Fête terminée chez le Rouge et Noir

Tous les yeux risquent d'être rivés vers la... (Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit)

Agrandir

Tous les yeux risquent d'être rivés vers la tertiaire lors du mini-camp où il ne reste que les Antoine Pruneau (photo), Jerrell Gavins et Jonathan Rose.

Simon Séguin-Bertrand, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La date est encerclée depuis un bout de temps sur le calendrier du Rouge et Noir.

Jeudi, ce sera le 27 avril. Ça fera cinq mois, jour pour jour, que la jeune franchise a causé une des plus grandes surprises dans les annales de la LCF en gagnant la coupe Grey en prolongation contre les Stampeders de Calgary, à Toronto.

Surtout, le 27 avril marquera le retour au travail pour les champions en titre.

Le mini-camp de l'équipe s'ouvrira sur le coup de 10 h à la Place TD. Le message que livrera l'entraîneur-chef du Rouge et Noir est déjà prêt.

« Nous serons toujours fiers de notre accomplissement. Mais il faut maintenant avancer. Une nouvelle saison nous attend. Cette victoire remonte déjà à quelques mois. Il est important de tourner la page et aller de l'avant », a soutenu Rick Campbell, mardi, lors d'une conférence téléphonique organisée par la Ligue canadienne de football (LCF).

Le Rouge et Noir a participé au match de la coupe Grey lors des deux années précédentes, perdant contre Edmonton en 2015. Il tentera de devenir cet automne la première équipe depuis les Alouettes de Montréal (2009 et 2010) à gagner les grands honneurs deux fois de suite.

La finale est justement prévue à Ottawa en novembre.

Il reste que le défi sera de taille afin d'imiter les Alouettes.

Campbell devra se débrouiller sans plusieurs joueurs clés. Certains tels que Chris Williams, Ernest Jackson, J'Michael Deane et Abdul Kanneh se sont joints à des rivaux de la LCF tandis que les Mitchell White, Forrest Hightower et Jeff Richards ont pris la direction de la NFL.

C'est sans compter la retraite du vétéran et joueur par excellence du match de la coupe Grey, Henry Burris.

« La réalité du football professionnel, c'est qu'il y a toujours du changement, que tu gagnes ou pas la coupe », a rappelé le directeur général Marcel Desjardins.

« Nous sommes par contre chanceux, a souligné Rick Campbell. Notre personnel d'entraîneurs est demeuré intact. Et nous avons tout de même conservé un bon noyau de joueurs qui pourra assurer une bonne transition. »

Plus de 50 joueurs sont attendus au mini-camp qui se déroulera jusqu'à samedi matin. On y retrouvera seulement des recrues et les joueurs autonomes embauchés par le Rouge et Noir.

Les quarts ont aussi été convoqués.

Mais tous les yeux risquent d'être rivés vers la tertiaire. Il ne reste que les Antoine Pruneau, Jerrell Gavins et Jonathan Rose.

Campbell le sait. Mais il a rappelé que l'entraîneur Ike Charlton sera de retour. Que cet homme avait réussi à développer les Kanneh, Hightower et Richards.

« Ces gars qui ont pris le chemin de la NFL étaient de nouveaux joueurs chez nous, il y a un an ou deux », a fait remarquer l'entraîneur-chef.

En plus de célébrer ces derniers mois, le Rouge et Noir a gardé un oeil sur ses adversaires. En particulier ceux de la division Est.

Les Alouettes de Montréal ont déniché un quart-arrière numéro un tandis que la direction des Argonauts de Toronto s'est retrouvée entre les mains de Jim Popp et Marc Trestman, deux des acteurs du doublé de 2009-2010. Quant à Hamilton, il peut miser maintenant sur Kanneh dans ses rangs.

« Il n'y a aucun doute que les autres équipes se sont améliorées dans l'Est », a avoué Marcel Desjardins.

Guéri et prêt à se faire démolir

Son dos l'a fait souffrir pendant une bonne partie de la saison dernière. Une cheville et un genou aussi.

Trevor Harris assure que son corps se porte mieux à la veille de son premier mini-camp en tant que quart-arrière numéro un du Rouge et Noir. «J'ai pris quelques mois pour guérir après la saison. Je suis prêt à me faire démolir à nouveau», a-t-il lancé en riant au bout du fil.

L'Américain de l'Ohio participait lui aussi à cette conférence téléphonique organisée par la LCF. Il était en grande forme.

«Je ne me suis jamais senti aussi bien physiquement et émotionnellement», a-t-il dit à un certain moment.

Harris a répété qu'il est prêt à assumer la relève du nouveau retraité Henry Burris. Il héritera toutefois d'une brochette de receveurs différente que son successeur.

Kenny Shaw et Diontae Spencer remplaceront Ernest Jackson et Chris Williams. La bonne nouvelle ? Le nouveau quart-arrière numéro un du Rouge et Noir les connaît bien, leur ayant lancé le ballon en 2015 lorsque les trois joueurs étaient coéquipiers chez les Argonauts de Toronto.

«Kenny excelle à respecter les tracés. Et il possède cette vitesse pour distancer les joueurs défensifs », a-t-il analysé.

«Quant à Diontae, il est vraiment bon aussi. C'est sans compter qu'il s'avère dangereux sur les retours de botté.»

Puis Harris y est allé d'une confidence. Il a communiqué régulièrement avec les receveurs durant la saison morte.

«Je leur envoie des textos sur une base quotidienne. Ce sont mes amis. Mes frères. Mes coéquipiers. J'ai leur bien-être à coeur. J'ai hâte de les revoir.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer