Des erreurs à éviter contre les Bombers

Jon Gott sait que son erreur dans le... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Jon Gott sait que son erreur dans le dernier match de la saison a coûté une qualification pour la finale de l'Est aux siens.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jon Gott savait pourquoi les journalistes l'attendaient devant son casier. Ce n'était pas pour lui jaser des flocons de neige qui tombaient du ciel lors de l'entraînement du Rouge et Noir, mardi, à la Place TD.

Le vétéran centre a effectué une mauvaise remise dans la défaite de 39-36, quatre jours plus tôt, contre les Tiger-Cats de Hamilton. Un jeu survenu à une verge de la zone des buts de l'adversaire qui a coûté un touché aux siens au troisième quart.

« Le ballon m'a tout simplement glissé des mains. Ça arrive parfois dans la pluie. Mais ce n'est pas une excuse », a soutenu Gott, les yeux bien écarquillés.

Le barbu du Rouge et Noir a ensuite passé au confessionnal.

« Cette erreur nous a coûté six points. Tu ne peux pas être content avec toi-même. Mais la seule chose que tu peux faire, c'est oublier ça et continuer à travailler fort. »

Gott n'est pas le seul qui a gaffé dans un match qui aurait pu permettre à Ottawa (7-8-1) de s'assurer du premier rang de la division Est. Ses coéquipiers et lui ont commis cinq revirements.

Le quart-arrière Henry Burris a été victime de deux interceptions en plus d'échapper le ballon en deuxième prolongation. « Je dois être plus prudent avec le ballon, a-t-il reconnu.

«Nous ne pouvons pas continuer à nous tirer dans le pied de la sorte. Surtout pas contre Winnipeg», a ajouté le vétéran âgé de 41 ans.

Le Rouge et Noir disputera ses deux dernières parties contre les Blue Bombers, dont ce samedi dans la capitale manitobaine. «Une équipe qui survit en provoquant des revirements», a rappelé Burris.

Winnipeg (10-6) a notamment réussi... 28 interceptions en 16 parties. C'est 11 de plus que Hamilton qui occupe le deuxième rang à ce chapitre. «Ça saute de gauche à droite pour essayer de mettre la main sur le ballon», a analysé Burris.

Le Rouge et Noir tente de garder le moral ces jours-ci, même si les nombreuses défaites crève-coeur commencent visiblement à irriter joueurs et entraîneurs. Dix parties se sont décidées sur le dernier jeu du match.

Ottawa n'est sorti victorieux que trois fois dans pareille situation, s'inclinant notamment deux fois en prolongation et se contentant d'un verdict nul contre Calgary.

«Ce fut difficile de laisser filer une victoire la semaine dernière, a avoué Jon Gott.

«Mais la réalité, c'est que nous occupons encore le premier rang. Si nous gagnons nos deux dernières parties, nous serons champions de notre division. Ce n'est pas comme si nous ne sommes plus dans le coup.»

Un trou qui fait peur

Jake Harty avait le souffle court, il y a un mois. Il toussait et sa voix avait changé drastiquement. Tout ça quatre jours après le retour de l'équipe d'un voyage en Colombie-Britannique.

Le receveur du Rouge et Noir a vite compris qu'il avait un sérieux problème de santé après une visite chez le médecin. Un de ses poumons était perforé. «Un trou s'était formé. L'air s'échappait du poumon et se retrouvait sous ma peau à la hauteur de la poitrine», a-t-il expliqué, mardi, après l'entraînement des siens. 

Harty a maintenant retrouvé la santé. Si tout va bien, il pourrait revenir au jeu la semaine dernière lors du dernier match de la saison régulière.

«J'ai un test de résonnance magnétique prévu mercredi. Si j'ai le feu vert, je peux reprendre officiellement l'entraînement», a-t-il expliqué.

Ce dernier a pu effectuer de légers exercices en début de semaine.

«En restant au repos complet, cela a permis au trou de se refermer naturellement, a souligné Harty.

«Je suis chanceux. On a découvert le problème tôt. Je n'ai pas eu besoin de chirurgie. Je peux te dire que j'ai eu peur lors des premières journées.

«Les médecins ne savent pas exactement ce qui a causé l'apparition de ce trou. Peut-être que j'ai été frappé durant le match à Vancouver. C'est peut-être aussi le vol d'avion qui serait à l'origine. Comme je disais, il est impossible de mettre le doigt sur la source du problème.»

Si Harty se rapproche d'un retour au jeu, ses coéquipiers Jake Silas et Aston Whiteside font le voyage inverse vers l'infirmerie. Le premier ne jouera plus cette saison tandis que le nom du second a été placé sur la liste des blessés pour une partie.

Ajoutez à cela que le plaqueur Zack Evans, le demi défensif Forrest Hightower et le receveur Juron Criner ont tous été exemptés du premier entraînement de la semaine. Ils ont tous subi de nouveaux bobos lors du dernier match.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer