Burris veut du bruit... et un autre gain

Henry Burris (à gauche) effectuait un retour au... (Peter Power, La Presse canadienne)

Agrandir

Henry Burris (à gauche) effectuait un retour au jeu après deux mois d'absence.

Peter Power, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sa voix était sur le point de céder. Mais Henry Burris ne s'en plaignait pas.

« C'est ça qui arrive quand ça fait longtemps que tu n'as pas joué », a expliqué en riant le quart-arrière du Rouge et Noir, tard vendredi soir, après la victoire de 30-29 des siens à Hamilton. Il recevait les félicitations de ses coéquipiers pour son retour au jeu, deux mois après son dernier départ.

Mais le vétéran âgé de 41 ans refusait de s'emballer. Il reste, rappelle-t-il, beaucoup de travail à faire. Autant pour lui que l'équipe.

« J'ai raté quelques passes faciles. Des jeux de football 101 », a-t-il lancé en riant. Burris avait en tête trois passes courtes latérales qui ont abouti au sol avant même d'arriver aux receveurs ciblés.

« Les deux autres quarts sur nos lignes de côté, Trevor Harris et Brock Jensen, me regardaient en me demandant ce qui s'était passé. Ils avaient raison. »

Il reste que le joueur par excellence de la dernière saison a quand même terminé le match avec 27 passes complétées, dont une pour un touché et 393 verges. Il a aussi marqué deux fois au sol.

Cette victoire combinée aux défaites des Alouettes de Montréal et des Argonauts de Toronto, samedi soir, a permis à Ottawa (7-7-1) de s'assurer d'un match éliminatoire à domicile. Un autre gain contre Hamilton, cette fois-ci à la Place TD vendredi prochain, lui assurerait le premier rang de la division Est pour une deuxième année de suite.

Burris espère que les spectateurs seront en grande forme. Une autre salle comble est prévue pour cette joute locale.

« Nous avons besoin de l'appui de nos amateurs. Ils doivent être aussi bruyants que ceux des Tiger-Cats l'ont été pour leur équipe. C'est pourquoi j'ai perdu la voix. J'ai crié toute la soirée », a soutenu le joueur étoile.

En raison de ce bruit, le Rouge et Noir a mis souvent beaucoup de temps dans le caucus avant de prendre position pour la remise de ballon à l'attaque au Tim Hortons Field. Puis gagner à la Place TD ferait du bien à la confiance fragile de l'équipe.

Les finalistes de la coupe Grey montrent une fiche de 2-4-1 à domicile. Puis ils n'ont collé deux victoires consécutives qu'une seule fois en 2016, battant Edmonton puis Montréal pour entamer le calendrier régulier.

En attendant cette deuxième partie de la série aller-retour avec les Tiger-Cats, le Rouge et Noir reprendra l'entraînement, lundi, en fin de matinée. Il devrait miser à nouveau sur tous les joueurs qui étaient du voyage à Hamilton.

Aucune blessure n'est survenue, une rareté dans un match pour cette formation malchanceuse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer