Bolduc se souvient

Le joueur québécois Jean-Philippe Bolduc, qui fait 6'... (Martin Roy, archives Le Droit)

Agrandir

Le joueur québécois Jean-Philippe Bolduc, qui fait 6' et 207 livres, a été muté en secondeur en plus de conserver un rôle au sein des unités spéciales depuis le début du camp d'entraînement.

Martin Roy, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même s'il a gagné la coupe Grey, que son nom a été gravé sur le trophée et qu'il possède une bague de champion, Jean-Philippe Bolduc sait que sa place n'est pas assurée en vue de la prochaine saison à Ottawa.

Il suffit de regarder ce qui s'est passé en début de semaine. Le Rouge et Noir a libéré les vétérans Scott Macdonell, Brock Jensen et Landon Cohen. Tout ça avant même que l'équipe ne dispute un premier match hors-concours.

«C'est la preuve que rien n'est garanti. Ça rappelle aussi qu'il faut tout donner, a soutenu Bolduc, un membre important des unités spéciales en 2016. Je connais toutes les émotions par lesquelles ces gars-là sont passés ces derniers jours. J'ai vécu pareille chose l'an dernier.»

Malgré de bonnes performances, l'ancien du Rouge et Or de l'université Laval avait été libéré lors de la dernière journée du camp d'entraînement. «J'étais le dernier joueur retranché, a-t-il rappelé.

«Ça s'est passé à midi le dimanche. Un vol d'avion m'attendait à 13h... Ce n'est pas facile comme situation.»

Jusqu'ici au camp d'entraînement, on l'a vu prendre des répétitions en défensive à une nouvelle position. Le Rouge et Noir l'utilise en tant que secondeur chez les réservistes. L'an dernier, Bolduc était substitut chez les demis défensifs. Il avait failli voir de l'action lors du match de la coupe Grey lorsque le demi de coin Mitchell White a été victime de crampes.

«On m'a crié : Bolduc, réchauffe-toi. Ça se peut que tu embarques», a-t-il relaté.

Changer de position ne le chicote pas. Au contraire.

«J'ai déjà joué en tant que secondeur à l'école secondaire et lors de mes deux premières années à l'université Laval. Je suis à l'aise à cette position, même si je n'ai pas le gabarit typique du métier. Je suis content car je serai plus proche du ballon. Et il y a plus de contacts. J'aime frapper.»

À quel point ?

«Je brasse encore mon père à la maison. Je le pousse sur le sofa. Il a 60 ans, mais il s'avère encore en grande forme. Il joue encore sous la barre des 80 au golf.»

Le Rouge et Noir en bref

Silas, le retraité

Des amateurs se demandent ce qu'est devenu le bloqueur Jake Silas, qui a disputé 12 parties l'an dernier chez le Rouge et Noir. Si le géant américain de 6'7'' et 315 livres ne participe pas au camp, c'est qu'il a pris sa retraite, il y a déjà quelques semaines.

Ce que confirme le directeur général Marcel Desjardins.

« Son épaule n'est pas rétablie », a-t-il expliqué, mercredi, au Droit. Silas, 25 ans, s'était blessé à deux semaines de la fin du calendrier régulier.

Son colocataire Tommie Draheim l'avait remplacé par la suite en route vers la finale de la Ligue canadienne de football (LCF). Ce dernier se bat en ce moment avec Eric Lofton et Pierce Burton, deux autres produits américains, pour le rôle de bloqueur à droite.

Quant à Silas, le Rouge et Noir garde la porte ouverte. « Il pourrait revenir lorsqu'il sera à 100 % », a indiqué Desjardins.

Early, le cowboy

À pareille date l'an dernier, les combattants de l'UFC avaient rendu visite au Rouge et Noir après une séance d'entraînement. Ils avaient même enseigné quelques techniques à des joueurs, qui s'étaient échangés des coups.

Mercredi, ce fut au tour des monteurs de taureaux de leur rendre visite et leur parler de ce sport extrême qui débarque à Ottawa. Un tournoi de la Professionnal Bull Riders (PBR) sera présenté vendredi à l'aréna de la Place TD.

« Non pas question que je monte un taureau. Par contre, je vais aller voir ça. On n'a pas de spectacle du genre chez moi en Caroline du Sud », a soutenu le botteur Ray Early.

Le joueur du Rouge et Noir a tenté d'enseigner aux deux invités comment effectuer des placements. « Je crois qu'ils doivent garder à tout prix leur emploi de monteur de taureaux », a-t-il lancé en riant.

Le retour de Moss

Une autre journée, deux autres changements chez le Rouge et Noir. L'organisation a embauché le demi défensif Doug Moss et le receveur Vernon Johnson. Les deux joueurs seront même en uniforme jeudi contre Hamilton.

Moss, 24 ans, avait participé à deux parties hors-concours l'an dernier avant d'être libéré.

Quant à Johnson, il a évolué en Allemagne en 2016 chez les Phantoms de Wiesbaden. L'année précédente, cet ancien de Texas A&M avait tenté sa chance chez les Lions de Détroit, dans la NFL.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer