Des moments difficiles pour Abdul Kanneh

Malgré des statistiques moins scintillantes que l'an dernier,... (Justin Tang, La Presse canadienne)

Agrandir

Malgré des statistiques moins scintillantes que l'an dernier, l'entraîneur Rick Campbell se dit satisfait du jeu d'Abdul Kanneh.

Justin Tang, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les statistiques pourraient nous laisser croire qu'Abdul Kanneh connaît une saison bien ordinaire.

En 2015, le dynamique demi de coin a intercepté pas moins de six passes. Ça lui a valu une sélection au sein de l'équipe d'étoiles de la Ligue canadienne de football. Il a été le seul membre de la brigade défensive du Rouge et Noir d'Ottawa à recevoir cet honneur.

Cette année, force est de reconnaître que les gros jeux sont moins nombreux. À ce jour, l'ancien de l'université New Mexico Highlands a réussi une seule interception.

Il paraît que ça fonctionne un peu comme les attaquants au hockey, qui marquent des buts par séquence. «Il suffit de réussir une interception pour lancer une nouvelle séquence», croit l'entraîneur-chef du R&N, Rick Campbell.

Kanneh veut bien le croire. «L'été dernier, je n'ai pas attrapé un seul ballon dans les quatre ou cinq premiers matches de la saison. Dans le dernier droit, j'en ai attrapé six d'affilée», se répète-t-il.

Campbell se dit malgré tout satisfait. «Il a vraiment atteint sa vitesse de croisière dans les dernières semaines. Sa progression est constante.»

«L'important, c'est qu'il continue de compléter les jeux qu'il doit compléter», insiste-t-il.

C'est une grosse commande.

Kanneh est un joueur à la fois émotif et dynamique. Il veut se démarquer, chaque fois qu'il saute sur le terrain.

Il a parfois l'impression que les quarts rivaux font de gros efforts pour ne pas lancer le ballon dans la partie du terrain qu'il patrouille. «Je n'ai pas vu beaucoup de ballons cette saison», se lamente-t-il.

«Parfois, c'est dur. Je suis un compétiteur. Je suis un joueur d'impact. Je veux compléter de gros jeux. Je veux me sentir plus impliqué dans la game.»

«Je sais que je dois me concentrer sur mes affectations. Si j'essaie de trop en faire, si je sors de mon rôle, toute notre structure défensive peut s'effondrer d'un seul coup. N'empêche que parfois, je dois travailler fort pour rester bien alerte, bien éveillé. Je me répète constamment que le ballon va finir par être lancé vers moi.»

Kanneh a moins souvent la chance de réussir de gros jeux, soit.

N'empêche. En faisant l'évaluation de son joueur, Campbell a bien dit qu'il est en voie d'atteindre sa vitesse de croisière. Cela sous-entend qu'il aurait quand même pu faire un peu mieux dans la première moitié de la saison.

L'unité défensive du Rouge et Noir a perdu quelques bons joueurs d'expérience, durant la saison morte. Dans la gestion de son budget, le directeur général Marcel Desjardins a choisi de sacrifier des vétérans comme Jovon Johnson, pensant que des jeunes loups pourraient le remplacer avantageusement.

Kanneh a été blessé, mais il ne faudrait pas que ça lui serve d'excuse. «Ma cheville ne me fait plus mal du tout maintenant», assure-t-il.

Kanneh et ses coéquipiers de la ligne tertiaire obtiendront un petit coup de pouce, la fin de semaine prochaine, pour leur match disputé à Vancouver. Forrest Hightower, un autre joueur de deuxième année, sera prêt à effectuer un retour au jeu. Il a disputé son dernier match le 1er septembre, contre les Alouettes de Montréal.

Pour lui faire une place, Nicholas Taylor a été relégué à l'équipe d'entraînement. «Nick deviendra un bon joueur dans notre ligue, mais nous avons vraiment hâte de revoir Forrest sur le terrain», dit simplement Rick Campbell.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer