Un porte-bonheur qui s'appelle Arnaud

Le Rouge et Noir se cherche en défensive... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Rouge et Noir se cherche en défensive depuis qu'Arnaud Gascon-Nadon s'est blessé il y a neuf parties. «Son retour au jeu va nous faire un grand bien», a avoué l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Hamilton) Le Rouge et Noir a grimpé dans un train, tôt jeudi matin en direction de Hamilton, amenant avec lui son porte-bonheur.

Ça n'avait rien d'une patte de lapin, ni d'une pièce de monnaie ou d'un trèfle à quatre feuilles. Ça ressemblait plutôt à un colosse de 6'3'' et 250 livres.

Plus précisément un ailier défensif. Arnaud Gascon-Nadon jouera enfin vendredi après une absence de neuf parties. Tout ça en raison de blessures consécutives à ses chevilles.

D'abord le 22 juillet dans un match à Régina. Puis le 20 septembre lors d'un entraînement quand le joueur québécois préparait son retour au jeu.

« Je suis excité de pouvoir jouer à nouveau dans un match... encore plus celui-ci là », avouait Gascon-Nadon avant le départ des siens.

D'abord parce que cette partie contre les Tiger-Cats sera la première joute d'une série aller-retour qui décidera fort probablement du premier rang de la division Est. Puis ce sera la première fois que le principal intéressé remettra les pieds au Tim Hortons Field depuis sa décision de se joindre au Rouge et Noir durant l'hiver.

« C'est un match qui est encerclé sur le calendrier depuis le début de la saison, soutenait Gascon-Nadon, que ses coéquipiers surnomment AGN.

«Le hasard fait bien les choses. Hamilton représente une partie de ma vie. J'ai vécu de belles émotions pendant trois ans là-bas. J'y ai appris à jouer au football professionnel. Ça va me rappeler de beaux souvenirs.»

Délaisser les Ti-Cats, l'équipe qui l'avait repêché n'a pas été facile.

AGN raconte avoir vécu une période de 48 heures déchirante lors de l'ouverture du marché des joueurs autonomes en février. Plusieurs équipes l'avaient dans sa mire. «Ça m'a fait de quoi au coeur de quitter Hamilton. Mais en même temps, je me suis senti accueilli en arrivant à Ottawa.

«Tout s'est passé vite. J'avais placé le Rouge et Noir en priorité sur ma liste. Quand il a appelé, je ne me suis pas occupé de parler aux autres équipes. Je voulais régler ça le plus vite possible. J'avais aimé l'atmosphère dans le stade quand j'avais joué ici auparavant. J'aimais la ville. J'aimais le concept de Lansdowne Live. J'aimais aussi la dynamique française anglaise avec Gatineau en face d'Ottawa.»

Surtout, son nouvel employeur avait un poste vacant pour un joueur canadien à sa position.

«J'ai vu ça comme une belle chance de montrer ce que je pouvais faire. J'avais confiance en mes moyens. À Hamilton, l'équipe comptait se tourner vers des Américains pour les deux postes d'ailiers défensifs.»

On connaît la suite.

Gason-Nadon a connu un départ canon avec huit plaqués et trois sacs à ses quatre premiers matches. Quatre parties durant lesquelles le Rouge et Noir est demeuré invaincu.

Lors de la cinquième partie, son porte-bonheur s'est blessé. Le château de cartes a commencé à s'écrouler en défensive. «Son retour au jeu va nous faire un grand bien. Ça va ajouter de la rapidité à l'extrémité de notre ligne défensive, a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«En son absence, nous avons dû muter notamment des plaqueurs en ailiers défensifs.»

Des fins de match difficiles

Pas facile d'être blessé et regarder ses coéquipiers encaisser des défaites ici et là.

Arnaud Gascon-Nadon a été un témoin privilégié de la descente aux enfers du Rouge et Noir, cette équipe finaliste de la coupe Grey qui s'accroche au premier rang de la division Est avec une fiche de 6-7-1. «Nous sommes tous frustrés par ce qui se passe. Nous pourrions facilement nous retrouver avec plusieurs victoires additionnelles», a-t-il plaidé.

L'ailier défensif a décortiqué chacune des parties des siens en 2016. Visiblement, il avait fait ses devoirs avant de se pointer devant les médias.

«Nous avons été impliqués dans de nombreuses parties serrées. Neuf matches se sont décidés sur la dernière séquence.»

Le Rouge et Noir a perdu deux fois contre les Lions. Une fois sur une interception et l'autre sur un placement. Des placements ont aussi permis aux Riders de les battre deux fois sur le jeu final de la partie. Un placement a aussi donné une victoire de 23-20 des Argonauts de Toronto à Ottawa en juillet.

«Il faut trouver une façon de soutirer la victoire dans de telles parties serrées, s'assurer du premier rang et obtenir une semaine de congé au début des éliminatoires...

«Terminer premier demeure notre objectif. C'est notre but depuis le premier jour du camp d'entraînement et rien n'a changé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer