Maher se fiche bien des records

Brett Maher ignorait sincèrement qu'un record de la... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Brett Maher ignorait sincèrement qu'un record de la Ligue canadienne de football (LCF) était à sa portée.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Brett Maher ignorait sincèrement qu'un record de la Ligue canadienne de football (LCF) était à sa portée. Dans la longue et riche histoire du circuit, aucun botteur n'a réussi plus de huit placements dans un match. Dans la première demie du match de vendredi dernier, le leader du Rouge et Noir d'Ottawa en a réussi pas moins de cinq.

Il en a effectué un sixième, au retour de la pause.

«On m'a parlé du record plus tard. Moi, personnellement, je n'y aurais jamais pensé», prétend-t-il.

«Je sais bien qu'il n'est pas rare, dans la LCF, de voir un botteur réussir quatre, cinq ou même six placements dans une partie. Ça fait partie des petites subtilités intéressantes du football dans ce pays...»

Le fait de connaître l'existence de ce record ne changera rien à sa façon d'aborder les prochaines parties de sa carrière. Il ne pensera pas différemment et ne se comportera pas différemment, samedi prochain, lorsque que Rouge et Noir accueillera les Lions de la Colombie-Britannique à la Place TD.

«Je n'ai pas beaucoup de contrôle sur cette situation, note-t-il. Viser un record comme celui-là ne m'apporterait pas grand-chose de bon. Je ne peux pas vraiment deviner à quel moment et à quel endroit nos séquences à l'attaque s'étoufferont. Je préfère de loin regarder mes coéquipiers compléter le travail et inscrire des touchés.»

«Ma façon de voir les choses ne changent jamais. Je vise la perfection, chaque fois que je saute sur le terrain. Une soirée parfaite, ça peut être trois placements réussis en autant de tentatives. Ça peut aussi être une seule tentative de placement réussie. Tout cela me convient parfaitement, pour autant que ça se passe dans une cause gagnante.»

Satisfaction

Maher, jusqu'ici, fait bien paraître le directeur général d'Ottawa, Marcel Desjardins. Ce dernier a pris la décision de le rapatrier à Ottawa, vers la fin du camp d'entraînement, lorsqu'il a été remercié par les Tiger-Cats de Hamilton.

L'Américain du Nebraska se maintient parmi les meneurs de la LCF avec 22 placements réussis sur 25.

«Notre équipe se maintient également au sommet en ce qui a trait aux verges gagnées lors des bottés de dégagement. Brett a son gros mot à dire dans cette phase du jeu également», rappelle l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«Brett possède une force de concentration assez phénoménale, ajoute-t-il. Il n'a pas l'air d'un joueur particulièrement intense, au premier coup d'oeil, mais je peux vous assurer qu'il est un grand compétiteur. Il se présente clairement ici chaque jour dans le but de faire son travail. Il est fort agréable de côtoyer des gars comme lui.»

«J'ai toujours été un grand fan de Brett. J'étais content quand on m'a dit qu'il revenait chez nous», ajoute-t-il.

Dans une entrevue accordée à un portail web qui s'intéresse aux joueurs de football qui sont originaires du Nebraska, Maher disait récemment qu'il fallait apprécier chaque moment d'une carrière d'athlète.

Les carrières, a-t-il rappelé, peuvent être de courte durée.

Or, dans la LCF, un botteur fiable et performant peut parfois s'accrocher dans une ville et y passer quelques années.

Maher aimerait bien devenir celui qui apportera un peu de stabilité à Ottawa.

«Ma famille se plaît beaucoup ici. C'est une des principales raisons qui m'ont poussé à revenir chez le Rouge et Noir cette saison.»

«Ottawa, c'est une grande ville, mais ce n'est pas une immense ville. Quand je me promène, j'ai l'impression d'appartenir à une petite communauté tissée serrée. C'est fort plaisant.»

Les Lions, rivaux du Rouge et Noir, dans la course aux séries

Les Lions de la Colombie-Britannique seront les prochains visiteurs à la Place TD, ce samedi.

L'entraîneur-chef du Rouge et Noir d'Ottawa, Rick Campbell... (Archives, La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

L'entraîneur-chef du Rouge et Noir d'Ottawa, Rick Campbell

Archives, La Presse Canadienne

« C'est toujours bien excitant d'affronter une équipe pour la première fois. Nous n'avons pas encore eu la chance de voir les Lions cette saison, souligne Rick Campbell. Ce sera également un gros match, pour nous. Les Lions sont des rivaux directs dans la course au tournoi éliminatoire. »

Il faudra s'y faire.

Les Lions, même s'ils jouent bien loin, sur la côte ouest, pourraient bien participer à la demi-finale de la division Est... à la place d'un club de la division Est.

Depuis 2014, en vertu des règlements en vigueur dans la LCF, le club de quatrième position de la division Ouest peut participer à la demi-finale de la division Est à condition que sa fiche en saison régulière soit supérieure au club de troisième position dans la division Est.

En ce moment, les Lions sont les détenteurs de la quatrième place dans l'Ouest. Ils présentent une fiche de 5-4. Le Rouge et Noir, troisième dans l'Est, présente une fiche de 2-6-1.

« Les quatre prochaines parties seront déterminantes pour le classement. Après les Lions, nous allons affronter les Alouettes de Montréal à deux occasions. Nous aurons ensuite un autre match à jouer contre le Tiger-Cats de Hamilton », explique Campbell.

Le joueur de ligne défensive Jonathan Newsome pourrait faire ses débuts dans l'uniforme du Rouge et Noir, ce week-end. « Je ne peux rien promettre, mais c'est encourageant », dit Campbell.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer