Un alignement du Rouge et Noir méconnaissable

L'absence de réguliers comme Greg Ellingson lors du... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

L'absence de réguliers comme Greg Ellingson lors du dernier match de la saison régulière laissera la chance à des joueurs moins connus du Rouge et Noir de se faire valoir.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir foulera le terrain de la Place TD avec un alignement méconnaissable, vendredi soir, pour compléter le calendrier régulier.

Douze joueurs réguliers se contenteront d'un rôle de spectateur, de Burris à Sinopoli en passant par les Pruneau, Milo, Ellingson, Jackson, Evans, Hopkins et Madu. Ce qui permettra à plusieurs noms peu connus des amateurs d'être appelés dans la mêlée contre les Blue Bombers de Winnipeg.

Six joueurs disputeront une première partie à Ottawa. Au haut de la liste ? Le receveur américain Joshua Stangby, le secondeur québécois Hervé Tonye-Tonye et le garde ontarien Randy Beardy. «Plusieurs de ces joueurs se trouvent au sein de notre équipe d'entraînement depuis quelques semaines. Nous sommes excités de le voir enfin jouer», a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell

Ce dernier a répété toute la semaine que le Rouge et Noir jouerait de prudence. Qu'il ne lancerait aucun joueur amoché dans l'alignement. Le coach aura tenu parole. «La réalité, c'est que nous avions 31 joueurs qui attendaient à l'infirmerie après le dernier match afin de recevoir des traitements. C'est assez fou comme situation, a soutenu Campbell. Donc il faut prendre des décisions intelligentes.»

Le quart-arrière Brock Jensen obtiendra un premier départ en carrière dans la LCF. Il pourrait s'amuser avec Stangby, un ancien des Colts d'Indianapolis, de la NFL. Le receveur âgé de 26 ans ne fait que 5'11'' et 185 livres, mais il s'avère rapide. Il pourrait aussi retourner des bottés de dégagement.

«J'étais membre de l'équipe toute étoile au sein des unités spéciales dans les rangs universitaires, a indiqué Stangby, qui portait les couleurs des Braves... d'Ottawa.

«L'université Ottawa au Kansas, a-t-il précisé. C'est drôle comment la vie fait les choses. Maintenant, je suis ici à Ottawa, au Canada.»

Si le Rouge et Noir alignera son équipe C ou D, les visiteurs, eux, se pointeront avec tous leurs gros canons, ou presque. Seuls le receveur Clarence Denmark et le secondeur Khalil Bass, auteur de 10 plaqués la semaine dernière contre Ottawa, rateront la partie.

Les Blue Bombers ont besoin de gagner cette partie afin de conserver des chances de terminer deuxième dans la division Ouest.

Le quart du Rouge et Noir, Henry Burris... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le quart du Rouge et Noir, Henry Burris

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Laing heureux, Burris aussi

Henry Burris a été une des premières personnes à lui serrer la main à son arrivée au stade.

«Il m'a accueilli avec son large sourire. Puis il m'a dit être très heureux de ne plus avoir à m'affronter. Je lui ai répondu que c'est réciproque, je suis content de ne plus avoir à le frapper», a relaté le plaqueur Cleyon Laing, jeudi, après avoir participé à un léger entraînement du Rouge et Noir.

Il s'agissait de sa première journée au sein de sa nouvelle équipe. Ottawa l'avait embauché la veille.

Laing a été un des joueurs les plus efficaces en 2015, réussissant neuf sacs.

Il a délaissé les Argonauts de Toronto durant l'hiver, tentant sa chance dans la NFL, plus précisément à Miami. Les Dolphins l'ont libéré lundi, ce qui a ouvert la porte vers un retour dans la LCF. On dit que les Eskimos d'Edmonton, l'équipe de son patelin, tentaient de le convaincre de se joindre à eux. «Si j'ai opté pour Ottawa, c'est que je crois dans les chances de cette équipe de gagner la coupe Grey, a expliqué Laing, qui affrontera les Blue Bombers, vendredi. Je suis en grande forme. Même si je n'ai pas joué depuis un match hors-concours en août, je me suis entraîné sans arrêt chez les Dolphins.»

Gott demeure l'homme de fer

Ses patrons lui ont offert de prendre congé. Mais Jon Gott ne voulait rien savoir.

Même chose pour Patrick Lavoie. Les deux vétérans du Rouge et Noir tiennent à affronter les Blue Bombers pour des raisons bien différentes.

«Je n'ai jamais disputé une saison complète auparavant», a rappelé Lavoie, qui avait raté une partie en 2012 chez les Alouettes de Montréal en raison de maux de dos. Une autre blessure avait coûté quatre matches au centre-arrière, l'année suivante. Puis à ses deux premières saisons à Ottawa, son molet l'a forcé à l'écart de l'action ici et là. Quant à Gott, il pourra maintenir en vie une séquence impressionnante.

Le centre s'avère le seul joueur à avoir entamé toutes les parties de l'histoire du Rouge et Noir. «C'est un exploit de rester en santé pendant si longtemps», a avoué le joueur de ligne offensive âgé de 31 ans. Ce dernier devrait voir de l'action pendant quelques séquences offensives au premier quart avant de céder sa place à Alex Mateas, qui s'est entraîné toute la semaine à la position de centre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer