Plusieurs contrats à renouveler

Le Rouge et Noir d'Ottawa, qui affrontait les... (Justin Tang, La Presse canadienne)

Agrandir

Le Rouge et Noir d'Ottawa, qui affrontait les Tiger-Cats de Hamilton vendredi soir à la Place TD, devra faire des choix cet été. Sur la photo, Mossis Madu tente d'échapper à Dominique Ellis et à Simoni Lawrence.

Justin Tang, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Appuyé contre des béquilles, Chris Williams souriait. Mais il semblait aussi un brin songeur en regardant ses coéquipiers.

Ces derniers prenaient place ici et là pour la traditionnelle photo d'équipe du Rouge et Noir. Ça se passait jeudi. Deux semaines après que le receveur étoile eut déchiré tous les ligaments d'un genou dans une défaite contre la Saskatchewan. 

« Maintenant, c'est l'attente pour la chirurgie », a soutenu Williams, qui avait amassé 1246 verges et 10 touchés en 14 parties.

Une question trotte dans la tête de plusieurs amateurs. A-t-on vu Williams pour la dernière fois dans l'uniforme rouge et noir ? Le numéro 80 écoule la dernière année d'un lucratif contrat qui fait de lui un des joueurs les mieux rémunérés de l'équipe. « Je ne pense même pas à ça en ce moment. Je veux régler mon problème de genou auparavant », a-t-il juré au Droit.

Puis, il a craché le morceau. Aucune discussion n'a eu lieu encore lui et le Rouge et Noir.

Vérification faite, Chris Williams n'est pas le seul gros morceau de l'édition 2016 dans pareille situation. « Il n'y a pas eu de négociations, a confirmé un autre receveur à avoir franchi la barre des 1000 verges de réceptions, Ernest Jackson. «Honnêtement, je ne pense même pas à ça. J'accorde toute mon attention à ce qui se passe sur le terrain en ce moment, à aider l'équipe à terminer au premier rang.»

À quelques pas de lui se trouvait le bloqueur SirVincent Rogers. Il peut devenir aussi joueur autonome durant l'hiver. S'il devient disponible, le joueur de ligne par excellence dans la LCF en 2015 sera sollicité par plusieurs clubs rivaux.

Lui aussi n'a pas eu de nouvelles de ses patrons pour un nouveau pacte. «Je te suggère de parler à Marcel (Desjardins) à ce sujet, a dit Rogers en faisant référence au directeur général de l'équipe.

«L'organisation sait que je veux rester ici, a-t-il ajouté. Que je suis dédié au Rouge et Noir.»

Ce ne sont que trois noms parmi plusieurs joueurs qui seront à la recherche de nouveaux contrats. La liste comprend aussi le receveur Greg Ellingson, les gardes J'Michael Deane et Nolan MacMillan.

En défensive, le plaqueur Moton Hopkins, le demi défensif Abdul Kanneh et le maraudeur Antoine Pruneau chercheront aussi à toucher une augmentation de salaire.

Est-ce que le Rouge et Noir sera capable de garder tout ce monde ? Le plafond salarial passera à 5 150 000 $ en 2017. «Peut-être. C'est dur à dire, a commenté le DG Marcel Desjardins. Mais je n'ai aucune idée ce que les gars vont demander. S'ils sont raisonnables, on devrait être capable (de retenir la majorité des joueurs autonomes).»

Ce dernier a confirmé ne pas avoir discuté de contrat avec les Williams, Pruneau et compagnie. C'est voulu. Mais Ottawa avait notamment d'autres dossiers plus urgents à régler. «Ce n'est pas que je n'y pense pas», a avoué Desjardins.

La bonne nouvelle ?

On a appris que la concession pourra utiliser la somme d'argent non utilisée sous le plafond de 2016 l'an prochain. Des économies qui pourraient aider à retenir un joueur ou deux de plus.

Amateur de plaqués et... d'abats

Ses coéquipiers le surnomment « Tank ». Taylor Reed, lui, se compare plutôt à Docteur Jekyll et Monsieur Hyde.

Le secondeur du Rouge et Noir se décrit comme une personne « tranquille, qui aime rire et faire rire les autres ». Un type qui porte toujours des lunettes loin du stade, lui conférant un look très intello.

« Sur le terrain, j'ai une personnalité différente », a-t-il avoué, plus tôt dans la semaine alors qu'il se préparait à affronter son ancien club. « Tu dois jouer avec de la hargne. »

Et Reed adore frapper. Il a réussi sept plaqués lors du premier match de la série aller-retour contre les Ti-Cats, à Hamilton. Il a aussi récupéré un ballon échappé en plus de rabattre une passe du quart Jeremiah Masoli.

Reed, 25 ans, a abouti à Ottawa à la mi-septembre après avoir été libéré par les Stampeders de Calgary. Il avait passé les deux saisons précédentes chez les Tiger-Cats.

« Je me plais beaucoup ici, même si je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter la ville », a-t-il dit.

À quel point a-t-il été occupé ? « Mes boules de quilles sont demeurées dans leur sac. Je n'ai pas encore eu l'opportunité de jouer une partie ou deux », a-t-il déploré.

C'est que Reed s'avère un talentueux joueur sur les allées en bois franc. « C'est mon autre passion. Je sais, ça peut paraître bizarre de voir un gars comme moi, à la stature assez carrée, jouer aux quilles, a-t-il avoué du haut de ses 6' et 241 livres.

«J'ai déjà passé près d'une partie parfaite. J'avais réussi des abats jusqu'au neuvième carreau... C'était stressant. Mes mains étaient si moites !»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer