L'appel des Alouettes a soulagé Touré

«Je ne peux toujours pas te décrire comment... (Courtoisie)

Agrandir

«Je ne peux toujours pas te décrire comment je sens» a relaté Touré, lundi, quelques heures après son passage officiel chez les pros.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il se faisait tard dimanche soir. Oumar Touré commençait à s'inquiéter un brin.

Son nom n'avait pas encore appelé. La huitième et dernière ronde du repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF) venait même de prendre son envol.

C'était maintenant ou jamais pour l'ailier rapproché qui a grandi à Gatineau, qui a fait ses classes chez les Jaguars de l'Érablière puis dans l'uniforme des Griffons du Cégep de l'Outaouais.

Finalement, le téléphone a sonné. Les Alouettes de Montréal lui disent qu'ils s'apprêtent à le réclamer avec le 65e choix de l'encan des joueurs universitaires canadiens. «Je ne peux toujours pas te décrire comment je sens» a relaté Touré, lundi, quelques heures après son passage officiel chez les pros.

«En plus, l'appel reçu était en français. C'était l'entraîneur-chef Jacques Chapdelaine à l'autre bout. C'est un rêve qui se réalise de jouer à Montréal, la seule ville francophone de la ligue.»

Surtout, ce sera un retour aux sources pour le fils de Hawa Diakité et Mahamadou Touré. Ses parents sont originaires du Mali.

«Mais moi, je suis né à Montréal. J'ai vécu un peu au Sénégal par la suite où j'ai fait la moitié de mon école primaire avant de déménager à Gatineau à l'âge de huit ans.»

Touré a passé une décennie en Outaouais avant de prendre la direction de Sherbrooke, il y a quatre ans, afin de jouer au football universitaire à Sherbrooke. Les Alouettes l'ont repêché, car «ils aiment mon gabarit et ma vitesse», a souligné l'athlète de 6'4'' et 245 livres.

Que Montréal le sélectionne l'a tout de même surpris. «Toutes les autres équipes avaient démontré plus d'intérêt que les Alouettes. Je pense qu'ils ont bien caché leur jeu», a ajouté Oumar Touré, qui participera au camp des recrues dans une quinzaine de jours.

Ce dernier est devenu dimanche le cinquième joueur de l'histoire de la Ligue de football scolaire de l'Outaouais à être repêché par un club de la Ligue canadienne de football. Mikaël Charland, William Langlais, Ron Omara et Simon Le Marquand ont été choisis entre 2013 et 2016.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer