Lubin s'amuse chez les Gee Gees

«Ce n'est jamais facile de se remettre d'une... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Ce n'est jamais facile de se remettre d'une défaite de la sorte, reconnaît le secondeur Ricardo Lubin. Mais nous avons appris de ça. Nous savons ce que nous devons rectifier.»

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ricardo Lubin se souviendra longtemps du match Panda. Autant pour de bonnes raisons que de mauvaises.

«Oui, c'est bien le cas», avouait le secondeur québécois des Gee Gees d'Ottawa, jeudi, avant l'entraînement des siens. Cinq jours plus tôt, il avait réussi une interception dans cette partie.

«Ma première en carrière. J'avais rabattu des passes auparavant, mais je n'avais jamais réalisé une interception, relatait l'athlète qui a grandi à Laval.

«J'étais à la bonne place au bon moment. C'est mon coéquipier Parker Bolton qui a effectué du bon travail. Il a poursuivi le quart-arrière et l'a plaqué. C'était un travail d'équipe.»

Malheureusement, les Gee Gees n'ont jamais pu profiter de ce revirement pour inscrire des points. Pourtant, ils en avaient besoin.

Résultat: l'équipe de football de l'Université d'Ottawa a subi son premier revers en cinq matches en 2016, s'inclinant 43-23 devant plus de 23 000 spectateurs à la Place TD. Pire, elle s'est inclinée contre ses ennemis jurés de la capitale, les Ravens de Carleton.

«Ce n'est jamais facile de se remettre d'une défaite de la sorte, reconnaît Lubin. Mais nous avons appris de ça. Nous savons ce que nous devons rectifier.»

Ce qu'il a aimé dans tout ça? La réaction de l'équipe quand elle a repris l'entraînement en début de semaine.

«L'énergie était là, et la concentration aussi. Nous avons connu une bonne semaine de pratique.»

Sans surprise, le joueur de deuxième année est convaincu que les Gee Gees rebondiront lors de leur prochaine partie. Ils recevront la visite des Lions de l'université York vendredi dans un rare match de soirée.

«Jouer un match en soirée sous les lumières, c'est quelque chose que les joueurs apprécient toujours. Surtout que ça arrive peu souvent. Nous jouons souvent en après-midi», soutenait Ricardo Lubin.

Ce dernier dispute sa seconde saison dans les rangs universitaires, mais sa première à Ottawa. Il a porté les couleurs des Redmen de McGill en 2014.

Une année durant laquelle son ancienne équipe avait perdu toutes ses parties. «Ce fut une saison difficile. Mais nous avions travaillé fort. J'ai quand même pu jouer comme partant, voir beaucoup d'action et m'adapter à la vitesse», expliquait Lubin.

Son passage chez les Gee Gees lui a permis de retrouver plusieurs amis d'enfance. «Au début, je devais jouer à Ottawa (et non McGill), mais pour des raisons financières, j'ai dû rester à Montréal. Mais mes problèmes ont été réglés et c'est pourquoi j'ai pu venir ici cette saison, soulignait le principal intéressé, heureux de son transfert.

«Nous formons une équipe organisée. C'est aussi une belle famille qui sait comment faire face à l'adversité. Nous avons plusieurs vétérans qui nous aident.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer