Le Rouge et Noir pourrait perdre un joueur québécois

Utilisé sporadiquement par le Rouge et Noir, Scott... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Utilisé sporadiquement par le Rouge et Noir, Scott Macdonell aimerait jouer plus.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux mois après avoir remporté la coupe Grey, Scott Macdonell est confronté à une triste réalité. Le receveur québécois a peut-être disputé son dernier match dans l'uniforme du Rouge et Noir.

Le choix de deuxième ronde a refusé les récentes avances de l'organisation qui l'a repêché en 2014. Il deviendra joueur autonome dans une dizaine de jours.

Le marché des agents libre de la Ligue canadienne de football (LCF) s'ouvrira le 14 février sur le coup de midi. « Je sais que la priorité n'est pas avec moi », a reconnu Macdonell.

« L'équipe est pas mal occupée à ramener d'autres joueurs... plusieurs joueurs, dont des receveurs qui étaient des partants. Moi, je n'étais pas un de ces partants. Je comprends ça. »

Ottawa n'a toujours pas réussi à mettre sous contrat les Greg Ellingson, Ernest Jackson et Chris Williams, qui ont tous récolté chacun plus de 1000 verges par saison lors des deux dernières années. Un trio de joueurs dont le retour dans la capitale nationale semble de plus en plus improbable.

« Nous nous sommes parlé un peu, mais les premières offres ne valaient pas la peine d'être signées. Je vais voir ce que je peux obtenir sur le marché », a soutenu Macdonell.

Reste à voir si des équipes vont se manifester pour un receveur qui a capté une seule passe pour 14 verges en 2016. L'année précédente, c'étaient deux passes pour 26 verges.

Deux saisons où il a été confiné à un rôle au sein des unités spéciales. Deux saisons pendant lesquelles il n'y avait tout simplement pas de place à l'attaque pour lui avec l'arrivée à fort prix des Williams, Jackson, Ellingson et Sinopoli.

Peut-être qu'un club se laissera séduire par son gabarit de 6'5'' et 220 livres. Puis il y a les statistiques à sa saison recrue, la plus productive de ses trois années chez le Rouge et Noir.

Macdonell avait terminé 2014 avec 13 réceptions pour 181 verges et un touché. Il n'était pas coincé derrière des receveurs étoiles à l'époque.

L'athlète âgé de 25 ans ne le cache pas. Il veut notamment obtenir du temps de jeu à l'attaque.

« Le meilleur deal pour mon futur et ma carrière. Je veux qu'on me démontre que je fais partie des plans, me retrouver quelque part où on serait content de miser sur mon talent. Je veux obtenir la chance de jouer, d'être une étoile et aider une équipe à gagner. L'utilisation qu'on va faire de moi sera un facteur, c'est certain. »

Macdonell croit aussi qu'un autre truc va attirer l'attention de dirigeants adverses. Il a participé au match de la coupe Grey.

« Pas au même titre que des gars comme Ernest et Greg, mais j'ai quand même fait partie d'une équipe championne. Ce n'est pas tout le monde dans cette ligue qui a gagné la coupe », a-t-il noté.

Scott Macdonell se trouvait chez des membres de sa famille au moment de l'entretien téléphonique. Un hiver qu'il passe dans son patelin à Montréal.

Un changement par rapport aux deux saisons mortes précédentes durant lesquelles il était resté à Ottawa. « Je suis retourné chez moi durant le temps des négociations. Dès que je saurai où se trouve mon futur, je vais faire des plans pour déménager », a-t-il dit.

À quelques reprises, Macdonell mentionne être prêt à revenir chez le Rouge et Noir. Qu'il offrira l'occasion à l'équipe d'égaler les offres de la compétition.

Ce sera surprenant si un pareil scénario se produit. Le directeur général Marcel Desjardins n'a pas l'habitude de négocier de la sorte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer