Mieux protéger Trevor Harris

Le centre Jon Gott et ses coéquipiers du... (Simon Séguin-Bertrand, Le Droit)

Agrandir

Le centre Jon Gott et ses coéquipiers du Rouge et Noir veulent mieux protéger le quart Trevor Harris, rudoyé lors du dernier match à Calgary.

Simon Séguin-Bertrand, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le barbu du Rouge et Noir est fâché. Jon Gott n'a pas aimé la façon dont un de ses coéquipiers a été traité la semaine dernière à Calgary.

Trevor Harris a été rudoyé sans arrêt dans la défaite de 43-39 contre les Stampeders. Le quart-arrière des champions de la coupe Grey a été victime de quatre sacs. C'est sans compléter les nombreux autres plaqués encaissés alors qu'il lançait le ballon.

« Tu ne veux jamais voir ton quart-arrière aussi souvent au sol, a tonné Gott, qui s'avère le vétéran de la ligne offensive du Rouge et Noir.

«Il a été frappé trop souvent lors du dernier match, a-t-il ajouté, mardi, alors que l'équipe reprenait l'entraînement. Il faut faire un meilleur travail pour le protéger.»

Et ça commence contre les Argonauts de Toronto, qui débarqueront en ville samedi soir.

«On en aura plein les bras, a reconnu Gott. La défensive des Argos excelle à frapper le quart.»

Qui dit Argos, dit Shawn Lemon. Cet ancien ailier du Rouge et Noir, qui s'est amusé l'an dernier à ses trois parties contre Ottawa.

«Mais si nous réussissons à bien protéger Trevor, on sait ce qu'il est capable de le faire. On l'a vu aussi lors du dernier match.»

Harris a quand même complété 27 de 35 passes pour 425 verges et deux touchés. Une performance qui lui a valu d'être choisi un des trois joueurs de la dernière semaine dans la LCF en compagnie de son coéquipier Diontae Spencer et le vétéran des Blue Bombers de Winnipeg, Weston Dressler.

Reste que le quart du Rouge et Noir ne peut pas continuer à encaisser des coups comme une pinata à une fête pour enfants. Il joue déjà malgré une blessure à l'avant-bras droit.

«Notre priorité, c'est de garder notre quart-arrière debout afin qu'il puisse continuer à lancer le ballon et surtout rester en santé», a soutenu l'instructeur-chef Rick Campbell.

Ce dernier refuse toutefois de montrer du doigt la ligne à l'attaque. Protéger Harris relève autant à ses yeux «des porteurs de ballon qui doivent effectuer des blocs», «que les receveurs qui respectent leurs tracés et du quart-arrière qui ne garde pas le ballon trop longtemps en mains».

Le principal intéressé, lui, a répété qu'il n'a pas été ébranlé. «Tout le monde ne cesse de me demander depuis le dernier match si je me sens bien. À part l'avant-bras, tout est beau», a assuré Harris.

Ce qui le chicote plus ? L'horaire concocté par la Ligue canadienne de football (LCF), qui verra le Rouge et Noir disputer quatre parties en 17 jours dès samedi.

«Il faut faire confiance à la ligue en se disant qu'elle sait ce qu'elle fait, que c'est OK de disputer quatre matches en 17 jours», a commencé par dire Harris sur un ton ironique.

Puis un journaliste lui a souligné que ça semble une charge de travail énorme en peu de temps.

«C'est comme si tu étais impliqué dans un accident de la route à quatre reprises en 17 jours... C'est ça qui est ça. Il faudra prendre une journée à la fois. S'assurer que nous sommes prêts à jouer lors des jours de match.»

Le mot de la fin revient toutefois à Gott.

«Il faudra prendre encore plus soin de nos corps avec si peu de temps de récupération entre les parties. Habituellement, je ressens les effets d'un match, de tous ces plaqués, deux jours plus tard. J'imagine que nous allons passer plus de temps dans les bains glacés et sur les tables de massage... Il faudra aussi limiter notre consommation d'alcool !»

Le « Bonheur » du Rouge et Noir

Aucun autre joueur ne souriait autant que lui, mardi, à l'entraînement à la Place TD. De quoi faire honneur à son nom de famille francophone.

Armando Bonheur, c'est l'un des sept nouveaux joueurs appelés en renfort dans les dernières heures chez le Rouge et Noir. Il s'agit d'un garde né en Floride d'une mère originaire du Panama et d'un père haïtien.

«Tout le monde me pose la question que toi. Non, je ne parle pas français», a averti Bonheur en souriant de nouveau du haut de ses 6'2'' et 305 livres.

Ce dernier s'avère dans la mire du Rouge et Noir depuis mars. «Depuis que l'équipe a mis mon nom sur sa liste de négociations», a précisé l'athlète âgé de 23 ans, qui a été retranché par les Giants de New York, de la NFL, au début du printemps.

En plus de Bonheur, Ottawa a mis sous contrat les receveurs américains Cody Hoffman et DeMarcus Thompson de même que le demi défensif texan Adrian James, le secondeur canadien Josh Brinkworth, le porteur de ballon ontarien Wayne Moore et le joueur de ligne offensive Zachary Intzandt, qui a évolué à l'université McMaster. Sept joueurs, c'est beaucoup.

«Certains de ces joueurs pourraient nous aider plus tôt que tard, surtout avec ces quatre parties en l'espace de 17 jours qui nous attendent», a fait valoir le directeur général Marcel Desjardins.

Il y a aussi ce qui se passe à l'infirmerie. Elle se remplit.

Le receveur Juron Criner ratera au moins six semaines. Il s'est blessé à un genou contre Calgary. «La bonne nouvelle, c'est que sa saison n'est pas terminée», a précisé Desjardins.

Le Rouge et Noir est déjà privé d'un autre receveur, Kenny Shaw, jusqu'au début du mois d'août. Il devra aussi se débrouiller sans le garde Nolan MacMillan lors du prochain match, samedi, contre les Argonauts de Toronto.

Une liste des blessés qui pourrait s'allonger. Le maraudeur Antoine Pruneau n'a pas complété le dernier entraînement. En revanche, le bloqueur américain Jake Silas doit effectuer ses débuts samedi contre Toronto.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer