Jensen obtient sa chance

Brock Jensen avait complété 20 de 29 passes... (Mark Taylor, Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Brock Jensen avait complété 20 de 29 passes pour 271 verges et deux touchés dans un revers de 30-29,  le 22 juillet contre les Roughriders.

Mark Taylor, Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Brock Jensen se souvient encore très bien de la dernière fois qu'il a entamé un match en tant que quart-arrière.

Ça remonte au 4 janvier... 2014. « Une partie de championnat national au Texas que nous avions gagné », s'est-il rappelé, lui qui menait du même coup ses coéquipiers des Bisons de North Dakota State à un troisième titre de suite dans la NCAA.

Ce fut aussi sa dernière joute dans les rangs collégiaux.

Presque trois ans plus tard, Jensen obtient enfin sa chance chez les pros. Le Rouge et Noir l'a nommé quart-arrière partant en vue de son affrontement de vendredi soir contre les Blue Bombers de Winnipeg à la Place TD.

Un match sans signification pour Ottawa, déjà assuré du premier rang et d'une participation à la finale de l'Est. C'est pourquoi l'équipe a décidé que son vétéran Henry Burris ne sera même pas en uniforme pour cette dernière sortie du calendrier régulier.

Aucune raison aux yeux de la direction de risquer une blessure à son joueur étoile, tout comme à ses receveurs Greg Ellingson, Ernest Jackson et Brad Sinopoli. Le trio a été limité à un rôle de réserviste mardi à l'entraînement.

« Ça me va. Je n'ai aucun problème avec ça, a assuré Burris. Cela va permettre aussi à nos jeunes quarts de voir de l'action. »

Âgé de 26 ans, Jensen s'est joint au Rouge et Noir en juin 2015 après un essai infructueux chez les Dolphins de Miami, dans la NFL. Peu de temps après son arrivée, il a été perçu comme le quart de l'avenir à Ottawa.

Sauf que la concession a embauché Trevor Harris durant l'hiver afin de succéder éventuellement à Burris. Des blessures à ces deux joueurs ont catapulté Jensen dans l'action à la mi-juillet durant une rencontre à Régina.

Ce dernier avait complété 20 de 29 passes pour 271 verges et deux touchés dans un revers de 30-29 contre les Roughriders. Il avait connu des difficultés dans les 15 dernières minutes de jeu.

« J'ai beaucoup appris de cette journée-là. Je dois être plus rapide notamment à prendre des décisions », a avoué Jensen.

Son premier départ servira à l'évaluer, et peut-être déterminer son avenir chez le Rouge et Noir.

L'organisation devra prendre des décisions durant l'hiver, à savoir qui épaulera Harris en 2017 si Burris décide d'accrocher casque et épaulettes. Est-ce que ce sera Jensen, l'autre réserviste Danny O'Brien ou un quart déniché ailleurs ?

Brock Jensen possède encore plusieurs records à North Dakota State. Là-bas, il était si bon qu'un certain Carson Wentz, maintenant une recrue étoile dans la NFL, a dû se contenter d'un rôle de substitut.

« Brock s'avère plus athlétique. Il possède aussi un bras plus puissant que Carson. Je n'ai jamais compris pourquoi il n'a jamais été repêché en première ronde. La seule chose qu'il lui manque, c'est d'acquérir un peu d'expérience de match chez les pros », a soutenu Burris en parlant de Jensen plus tôt cette saison.

Si le vétéran quart a raison, le Rouge et Noir se frottera les mains. Et s'il s'est trompé, l'équipe passera probablement au prochain nom sur sa liste.

Trois bons coups

Mossis Madu... (Justin Tang, Archives La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

Mossis Madu

Justin Tang, Archives La Presse canadienne

Fouiller dans les poubelles des autres peut s'avérer parfois payant. Parlez-en au Rouge et Noir, qui se frotte les mains depuis qu'il a récupéré trois joueurs rejetés par les Alouettes, les Tiger-Cats et les Stampeders.

Le demi de coin Mitchell White, le demi offensif Mossis Madu et le secondeur Tank Reed ont tous joué des rôles importants dans la victoire assurant le premier rang à Ottawa, samedi dernier, à Winnipeg. Le premier a réussi une interception, le second a porté le ballon à 21 reprises pour des gains de 125 verges et un touché tandis que le dernier, lui, a réussi 12 plaqués.

Reed, 25 ans, en avait amassé 26 lors des six parties précédentes chez le Rouge et Noir.

Le travail de Reed et Madu a été récompensé par la LCF qui les a nommés parmi les trois étoiles de la dernière semaine en compagnie de Solomon Elimimian, des Lions de la Colombie-Britannique. « Je suis très heureux pour eux, a commencé par dire l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«Je suis très content aussi pour nos dépisteurs, qui continuent de trouver des joueurs capables de remplacer nos blessés. Ce sont deux exemples de vétérans qui ont réussi à nous dépanner.»

Et dire que Madu s'est avéré le plan... D du Rouge et Noir en tant que porteur de ballon.

William Powell devait être la vedette à ce poste. Mais il s'est blessé durant le camp d'entraînement. Puis son remplaçant Travon Van a abouti à son tour à l'infirmerie.

Madu, 28 ans, croyait obtenir sa chance à ce moment-là, mais l'équipe s'était plutôt tournée vers Nic Grigsby. Il a été promu à la fin septembre, entamant les six dernières parties.

«Je suis un type qui connaît du succès quand il joue de plus en plus», a dit Madu, qui a justement offert ses deux meilleures sorties de la saison lors des deux derniers matches.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer