Beaulieu-Richard écope à son tour

Jonathan Beaulieu-Richard n'a jamais vu venir le coup, mercredi, en se pointant... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Beaulieu-Richard n'a jamais vu venir le coup, mercredi, en se pointant la Place TD.

Ses patrons lui ont dit qu'il ne s'entraînerait pas avec l'équipe, que son séjour à Ottawa était terminé. Le secondeur québécois et membre des unités spéciales a été libéré.

Il s'agit du troisième joueur ayant participé au match de la Coupe Grey à perdre son emploi dans les 18 derniers jours après David Hinds et Jermaine Robinson. « Ce n'est pas une journée joyeuse, a avoué Beaulieu-Richard au Droit.

«Quand je suis rentré au travail, je pensais que ce serait une journée comme une autre. Je n'avais pas le sentiment d'être assis sur un siège éjectable», a soutenu la fierté de Trois-Rivières.

Ce dernier était en uniforme pour les 10 parties des siens cette saison. Il a réussi quatre plaqués au sein des unités spéciales.

«L'équipe trouvait que je n'étais pas le même joueur que l'an dernier, que je réussissais moins de jeux d'impact», a-t-il confié.

Beaulieu-Richard croyait avoir contribué de façon positive. Il a rappelé avoir fait partie des joueurs disciplinés au sein d'une équipe qui s'avère la plus punie de la LCF.

«Je ne suis aucunement amer envers l'organisation, a tenu à préciser l'ancien joueur des Carabins de l'Université de Montréal. Elle m'a donné une chance l'an dernier quand j'en avais besoin.»

Beaulieu-Richard était sans emploi depuis quelques mois lorsque le Rouge et Noir l'a embauché en septembre 2015. Il s'est rapidement taillé un poste, aidant à stabiliser des unités spéciales qui en arrachaient à l'époque.

«J'ai adoré mon séjour à Ottawa. Je croyais être ici pour un bon bout de temps.

«Ces changements de personnel, c'est peut-être pour secouer l'équipe. Mais je ne me laisserai pas affecter par ça. Je n'ai que de bons souvenirs d'Ottawa.»

L'entraîneur-chef Rick Campbell dit que l'organisation aimait bien Beaulieu-Richard. «Un autre bon gars, a-t-il souligné. Il n'y a rien de mal avec lui. Par contre, nous avons plusieurs jeunes joueurs athlétiques qui ont démontré de belles choses. Nous voulons leur offrir l'opportunité de jouer et poursuivre leur développement.»

Quant au principal intéressé, il n'a pas l'intention de tourner la page.

«Je pense que je peux offrir du bon football pour encore quelques années. Je pense que je peux être une bonne addition à une équipe», a soutenu Jonathan Beaulieu-Richard, qui avait disputé une saison et demie auparavant chez les Alouettes de Montréal.

En attendant, dit-il, il ne se retrouve pas dans le pétrin.

«J'ai un diplôme et j'ai plusieurs projets en tête», a affirmé l'homme de 27 ans, qui travaillait en tant que pharmacien durant la saison morte.

Gavins prêchera par l'exemple

Le Rouge et Noir s'est ennuyé de son plus petit joueur en défensive. Jerrell Gavins s'apprête toutefois à reprendre sa place après avoir raté les quatre derniers matches en raison d'une blessure à un genou.

Le demi défensif de 5'8'' et 176 livres s'amusait à lancer trois balles de tennis une après l'autre au demi de coin recrue Jonathan Rose après l'entraînement. « Une bonne façon de garder nos réflexes aiguisés. Puis, c'est plaisant », a-t-il expliqué en souriant.

Gavins a joué un rôle important dans les succès du Rouge et Noir l'an dernier, réussissant notamment quatre interceptions. Une blessure l'avait privé d'une participation au match de la coupe Grey. Son absence s'était fait sentir. Même chose dans les dernières semaines.

Le numéro 24 dit qu'il restera le même joueur. Pas question de commencer à enguirlander ses coéquipiers ou offrir de longs discours de motivation.

« Je laisse mes actions parler pour moi. Si je réussis un jeu, que je plaque notamment un adversaire, ça va fouetter l'équipe. C'est ce que je compte faire », a affirmé Gavins.

Le joueur de ligne offensive Alex Mateas, blessé à un pied, devrait aussi être en uniforme, samedi, à Calgary.

Quant à l'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon, il pourrait devoir patienter à la semaine prochaine avant de renouer avec l'action. Son dernier match remonte au 22 juillet lorsqu'il a subi une entorse à une cheville contre les Roughriders de la Saskatchewan. Le joueur québécois a réussi huit plaqués et trois sacs en cinq parties jusqu'ici cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer