Un message lancé aux vétérans

Marcel Desjardins, directeur general du Rouge et Noir... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Marcel Desjardins, directeur general du Rouge et Noir

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors qu'une nouvelle semaine de travail débutait à la Place TD, les dirigeants du Rouge et Noir d'Ottawa ont tôt fait de confirmer la nouvelle. Le demi défensif Imoan Claiborne, qui arrivait au cinquième rang de l'équipe au chapitre des plaqués complétés, a été congédié.

On pourrait croire qu'il s'agit d'un message lancé au reste de l'équipe. La fiche de 1-6-1 et l'avant-dernière position au classement de la Ligue canadienne de football (LCF) ne sont pas acceptables. Dans un club perdant, les changements sont inévitables.

«Tant mieux si, indirectement, certains joueurs choisissent de voir les choses ainsi», commente le directeur général, Marcel Desjardins.

«Cela dit, nous n'avons pas congédié un joueur dans le but d'envoyer un message aux autres. Nous ne procédons jamais de cette façon. En fin de compte, nous avons analysé nos performances jusqu'ici et nous en sommes venus à la conclusion que nous devons être plus efficaces à sa position», enchaîne-t-il.

Desjardins semble visiblement irrité. Il n'a particulièrement pas aimé la performance livrée face aux Eskimos d'Edmonton la semaine dernière.

«Nous avons été dans le coup jusqu'à la fin de la partie, mais pour une fois, nous ne le méritions pas vraiment.»

L'architecte du Rouge et Noir demeure convaincu qu'il dirige une formation capable de gagner.

«La plupart de nos joueurs ont du talent... Ils n'ont simplement pas réussi à le prouver jusqu'à maintenant.»

Le départ de Claiborne ne réglera certainement pas tous les problèmes d'un coup.

D'autres groupes de joueurs devront en faire davantage dans la deuxième moitié du calendrier régulier. 

On montre de plus en plus souvent du doigt les géants de la ligne à l'attaque.

Pourraient-ils mieux protéger le quart-arrière Trevor Harris ?

«Je ne vais certainement pas commencer à faire le procès de certains joueurs, intervient Desjardins. Les joueurs de ligne peuvent faire mieux. Les receveurs aussi. Tout le monde peut s'améliorer.»

Et Harris, dans toute cette histoire ?

Le quart-arrière continue de vivre des hauts et des bas durant cette première saison où il doit diriger l'attaque ottavienne tout de seul.

Il présente le quatrième meilleur taux d'efficacité parmi les passeurs qui ont disputé cinq parties ou plus. Son incapacité à compléter le travail dans les moments cruciaux de certaines parties a toutefois handicapé le Rouge et Noir.

«Trevor... Il a un vilain trait de personnalité. Il a tendance à se mettre trop de pression sur les épaules par moments. Il doit trouver des façons de s'évader un peu. Parfois, il peut se contenter de faire partie de la solution. Il n'a pas besoin de fournir toutes les réponses à toutes les questions», croit Desjardins.

Son entraîneur, Rick Campbell, a offert une réponse similaire, quelques heures plus tard, durant son point de presse quotidien.

«Pour certains joueurs, le terrain de football est un exutoire. C'est un endroit où on parvient à oublier ses tracas. Trevor aurait intérêt à faire partie de ces joueurs-là.»

Solutions

Le problème initial du Rouge et Noir demeure. En remerciant Imoan Claiborne, les dirigeants ont créé un trou au sein de leur ligne tertiaire.

«Nous avons des solutions de rechange à l'interne», assure Marcel Desjardins. Il a ensuite nommé quelques-unes d'entre-elles : Jonathan Rose, Nick Taylor, Winston Rose...

Il ne serait pas question, pour l'instant, de mettre sous contrat un joueur autonome.

Mitchell White, un demi de coin qui a remporté la coupe Grey en 2016, vient d'être libéré de son essai chez les Eagles de Philadelphie.

«Il ne faut jamais dire jamais, mais pour l'instant, nous n'avons pas l'intention de le rapatrier, assure le DG. Il va tenter de se trouver du boulot ailleurs dans la NFL avant de revenir au Canada.»

Kenny Shaw pourrait faire ses débuts contre les Tiger-Cats

Le moment serait enfin venu. Kenny Shaw pourrait disputer son premier match dans l'uniforme du Rouge et Noir, vendredi soir, à Hamilton.

Kenny Shaw à l'entraînement... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Kenny Shaw à l'entraînement

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Le flanqueur américain de 25 ans a pris part à tous les exercices lors de la séance d'entraînement de lundi. « Il a fière allure. Si ça continue comme ça, s'il se sent bien tout au long de la semaine, nous allons certainement lui offrir toutes les opportunités de s'exprimer sur le terrain », affirme Rick Campbell.

Shaw a certainement prouvé l'été dernier qu'il pouvait briller dans la LCF. En captant 77 ballons, dans l'uniforme des Argonauts de Toronto, il a réussi à franchir de justesse le plateau des 1000 verges.

Il fut une des principales prises de Marcel Desjardins lorsque la pêche aux joueurs autonomes a débuté. Une blessure aux muscles ischio-jambiers l'a tenu à l'écart du jeu durant les huit premières semaines de la saison régulière.

« C'est fini. C'est réglé. Je suis prêt, maintenant », a proclamé le joueur qui n'avait jamais été blessé sérieusement auparavant.

Shaw n'effectuera pas son retour au jeu dans le contexte le plus favorable. Le Rouge et Noir n'a plus vraiment droit à l'erreur. Il ne peut certainement pas se permettre de trébucher face aux Tiger-Cats, cancres de la LCF.

« Au moins, je ne me sens pas rouillé. Le pire, dans ma situation, n'est pas physique. C'est l'aspect mental du football que je dois améliorer », admet le joueur.

Le Rouge et Noir n'aurait pas subi de nouvelles blessures sérieuses face dans son dernier match.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer