Une autre victoire qui glisse des mains

Le Rouge et Noir n'est pas la même... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le Rouge et Noir n'est pas la même équipe redoutable que lors des deux années précédentes.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peut-être que Henry Burris avait raison. Le Rouge et Noir n'est pas la même équipe redoutable que lors des deux années précédentes.

Ce constat s'impose après une autre défaite des champions en titre de la coupe Grey, qui se sont inclinés 27-20 jeudi soir contre les Eskimos d'Edmonton devant 23 851 spectateurs à la Place TD. Ottawa (1-6-1) ne montre qu'une maigre victoire en huit matches.

Tôt ou tard, des décisions difficiles devront être prises. Quand une équipe ne gagne pas, il y a toujours quelqu'un qui finit par payer le prix.

Il suffit de regarder ce qui se passe à Hamilton, qui a une victoire en moins que le Rouge et Noir. Le coordonnateur défensif a perdu son emploi en début de semaine. Et un nouvel entraîneur pour appuyer l'attaque a été embauché.

Est-ce que pareil scénario pourrait se produire à Ottawa ? Est-ce que des joueurs pourraient perdre leur emploi ?

« Tu ne détruis pas une équipe comme celle-ci qui est compétitive chaque semaine avec les meilleurs de la ligue... C'est toujours plus facile de jeter tout à terre que de reconstruire... Je continue de croire que nous avons les bons morceaux en place. Pour une raison que j'ignore par contre, nous sommes incapables de gagner, a soutenu l'instructeur-chef du Rouge et Noir, Rick Campbell, après le revers des siens.

«C'est très frustrant, a-t-il ajouté. Nous travaillons fort. Chaque partie est serrée.»

Son équipe aurait pu sortir du stade avec la victoire. Elle menait même 20-19 tôt au quatrième quart à la suite d'un touché de Diontae Spencer, qui a capté une passe de neuf verges du quart Trevor Harris.

Ajoutez à cela que ce touché couronnait une belle remontée.

Le Rouge et Noir tirait de l'arrière 13-0 après 17 minutes de jeu. Un touché de Greg Ellingson et des placements de 33 et 40 verges de Brett Maher ont redonné vie à l'équipe locale.

«Il faut achever l'adversaire quand nous en avons l'occasion, ce que nous ne faisons pas... Je sais. C'est la même chanson, mais avec un air différent que je vous sers cette semaine, a soutenu Harris, qui a complété 26 de ses 37 passes pour 266 verges. Il a été victime de trois sacs en plus d'échapper le ballon une autre fois et être intercepté sur le dernier jeu du match.

«Il n'est pas question d'agiter le drapeau blanc, d'abandonner... Mais il faut être tous meilleur, à commencer par moi», a ajouté le quart-arrière.

Si l'attaque a connu quelques belles séquences, ce fut loin d'être un chef d'oeuvre à la Picasso.

Avery Ellis, Corey Tindall, Sherrod Baltimore et même Zack Evans ressemblaient par moment à des participants à la course nationale du cochon graissé de Sainte-Perpétue. Les joueurs des Eskimos ne cessaient de leur glisser des mains.

L'autre chose qui doit chicoter le coach ? L'indiscipline des siens.

Tiens, la recrue Baltimore a écopé d'une pénalité de 15 verges pour conduite antisportive. Ce n'était qu'une question de temps. Il n'a pas cessé de narguer les joueurs offensifs des Eskimos.

Le petit demi défensif s'est aussi vu décerner une pénalité pour rudesse excessive. Il a poussé le receveur Chris Getzlaf dans un mur de béton après un touché des Eskimos.

Le geste n'a pas seulement été puni par les arbitres. Le vétéran bloqueur du Rouge et Noir, SirVincent Rogers, a sermonné son jeune coéquipier à son retour sur les lignes de côté.

Après avoir affronté le seul club invaincu de la LCF, le Rouge et Noir croisera maintenant le fer avec la seule équipe qui n'a pas encore gagné. Il se rendra à Hamilton vendredi prochain pour renouer avec les Tiger-Cats, qui ont perdu leurs six matches en 2017.

Une pénalité qui coûte un touché

Quincy McDuffie l'avait son premier touché dans l'uniforme du Rouge et Noir.

La nouvelle gazelle de l'équipe a ramené un botté de dégagement sur 92 verges, terminant sa course dans la zone des buts au milieu du deuxième quart. Puis les célébrations ont pris fin abruptement.

Il y avait un mouchoir sur le jeu...

Les officiels ont jugé que la recrue du Rouge et Noir, Austen Hartley, avait effectué un bloc illégal sur la séquence.

Les Eskimos ont célébré à leur tour. Le vétéran Odell Willis a même nargué la foule.

«Un jeu qui a changé l'allure du match, a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«On a vu à quel point McDuffie est un joueur spectaculaire. Cette pénalité a été très coûteuse. C'est triste car ça faisait quatre ou cinq parties de suite que nos unités spéciales n'avaient pas écopé de pénalités.»

Un joueur qui a dû dormir un peu mieux que lui après le match?

Antoine Pruneau.

Le maraudeur québécois a été fiable une fois de plus. Il a réussi notamment quatre plaqués en première demie en plus d'un sac.

Puis au troisième quart, Pruneau a réussi sa deuxième interception de la saison. Il a mis les mains sur une passe de Mike Reilly dans la zone des buts, privant les Eskimos d'un touché.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer