Toronto vire rouge et noir

Plusieurs autobus nolisés ont fait le trajet Ottawa-Toronto... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Plusieurs autobus nolisés ont fait le trajet Ottawa-Toronto en matinée, dimanche. Le retour dans la capitale était prévu aux petites heures, lundi. D'autres fans de l'équipe de la capitale nationale sont débarqués dans la Ville Reine plus tôt dans la semaine.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Toronto) Certains partisans se promenaient le torse nu. D'autres qui portaient de longues barbes s'étaient peinturé le visage en rouge et noir. C'est sans compter les nombreuses chemises carreautées.

Les amateurs du Rouge et Noir étaient partout, très colorés et surtout bruyants avec leurs cloches à vache, dimanche soir, dans les gradins du stade BMO. Ils étaient sur place par milliers afin d'encourager leur équipe favorite au match de la coupe Grey.

Plusieurs autobus nolisés s'étaient tapé le trajet Ottawa-Toronto en matinée. Le retour dans la capitale était prévu aux petites heures, lundi. Et il y a ces mordus qui sont débarqués dans la Ville Reine plus tôt dans la semaine.

La direction du Rouge et Noir disait ignorer combien de milliers de ses partisans s'étaient déplacés pour cette finale de la Ligue canadienne de football (LCF). « Mais je sais que c'est beaucoup. Partout, tu vois des gens avec les couleurs rouge et noir. C'est fou, a souligné un des propriétaires, Jeff Hunt.

«Et la bonne nouvelle, c'est que nous allons accueillir le match l'an prochain chez nous à Ottawa», a-t-il ajouté.

Les partisans du Rouge et Noir qui n'avaient... (Martin Roy, Le Droit) - image 2.0

Agrandir

Les partisans du Rouge et Noir qui n'avaient pas fait le voyage à Toronto ont tout de même célébré, dimanche soir. Ils ont vu leur équipe battre les Stampeders de Calgary 39-33 en prolongation. Le maire Jim Watson n'a pas manqué de féliciter son équipe sur Twitter : « Ottawa est fière de vous », a-t-il écrit. Sur la photo, on aperçoit les fidèles qui s'étaient réunis au bar The Sens House, sur la rue York.

Martin Roy, Le Droit

Une des fêtes les plus courues dans les derniers jours à Toronto était celle organisée samedi par le Rouge et Noir. Il y avait une longue file afin d'accéder au restaurant en question.

Robert Joachim attendait à l'extérieur avec ses garçons Ryan, 15 ans et Raymond, 11 ans. «Ils représentent une troisième génération d'amateurs de football dans notre famille», a indiqué le franco d'Ottawa, qui se souvient encore de la première partie de football qu'il a vue au petit écran.

«Le match de la coupe Grey de 1976 gagnée par Ottawa. J'avais six ans», a noté Joachim, accompagné aussi par son jumeau Léonard pour ce voyage à Toronto.

Quelques minutes avant cette entrevue, un invité spécial s'est pointé. L'ancien premier ministre Stephen Harper, qui possédait un abonnement de saison lors des deux premières années de la franchise, est débarqué à la fête en question.

Un des premiers amateurs à l'accueillir fut Peter Azzi, un Franco-Libanais d'Ottawa. Il a même pris une photo avec Harper, les deux hommes tenant un drapeau aux couleurs de l'équipe. 

À l'intérieur de l'édifice, assis au bar, on retrouvait Vincent Rulé et un de ses amis, Nevill Carney. Le premier portait un fedora. Un clin d'oeil au chapeau de Frank Clair, cet entraîneur qui avait mené les défunts Rough Riders d'Ottawa à trois conquêtes de la coupe Grey.

Quant à Carney, il était fier de montrer son chandail de l'équipe. «Un chandail chanceux, a fait valoir l'homme âgé de 29 ans.

«Je l'ai porté lors du premier match à domicile de l'histoire de l'équipe. Le Rouge et Noir avait gagné. Donc, je vais l'enfiler dimanche. Il porte chance tout comme ces souliers que j'avais aux pieds lors de cette partie-là.»

Un peu plus loin, Bob Monette multipliait les poignées de main. Non pas à titre de conseiller municipal, mais de grand passionné de football.

«Enfant, j'allais aux parties des Rough Riders d'Ottawa avec mes amis dans les années 1960. Nous achetions nos billets dans le temps au IGA... Ça coûtait un dollar par match !»

Est-ce que le sexagénaire comptait imiter les jeunes partisans du Rouge et Noir et se maquiller le visage ? «Non, non. Jamais. Mais je serai habillé en rouge et noir», a-t-il promis en riant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer