la première fois de sa carrière.

Sacrifier un an

Groulx n'avait jamais été chaud à l'idée de reconstruire une équipe au complet. Cette saison, il avait cependant fait le choix de sacrifier une année pour être au plus fort de la course pendant deux saisons consécutives en 2009-2010, mais surtout en 2010-2011.

Il a cependant accepté un poste avec l'organisation des Panthers de la Floride au mois d'août, à deux semaines du début du camp d'entraînement des Olympiques. Par conséquent, Richer a hérité d'une équipe qui compte présentement six joueurs âgés de 16 ans si l'on tient compte des anniversaires tardifs de Maxime Clermont et Mitchell Porowski.

Privée des Claude Giroux, Matthew Pistilli et Michael Stinziani, pour ne nommer que ceux-là, l'offensive est anémique cette saison et Paul Byron n'arrive pas à faire la différence à lui seul comme Giroux pouvait souvent le faire.

En 20 matches, l'équipe n'a compté que 50 buts. Il s'agit du plus faible taux de la LHJMQ avec une moyenne de 2,5 buts par partie. À titre comparatif, lors des dernières séries éliminatoires, Claude Giroux avait amassé 51 points à lui seul en 19 parties.

Malgré la déconfiture de l'équipe, Richer ne se défile pas et garde le cap en répondant toujours aux questions des médias avec sérénité.

"Je ressens la pression de gagner, mais je ne veux pas imposer de pression supplémentaire sur les joueurs. Je ne cherche pas d'excuses pour expliquer nos défaites, mais à mon avis, nous avons fourni l'effort nécessaire pour remporter plusieurs matches dans notre mauvaise séquence", a expliqué Richer, hier.

En compagnie de Claude Bouchard, il affirme ne pas avoir pris de journée de congé depuis le début de la saison.

"Nous travaillons de 10 à 15 heures par jour à préparer l'équipe en fonction des matches. Les points de classement ne sont pas là, mais nous jouons mieux présentement."

S'il y a une lumière au bout du tunnel, c'est que le calendrier du mois de novembre sera plus clément. Les Olympiques vont disputer huit parties à domicile et seulement une à l'étranger.

Le "comité hockey" des Olympiques a procédé à plusieurs changements de joueurs depuis le début de la saison et les résultats se font toujours attendre. Il pourrait y avoir d'autres mouvements de joueurs cette semaine, mais le mois de novembre sera déterminant pour Mario Richer car le prochain changement pourrait bien être celui de l'entraîneur.

PIRES SÉRIES DE DÉFAITES DES OLYMPIQUES

2008 - séquence actuelle de défaites des Olympiques : 10

2001 - dernière plus longue séquence de défaites des Olympiques : 10

2001 - séquence de défaites avant le congédiement de Guy Lalonde : 7

1973 - séquence de défaites record de l'organisation : 15*

*(Festivals de Hull)

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer