Et de quatre pour Buckingham

Malgré une performance dominante, les Tigres ont reconnu... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Malgré une performance dominante, les Tigres ont reconnu l'effort qu'a donné le Phénix.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'école secondaire Hormisdas-Gamelin passera une autre année au sommet de la pyramide du football scolaire en Outaouais.

Les Tigres représentant Buckingham ont remporté un quatrième championnat consécutif au niveau juvénile. Dimanche, sur leur terrain synthétique, ils ont vaincu le Phénix de Nicolas-Gatineau 48-28.

Le score laisse croire à un match à sens unique.

Ce n'est pas tout à fait vrai.

Nicolas-Gatineau, qui a effectué dans les derniers mois un retour en force, s'est bien battu. Ils ont été dans le coup jusqu'à la toute fin de la première demie.

Parfois, dans des matches de championnat, de petits détails peuvent faire la différence.

Le Phénix s'est retrouvé en bonne position de réussir un placement, dans la dernière minute du deuxième quart. En plaçant le ballon entre les poteaux, il aurait pu partir à la pause avec une avance de 17-14.

Le botté a plutôt été bloqué. Puis, le ballon a été récupéré. Le membre des Tigres qui s'en est emparé a joyeusement gambadé jusque dans la zone des buts.

Après la transformation de deux points, ce sont les hôtes qui ont pris les devants à ce moment crucial.

Les Tigres ont ajouté à leur avance durant la deuxième demie, mais le Phénix n'a pas baissé les bras. Il s'est même permis d'inscrire un touché sur le dernier jeu du match.

« On savait que c'était une équipe qui s'était bien préparée. Une équipe qui fait toutes les choses bien. Ils sont arrivés bien préparés, disciplinés. Leurs coaches ont fait une job incroyable », estime l'entraîneur-chef d'Hormisdas-Gamelin, Michel Roy.

C'est notre quatrième victoire consécutive en finale. Celle-là, je dois le dire, n'a pas été facile du tout. Nous avons affronté des jeunes en mission. Honnêtement, les petits entraîneurs de l'autre bord... Ils ont fait une pas pire job. C'est assez inspirant. »

En plus de mettre la main sur la coupe, les Tigres auront la chance de jouer pour le Bol d'or. Ils accueilleront, toujours à Buckingham, une formation issue de la région du Lac-Saint-Louis, le 19 novembre prochain.

« Vous savez, les gens de Nicolas-Gatineau ont nettoyé beaucoup de choses dans leur programme de football. Je le dis régulièrement à mes adjoints. Ils s'en viennent. Ils s'en viennent vite et fort », estime néanmoins M. Roy.

Victoire chez les cadets

La journée n'a quand même pas été décevante pour Nicolas-Gatineau. Quelques heures avant les juvéniles, le Phénix a croisé le fer avec les Tigres en grande finale de la catégorie cadet. Dans ce match, ce sont les visiteurs qui l'ont emporté.

« Je ne serais pas prêt à dire que ce fut un match facile, même si nous l'avons emporté 44-13 », commente l'entraîneur-chef du Phénix, Maxime Lepinay.

Les protégés de M. Lepinay, qui sont pour la plupart des étudiants de niveau secondaire III, devraient accéder à la catégorie juvénile l'an prochain.

« C'est ça qui est encourageant. J'ai travaillé pendant trois ans pour Hormisdas-Gamelin à titre de préparateur physique. Je peux vous dire que la région mise sur deux programmes très sérieux. La rivalité ne va que grandir au cours des prochaines années. »

Fin abrupte pour les Ravens de Carleton

Il n'y a pas de honte à perdre contre les meilleurs. Ce week-end, les Ravens de l'université Carleton ont vu leur parcours éliminatoire prendre fin dans le stade de la meilleure formation de l'Ontario. En demi-finale du tournoi de la coupe Yates, samedi, ils ont été battus 51-24 par les Mustangs de Western, au TD Stadium. Il n'y a pas d'autres façons de l'expliquer. Les Mustangs étaient plus forts. Malgré leur indiscipline chronique, le fait qu'ils ont écopé de 23 pénalités durant la rencontre, ils ont quand même réussi à obtenir 32 premiers jeux. L'attaque au sol des Ravens, qui avait été si efficace une semaine plus tôt contre les Gee Gees d'Ottawa, n'a pas fait le poids. Le porteur de ballon vedette Jayde Rowe a gagné seulement 53 verges sur 15 courses. Un secondeur québécois, Jean-Gabriel Poulin, a été le meneur à l'attaque de Western. Il a réussi sept plaqués et demi en plus d'intercepter une passe. Les Ravens, qui ne rougiront pas de cette défaite, commenceront bientôt à se préparer en prévision de la saison 2017, durant laquelle ils devraient figurer parmi les équipes à battre en Ontario. Les Mustangs, eux, se frotteront la semaine aux Golden Hawks de Wilfrid-Laurier en finale provinciale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer