Gala de la LCF: le Rouge et Noir repart bredouille

Le receveur des Stampeders de Calgary DaVaris Daniels... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le receveur des Stampeders de Calgary DaVaris Daniels a battu Jason Lauzon-Séguin dans la course pour le titre de recrue de l'année, jeudi soir au banquet de fin de saison de la Ligue canadienne de football.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

TORONTO - Les Stampeders de Calgary ont déjà commencé à piétiner le Rouge et Noir à trois jours du match de la coupe Grey.

Les champions de l'Ouest ont raflé six des 11 trophées remis jeudi lors du gala annuel de la Ligue canadienne de football (LCF). Ils sont notamment sortis gagnants des quatre catégories dans lesquels leurs adversaires de la capitale nationale étaient en lice.

Le receveur Ernest Jackson s'est incliné devant le quart-arrière Bo Levi Mitchell à titre de joueur par excellence. Quant au centre Jon Gott, on lui a préféré le bloqueur Derek Dennis en tant que joueur de ligne de l'année tandis que Rick Campbell n'a reçu qu'un des 73 votes pour le prix d'entraîneur-chef de l'année remporté par Dave Dickenson.

Et puis il y a le joueur de ligne offensive, Jason Lauzon-Séguin, qui a vu le jury opter pour le receveur DaVaris Daniels en tant que recrue de l'année.

Des résultats qui n'ont rien de surprenant puisque Calgary a remporté 15 de ses 18 parties du calendrier régulier. Plusieurs de ses joueurs ont compilé des statistiques impressionnantes et difficiles à ignorer.

Lauzon-Séguin, qui a grandi à St-Eugène, dans l'Est ontarien, en était très conscient en matinée. « Ça signifierait beaucoup pour moi de gagner, mais en même temps, ce qui s'avère plus important, c'est de gagner le match ce dimanche », avait-il soutenu.

Le choix de première ronde du Rouge et Noir a entamé 14 parties à Ottawa en 2016, ratant les quatre autres en raison d'une commotion cérébrale. « Mon objectif, c'était de connaître une bonne saison et démontrer ce dont j'étais capable de faire, avait-il rappelé.

«J'espérais obtenir quelques départs - un ou deux en plus d'être le sixième joueur de ligne offensive - mais je n'aurais jamais pensé jouer autant et de participer au match de la coupe Grey.»

De nombreux membres du Rouge et Noir s'étaient déplacés à ce banquet de fin de saison tenu au Musée des beaux-arts de l'Ontario. L'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon espérait que Lauzon-Séguin devienne le second athlète francophone de l'histoire de la LCF à gagner un honneur individuel. «C'est extraordinaire ce que Jason a fait cette année. Il a joué comme bloqueur à gauche, garde à gauche, garde à droite et maintenant bloqueur à droite. Il n'y a pas grand monde qui a fait ça cette année, a-t-il noté.

«Le Rouge et Noir a bien fait de le repêcher. En plus, il a une bonne tête sur les épaules. Il est sympathique et surtout, il a un bon coeur.»

Dans les autres catégories, notons que le secondeur des Alouettes de Montréal, Bear Woods, est aussi reparti les mains vides. C'est plutôt le secondeur des Lions de la Colombie-Britannique, Solomon Elimiman, qui a été élu joueur défensif par excellence.

Vendre des maisons entre deux matches

Ray Early aurait bien aimé accorder une entrevue en français.

«Mais déjà que j'ai de la misère à parler en anglais», lance en riant le botteur américain du Rouge et Noir. Ce dernier s'amuse ces jours-ci à Toronto. Ça se voit. Il ne cesse de sourire ici et là.

«Il y a quelques semaines, je croyais que c'était terminé. Que je ne jouerais plus au football.»

Les Roughriders de la Saskatchewan n'avaient pas renouvelé son contrat après la saison dernière. «J'avais commencé à me résigner à l'idée que ma nouvelle vie était celle d'un agent immobilier», confie-t-il.

Quand le Rouge et Noir l'a appelé à la mi-octobre, le joueur âgé de 24 ans venait de conclure ses premières ventes à Columbia, en Caroline du Sud. «C'est un milieu difficile à percer, note-t-il.

Mais pas question pour lui d'abandonner. En fait, il y a encore des pancartes avec sa photo dessus sur des parterres dans cette région des États-Unis. Son téléphone sonne chaque jour, ou presque, depuis son passage en sol canadien. Des clients se montrent intéressés à certaines propriétés.

«J'essaie de réaliser quelques transactions à distance, raconte Early. Mais ma priorité demeure cette équipe-ci.»

Surtout en cette semaine du match de la coupe Grey. Il pourrait devoir à nouveau s'occuper des placements. Le vétéran Chris Milo, blessé à la jambe droite, a repris l'entraînement, mais sa présence contre les Stampeders demeure incertaine.

En trois parties, Early a réussi ses six tentatives de placement en plus de continuer à effectuer les bottés de dégagement. «Dieu a été bon avec moi. Je n'en reviens pas de la tournure des événements depuis un mois et demi», insiste-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer