Pas de retraite en vue pour Lavoie

Le centre-arrière québécois Patrick Lavoie se prépare à... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Le centre-arrière québécois Patrick Lavoie se prépare à disputer une sixième saison dans la LCF, une quatrième au sein du Rouge et Noir. Il fêtera ses 30 ans cet automne.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sa barbe a beaucoup grisonné depuis cette soirée de novembre où il a levé la coupe Grey à bout de bras au stade BMO.

« Oui... je vieillis », se résigne tout en riant le centre-arrière Patrick Lavoie au moment où le Rouge et Noir entame la troisième et dernière semaine du camp d'entraînement. Il s'agira d'une sixième saison dans la Ligue canadienne de football pour ce père de famille, sa quatrième à Ottawa.

Lavoie fêtera ses 30 ans à l'automne. Son corps a encaissé beaucoup de plaqués depuis son passage chez les pros.

Pas question toutefois pour lui de parler de retraite, même s'il avoue réfléchir à la prochaine étape de sa vie. Son but ? Disputer au moins deux autres saisons.

« Je sais que la fin s'en vient, que j'ai joué plus de parties qu'il m'en reste à disputer (...) Mais je veux aller au bout de mon contrat. Il me reste une autre année après celle-ci. Après, on verra.

«Je suis en santé. Je me sens bien et je trouve des façons de rester jeune», ajoute-t-il, lui qui a surmonté une opération au dos, il y a cinq ans.

Lavoie a disputé les 18 parties de son équipe pour la première fois de sa carrière en 2016. C'était un de ses buts avant d'entamer cette saison-là.

L'autre ?

Gagner la coupe Grey. Encore là, il peut dire mission accomplie.

Encore mieux, le numéro 81 a inscrit un touché dans la victoire du Rouge et Noir contre les Stampeders lors de la finale. 

«Des fois, tu veux étirer la sauce quand tu n'as pas gagné la coupe. Tu continues à jouer en espérant que ça va arriver. Je suis chanceux. Je n'ai pas à me préoccuper de ça.»

Pompier un jour

Il reste que Patrick Lavoie a déjà une idée à quoi ressemblera sa vie loin du terrain.

«J'ai souvent pensé à ce que je veux faire plus tard, surtout que les choses peuvent changer tellement vite au football. Tu le vois autour. Il y a des joueurs qui sont libérés presque tous les jours. J'ai toujours voulu être pompier dans ma vie. C'est ce que je veux faire plus tard.»

Du même souffle, le capitaine des unités spéciales répète que son odomètre peut encore accumuler du millage. Il rappelle que la LCF a déjà beaucoup changé en six ans.

«Depuis l'arrivée d'une neuvième équipe, les camps d'entraînement sont moins longs. J'ai connu l'époque où les camps commençaient avec deux longues semaines complètes de pratiques seulement. Ensuite, tu avais deux matches hors-concours.

«La saison ne commençait qu'autour du 1er juillet. C'était dur sur le corps, relate-t-il.

«Là, tout est plus condensé. Et les équipes n'ont pas le choix de donner des congés avant et après les parties hors-concours. En plus ici, nous avons un bon groupe. Coach Campbell ne nous cochonne pas.»

Le Rouge et Noir a souvent raccourci ses entraînements. Pas question de taxer ses joueurs avant même le début d'un calendrier régulier qui s'annonce peu clément envers les champions en titre.

Ottawa n'aura droit qu'à sa première semaine de relâche à la... mi-octobre.

Encore capitaine

À moins d'une surprise, l'équipe devrait nommer Lavoie à nouveau capitaine des unités spéciales. Un rôle qu'il a rempli l'an dernier.

La direction s'attend aussi à ce qu'il aide à combler le vide laissé par le départ du vétéran quart-arrière étoile Henry Burris. Ça, il le sait.

«En étant un peu plus vieux, je prends mon rôle de leader à coeur. Je veux aider les plus jeunes, dit-il.

«J'ai encore du plaisir. Je ne me vois pas partir.»

Le message est clair. La retraite, ça ne sera pas à la fin de 2017 pour Patrick Lavoie.

La recrue Ellis a sa photo avec la légende Burris

Avery Ellis aime gratter la guitare et laisser ses doigts défiler sur les clés d'un piano durant ses temps libres. Ce qu'il adore encore plus dans la vie ? Frapper un quart-arrière adverse.

La recrue originaire du New Jersey s'avère l'un des joueurs dont le nom a été répété à plusieurs reprises pour les bonnes raisons, jeudi dernier, lors du premier match hors-concours du Rouge et Noir. Il a réussi trois plaqués, dont deux pour des pertes en plus d'un sac contre les Tiger-Cats de Hamilton. Il a aussi rabattu une passe adverse.

« Ça sonne bien comme statistiques. Ça ne devrait pas me nuire, a avoué l'ailier défensif en riant du haut de ses 6'2'' et 250 livres.

«Je veux simplement montrer que je peux être le joueur que l'équipe recherche», a-t-il ajouté.

Ellis a été récompensé pour son brio en étant promu au sein de la première unité de la ligne défensive depuis deux jours à l'entraînement. Il sait très bien que le Rouge et Noir a un poste d'ailier défensif à combler.

«C'est un joueur rapide. Et à cette position-là, tu veux des joueurs capables de se rendre le plus vite possible dans le champ arrière adverse», souligne l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Ce dernier rappelle qu'Avery Ellis a fait ses classes à Temple, une équipe universitaire ayant bien alimenté la LCF au fil des ans. Le même endroit qui a produit un des meilleurs quarts de l'histoire en Henry Burris.

«Une légende là-bas et ici, a souligné Ellis, qui a croisé le nouveau retraité la semaine dernière.

«Je me rendais prendre le dîner quand je suis arrivé face à face avec Henry. Je me suis empressé de prendre une photo en sa compagnie.»

Son ami Eric Lofton, un autre ancien de Temple qui tente sa chance à Ottawa, l'a imité. Un cliché des trois produits des Owls a fait le tour des réseaux sociaux.

Par ailleurs, le Rouge et Noir a ajouté trois autres joueurs défensifs, lundi, à son alignement. Il y a l'ailier Mike Wakefield, qui évolué à Florida International, de même que l'ancien plaqueur des Blue Bombers de Winnipeg, Adrian Hubbard, et le demi Adrian James.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer