Les Giants devront se méfier de A.J. Green

La variété est la clé pour limiter A.J.... (Archives, Associated Press)

Agrandir

La variété est la clé pour limiter A.J. Green (à droite).

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Ces derniers jours, Steve Spagnuolo a beaucoup discuté avec Leon Hall, le vétéran demi de coin.

Le coordonnateur défensif des Giants veut contenir l'attaque des Bengals, qui seront les visiteurs au MetLife Stadium, lundi. Et il est en quête d'informations de première ligne.

Avant de se joindre aux New-Yorkais en août, Hall a passé ses neuf premières saisons avec Cincinnati. Il connaît bien Andy Dalton et A.J. Green.

Il a notamment dit à Spagnuolo que Green n'a pas son égal pour sortir les mains à la dernière seconde pour un catch.

« A.J. a d'excellentes mains, il est plus costaud que la moyenne des ailiers et il est très rapide, a dit Spagnuolo. Il faut trouver des façons de le ralentir. »

Hall pense que la variété est la clé pour limiter Green.

« Et ça commence en mettant de la pression sur le quart. Il faut le faire hésiter et douter. Ça peut affecter les passes qu'il va tenter. »

Il reste qu'il faut toujours se méfier de Green, d'autant plus que les Giants ont permis sept jeux de 20 verges ou plus aux Eagles, le week-end dernier.

« C'est un casse-tête, a reconnu Hall au sujet de Green. Il peut courir et il est fort physiquement. Il peut tout faire, à peu près. »

Les Giants ont parfois confié la tâche de stopper le meilleur receveur à Janoris Jenkins, cette saison. Comme exemple, Dez Bryant des Cowboys a été limité à un seul attrapé.

Jenkins et Green se connaissent du temps de la NCAA. Jenkins jouait pour l'Université de la Floride, Green pour celle de la Georgie.

« Il réunit tout ce qu'il faut pour un demi de coin : la vitesse, la rapidité d'exécution et les qualités athlétiques », a dit Green.

Les Bengals (3-4-1) ne peuvent pas commettre beaucoup de faux pas, eux qui veulent atteindre les séries pour une sixième année de suite.

« Je ne sens pas de panique, mais nous savons ce qu'il y a à faire », a dit Green.

L'attaque des Bengals pose aussi une menace au sol : menés par Jeremy Hill et Giovani Bernard, ils y cumulent 120 verges par rencontre.

Les Bengals ont eux deux semaines pour se préparer à affronter les Giants (5-3), qui sont à la recherche d'un quatrième gain de suite.

À la demie, ces derniers vont ajouter à leur cercle d'honneur Tom Coughlin, Justin Tuck et Ernie Accorsi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer