Sinopoli et le club des 1000 verges

Le receveur Brad Sinopoli demeure humble malgré ses... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le receveur Brad Sinopoli demeure humble malgré ses succès et préfère se concentrer sur le prochain match de son équipe plutôt que sur ses objectifs personnels.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le quatrième receveur le plus productif du Rouge et Noir d'Ottawa, Brad Sinopoli, a gagné 972 verges depuis le début de la saison.

Ça veut dire ce que ça veut dire.

Vendredi soir, dans le match retour de la série contre les Tiger-Cats de Hamilton, il pourrait facilement rejoindre Chris Williams, Greg Elingson et Ernest Jackson en franchissant à son tour le plateau des 1000 verges.

À pareille date, l'an dernier, on s'émerveillait devant ce quatuor d'élite qui intimidait les défensives adverses.

Certains avançaient même qu'il fallait apprécier cet exploit qui ne risquait pas de se répéter année après année.

Sinopoli, le seul Canadien du groupe, cherche à minimiser l'affaire. Il cherche peut-être à ne pas s'ajouter inutilement de pression sur les épaules à l'approche d'un match déjà important.

Avec une victoire, Ottawa remportera le championnat de la section Est de la Ligue canadienne de football pour une deuxième année consécutive.

« Eh bien... Si ça se produit, ce sera très cool. Ce serait une bonne chose. Ça voudrait dire que notre attaque connaît une bonne saison. »

« Il faut quand même se concentrer, encore et toujours, sur la première position. Avec cette première position, on obtiendrait un congé lors de la première fin de semaine du tournoi éliminatoire. On pourrait alors se reposer et se préparer aux choses sérieuses. »

Burris heureux

Certains de ses coéquipiers sont plus bavards.

Henry Burris, par exemple.

Le vétéran quart-arrière était très content de se présenter devant les journalistes, après la séance d'entraînement de mardi. Il venait d'apprendre qu'on lui avait conféré le titre de joueur par excellence de la dernière semaine au Canada.

Il a obtenu cet honneur parce qu'il a complété 27 passes dans le Tim Horton's Field de Hamilton. Six d'entre elles ont été captées par le grand Brad.

« Je vais vous dire une chose. Il y a tellement de talent dans notre groupe de receveurs... La blessure que Chris a subie, c'est le genre de choses qui aurait pu nous faire très mal. Quand nous avons appris que sa saison était compromise, les autres ont décidé de se serrer les coudes. Nous pouvons continuer de compter sur eux pour compléter de gros jeux, encore et encore... »

« Brad a joué un gros match à Hamilton. Combien de fois l'a-t-on vu sauter par-dessus des adversaires pour compléter de gros attrapés ? »

« Les gars ont livré la marchandise l'an dernier, ils sont bien décidés à le faire de nouveau cette année. »

Mais bon. Sinopoli préfère se concentrer sur le prochain match de l'équipe, pas sur son objectif personnel.

Gros défi

Les statistiques nous laissent croire qu'il ne sera pas simple de battre les Ti-Cats deux fois d'affilée.

Surtout que le match numéro deux sera disputé à la Place TD, où le Rouge et Noir a signé seulement deux victoires en sept rencontres en 2016.

« Je ne sais pas comment expliquer notre fiche à domicile. Nous aimons notre stade. Nous sommes contents d'obtenir une chance de nous produire devant nos partisans. L'ambiance est aussi bonne ici que dans n'importe quel autre stade de notre ligue », avance l'entraîneur-chef Rick Campbell.

« Quand nous jouons la route, nous jouons plus simplement. C'est peut-être une piste de réflexion », ajoute-t-il.

Rien de grave, assure Zack Evans

La ligne défensive ne constitue pas exactement une des forces du Rouge et Noir. Elle n'a pas les moyens de perdre un membre important en cette fin de saison.

Le plaqueur Zack Evans a subi une blessure dans le match de vendredi dernier. Il assure que ce n'est rien de grave. Rien pour le tenir à l'écart. «Ce sont des choses qui arrivent. Je me sens bien», jure-t-il.

Evans a joué un rôle très limité dans la séance d'entraînement de mardi. Il ne faisait pas partie de la première unité défensive.

«Il devrait être correct, assure néanmoins Rick Campbell. Je m'attends à ce qu'il soit disponible pour notre match de vendredi. Mais je vais quand même vérifier auprès de nos thérapeutes...»

Evans, qui est originaire de la Saskatchewan, a réussi 24 plaqués et six sacs cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer