«Nous allons ramener Pedro»

Le joueur de ligne défensive originaire de Montréal,... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le joueur de ligne défensive originaire de Montréal, Osas Obas, est très motivé en vue du match Panda de samedi, comme ses coéquipiers des Gee Gees d'Ottawa.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Simplement une partie comme une autre ? Ce cliché, les joueurs des Gee Gees d'Ottawa l'ont jeté aux poubelles à la veille du match Panda. Pas question de raconter n'importe quoi aux journalistes.

Cette bande de jeunes athlètes tient mordicus à gagner ce rendez-vous contre leurs rivaux de la capitale nationale, samedi, à la Place TD. Surtout que les Ravens de Carleton les ont vaincus lors des deux dernières années. Chaque fois sur le dernier jeu du match.

D'abord sur une longue passe de touché de 55 verges en 2014. Une séquence qui s'est même retrouvée dans les faits saillants à ESPN.

Puis l'automne passé, ce fut un placement de 14 verges en deuxième prolongation qui a arraché le coeur des Gee Gees. Tout ça devant plus de 17 000 personnes. Cette fois-ci, ils devraient être plus de 22 000 spectateurs dans le stade.

« Nous n'allons pas le cacher. Nous avons pensé au match Panda durant toute la saison morte, a avoué le joueur de ligne défensive originaire de Montréal, Osas Obas.

«Cette année, nous allons ramener Pedro chez nous. Nous sommes très très motivés.»

Pedro le Panda, c'est la mascotte de cette classique de football universitaire.

Les Gee Gees chercheront à venger la défaite... (Courtoisie Valeri Wutti) - image 2.0

Agrandir

Les Gee Gees chercheront à venger la défaite de l'an dernier contre les Ravens de Carleton et, ainsi, ramener Pedro le Panda à l'Université d'Ottawa.

Courtoisie Valeri Wutti

«Nous aussi nous sommes très motivés, a répliqué le secondeur franco-manitobain des Ravens, Léon Cenerini.

«Surtout que nous allons affronter une équipe qui n'a pas encore perdu cette saison. Nous voulons prouver que nous sommes aussi un des meilleurs clubs en Ontario.»

Partie offensive

Carleton, que certains experts voyaient atteindre la finale nationale, montre une fiche de 3-2 après cinq parties en 2016. «Nous avons perdu deux matches que nous aurions dû gagner», a précisé Cenerini.

Les Gee Gees, eux, montrent un dossier parfait de 4-0. Ils ont vaincu une des puissances au pays en McMaster. Ce qui leur vaut en ce moment le septième rang dans le top-10 au Canada.

«Ça sera sans aucun doute un autre match Panda très relevé», a reconnu Cenerini.

Possiblement une partie encore très offensive à l'image de la victoire de 48-45 des Ravens, l'an dernier.

On y retrouvera les deux meilleurs quarts de la conférence ontarienne en Jesse Mills et Derek Wendel. Ils occupent les deux premiers rangs dans plusieurs catégories de statistiques, dont le pourcentage de passes complétées et les passes de touché.

Ce qui ajoutera du piquant ?

Les deux jeunes hommes ont été victimes respectivement de sept et six interceptions cette saison.

Un petit deux que certains joueurs défensifs salivent déjà. Le demi défensif des Ravens, Guillaume Caron, fait sûrement partie du lot, lui qui a réussi sa première interception en carrière, la semaine dernière, dans une victoire contre les Lions de l'université York.

«Si tu as des amis qui veulent voir une partie de football universitaire, c'est bien celle-là. Les deux dernières années, l'avance a changé de bord à cinq ou six reprises, a rappelé le coordonnateur offensif des Ravens, Jean-Philippe Asselin.

«J'aimerais bien que ce soit plus tranquille cette fois-ci, mais je suis réaliste ! J'ai l'impression que ça va être encore serré, que le match va se décider encore dans les derniers moments...»

Les Gee Gees voudront garder un oeil sur le demi offensif de Carleton, Jayde Rowe, qui a battu un record d'équipe, le week-end dernier. Il a amassé 258 verges au sol contre York.

Spectateurs malgré eux

Deux joueurs québécois. Un de Lachine, l'autre de Hull. Ils devront se contenter d'un rôle de spectateur pour des raisons différentes, samedi, à la Place TD.

Voici l'histoire de Jamie Harry et Mike Arruda.

Le premier est un receveur converti en demi de coin chez les Gee Gees. Un athlète de 6'2'' qui porte un plâtre depuis une douzaine de jours. Précisément depuis le troisième match de la saison contre Guelph.

«Le porteur de ballon de l'autre équipe a frappé mon avant-bras avec son genou. Ça faisait mal, mais je ne pensais pas que l'os était brisé», explique Harry, qui a porté les couleurs des Cheetahs de Vanier et des Lynx d'Édouard-Montpetit dans les rangs collégiaux.

On le devine. L'athlète qui étudie en psychologie a un peu le moral dans les talons. Surtout qu'il était devenu un morceau important de la défensive revue et corrigée des Gee Gees avec deux interceptions à ses deux premiers matches.

«J'espérais bien en obtenir une troisième, mais je n'ai jamais fini le troisième match.»

Quant à Arruda, il n'enfilera pas l'uniforme des Ravens de Carleton, mais ce n'est pas en raison de blessures. Ce sont plutôt les règlements du Sport interuniversitaire canadien (SIC) qui l'empêchent de prendre part au match Panda.

Le quart-arrière recrue originaire de l'Outaouais a participé au camp d'entraînement des Gee Gees pendant seulement trois jours durant l'été. Mais il a décidé de plier bagage et dire adieu à l'équipe qui l'avait recruté durant l'hiver. «J'ai un peu de la misère à l'expliquer, mais je ne me sentais pas à ma place. Je ne me sentais pas à la maison», a-t-il expliqué.

Peu de temps par la suite, Arruda s'est joint aux Ravens.

«Je pensais que j'aurais pu jouer cette saison car je n'avais pas encore joué un match pour les Gee Gees», a-t-il avoué. Mais les règles sont claires à ce sujet. 

Arruda devra attendre à 2017 avant de goûter au match Panda. Sa présence ajoutera un angle intéressant à la rivalité entre les deux universités.

Celui qui devait être le quart-arrière de l'avenir des Gee Gees dirigera plutôt l'attaque des Ravens au fil des prochaines années.

«Ça ne me dérange pas d'avoir ce rôle (de vilain). En fait, j'ai hâte. J'adore jouer sous pression», a soutenu en souriant Mike Arruda, un produit de la Ligue de football scolaire de l'Outaouais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer