Le « Tank » débarque à Ottawa

Taylor Reed (à droite) disputera son premier match... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Taylor Reed (à droite) disputera son premier match dans l'uniforme du Rouge et Noir samedi, contre son ancienne équipe.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Abdul Kanneh ne possède plus les cheveux les plus longs chez le Rouge et Noir. Ce titre revient maintenant à Taylor Reed.

Taylor qui?

Reed, c'est le tout nouveau joueur à se joindre aux finalistes de la coupe Grey. Sauf que celui-là, il s'amène à Ottawa avec une feuille de route un peu plus étoffée dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Le secondeur américain de Beaumont, au Texas, était une des étoiles défensives les plus sollicitées sur le marché des joueurs autonomes, l'hiver dernier. En 2015, il a réussi 81 plaqués chez les Tiger-Cats. La saison précédente, il avait obtenu huit sacs.

Ce qui a poussé les Stampeders de Calgary à l'embaucher. Sauf que ces derniers ont décidé de le libérer lundi au lendemain de leur victoire contre Edmonton, optant de faire confiance à une recrue canadienne qui coûte moins cher.

«J'étais déçu. Je croyais avoir bien joué et contribué aux succès de l'équipe... Je m'apprêtais à retourner chez moi à Dallas. Puis le téléphone s'est mis à sonner, a relaté Reed, auteur de 41 plaqués et deux sacs en 10 joutes à Calgary.

«Plusieurs équipes ont démontré immédiatement de l'intérêt pour moi», a ajouté le jeune homme de 25 ans, quelques secondes plus tard.

Pourquoi opter pour le Rouge et Noir? «Parce que l'équipe occupe le premier rang de sa division», a répondu sans hésiter Reed, mardi, après son premier entraînement à la Place TD.

Retrouvailles

Le sort veut que l'équipe qui va affronter Ottawa ce samedi, ce soient ces mêmes Stampeders. «Je ne leur en veux pas. Je ne suis pas un type rancunier», a insisté le principal intéressé, qui devrait être inséré dans l'alignement en tant que réserviste.

Mais il a avoué un truc. Il a amené avec lui les cahiers de jeux des Stampeders en défensive et au sein des unités spéciales... Un petit deux que le Rouge et Noir y a déjà jeté un coup d'oeil...

Quoi d'autre a-t-on appris au sujet de Reed? Son surnom s'avère «Le Tank». Ce sont des membres du clergé au Texas qui lui ont décerné ce sobriquet durant son enfance.

«J'étais un peu une tête folle à l'époque... J'imagine que ces gens savaient aussi qu'un jour, je jouerais au football, a lancé Taylor Reed, qui a grandi dans une région très propice aux soubresauts de Dame nature.

«J'ai appris à grandir à travers plusieurs ouragans, dont Rita et Ike. Ma famille a dû être déménagée temporairement à quelques reprises, a-t-il expliqué. Heureusement ici, il n'y a rien de la sorte.»

Ernest Jackson, football et mini-putt

Ernest Jackson ne s'illustre pas que sur le... (Archives, La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Ernest Jackson ne s'illustre pas que sur le terrain de football chez le Rouge et Noir d'Ottawa.

Archives, La Presse Canadienne

Certains de ses coéquipiers se sont offert un séjour sur une plage dans les Caraïbes durant la semaine de relâche. D'autres se sont tapé des manèges à sensations fortes.

Le receveur le plus fiable du Rouge et Noir, lui, a décidé de vivre son autre passion à fond chez lui à San Antonio, au Texas.

Ernest Jackson a joué  plusieurs rondes de... mini-putt.

«J'adore ça. J'y excelle, a confessé l'athlète de 6'2'' et 220 livres.

«J'en arrache au golf, mais putter, c'est autre chose», a-t-il ajouté avec un large sourire.

Jackson ignorait que le mini-putt a jadis été populaire du côté québécois de la rivière des Outaouais. Ses yeux se sont illuminés quand le journaliste lui a relaté la popularité du défunt Défi Mini-Putt au petit écran. «Il faudrait ramener ça à la télé. Moi, je tenterais ma chance», a ajouté le numéro 9.

En attendant, Jackson espère continuer sur sa belle lancée, samedi, à Calgary. Il a inscrit un touché à ses cinq dernières parties avant que le Rouge et Noir obtienne un congé d'une semaine. «Une belle séquence, a-t-il avoué. Ça serait encore plus excitant de la maintenir en vie pendant un autre match.»

Constance

Ernest Jackson se dirige vers une autre saison fructueuse.

Il a capté 47 passes pour des gains de 626 verges. Parmi les quatre receveurs du Rouge et Noir, c'est celui qui a échappé moins souvent le ballon.

Ottawa (5-4-1) tentera lors des deux prochains mois de répéter son exploit de 2015.

La troupe de Rick Campbell avait terminé au premier rang de la division Est, gagnant ses quatre dernières parties du calendrier régulier.

«Nous voulons terminer encore au sommet. Mais il n'y a qu'une façon d'y arriver. C'est de commencer à gagner», a dit Jackson, dont l'équipe a perdu quatre de ses six dernières parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer