Toujours la fête chez les champions de la coupe Grey

La coupe Grey ne cesse de se promener... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

La coupe Grey ne cesse de se promener depuis le défilé dans les rues d'Ottawa.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La main d'Abdul Kanneh qui prive les Stampeders de Calgary d'un touché. La jonglerie d'Ernest Jackson en route vers la zone des buts en prolongation. Puis Henry Burris qui soulève le trophée à bout de bras après une performance mémorable sur une jambe.

Des images encore fraîches en mémoire, un mois plus tard. Il était 22 h 18 lorsque le Rouge et Noir a causé une des plus grandes surprises dans les annales de la Ligue canadienne de football (LCF), le 27 novembre dernier, au stade BMO.

Ottawa remportait la coupe Grey pour la première fois depuis 1976.

Des partisans pleuraient de joie dans les estrades. D'autres sautaient et multiplaient les câlins.

Depuis ce soir-là, les célébrations n'ont pas cessé en ville.

Oui, il y a eu cette parade qui a attiré des dizaines de milliers de personnes le long de la rue Bank et devant le pavillon Aberdeen. Ce fut la fête la plus médiatisée.

Mais la coupe Grey ne cesse de se promener depuis quatre semaines.

On l'a vu dans de nombreux bars et restos de la capitale nationale. Les médias sociaux regorgent de photos du trophée en compagnie de partisans et membres de l'équipe championne.

Tiens, il y a cet amateur qui a remis une bouteille à un joueur québécois du Rouge et Noir, insistant qu'il arrose ses amis et lui de champagne. Un peu comme il l'avait fait après la finale.

« C'est ça la beauté avec ce trophée-là. Il ne reste pas sur une table. Il n'est pas manipulé avec des gants blancs. C'est un trophée pour monsieur et madame tout le monde, souligne l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«Tout le monde peut y toucher, le soulever. C'est pourquoi tu peux y remarquer des marques ici et là. Que la coupe est poquée.»

Défilé improvisé

Le coach a même décidé d'improviser un défilé dans le quartier qu'il habite non loin de la Place TD. Il a cogné à des portes afin de présenter le trophée à ses voisins, jeunes et moins jeunes.

Son père Hugh avait pris la même initiative en 1978 après avoir guidé les Eskimos d'Edmonton vers une première conquête. Fiston Rick avait huit ans à l'époque.

«Je me souviens encore de l'émerveillement chez les jeunes. J'avais la même réaction qu'eux, relate-t-il.

«J'ai appris à connaître ces gens de mon quartier depuis mon arrivée à Ottawa. Je voulais partager cette victoire avec eux. Les enfants ont tellement eu de plaisir à lever la coupe...

«Je savais que cette conquête serait spéciale pour la ville d'Ottawa, mais jamais à ce point. Les gens ici attendaient le retour de la coupe depuis si longtemps... Quarante ans, c'est très long. Je suis épaté de voir à quel point cette victoire a marqué la communauté.»

La coupe Grey lui aura aussi permis de rencontrer un de ses acteurs favoris.

Rick Campbell a amené le trophée avec lui lors d'une fête à l'ambassade américaine plus tôt en décembre. Le vice-président Joe Biden était en ville.

Un des invités ? Mike Myers, vedette de plusieurs comédies, dont la trilogie Austin Powers.

Grâce à la Coupe Grey, le directeur général... (Photo tirée de Twitter) - image 2.0

Agrandir

Grâce à la Coupe Grey, le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins (à gauche), et l'entraîneur Rick Campbell (à droite), ont pu rencontré le comédien canadien Mike Myers (au centre).

Photo tirée de Twitter

«Il se trouvait à 10 pieds de moi. J'ai toujours adoré son travail, que ce soit lorsqu'il était une des vedettes à Saturday Night Live (SNL) ou dans divers films. Il fallait que j'aille le saluer et avoir une photo en compagnie de lui et la coupe Grey. Ce fut un des moments les plus cool des dernières semaines.»

Une photo qui va se retrouver dans son album 2016 aux côtés de celles rappelant notamment cette victoire dans la neige en finale de l'Est contre les Eskimos d'Edmonton. Un moment souvent oublié, car l'équipe allait remporter les grands honneurs, une semaine plus tard.

La prochaine année pourrait s'avérer encore plus spéciale. Le Rouge et Noir pourrait réussir un exploit qui a toujours échappé aux défunts Rough Riders. Celui de gagner la coupe Grey devant ses propres partisans.

Ottawa accueillera la finale de la LCF en 2017. Reste à voir si l'équipe locale sera sur le terrain pour défendre son titre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer