Milo devra en donner plus

Le botteur Chris Milo a déjà raté sa... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le botteur Chris Milo a déjà raté sa cible neuf fois cette saison.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un autre changement important pourrait venir secouer le Rouge et Noir dans les prochains jours.

Cette fois-ci, les finalistes de la coupe Grey jonglent avec l'idée de changer de botteur. Le directeur général Marcel Desjardins s'est dit « insatisfait » du travail jusqu'ici de Chris Milo et Zach Medeiros, qui s'occupent respectivement des placements et dégagements.

« Il faut être meilleur que ça », a soutenu le grand patron du Rouge et Noir, dimanche, à une question du Droit durant l'entraînement des siens.

L'équipe était de retour sur le terrain de la Place TD après une pause d'une semaine. Un nouveau joueur se trouvait sur place, Sergio Castillo. Un botteur américain qui venait d'être embauché...

L'ancien joueur des Blue Bombers de Winnipeg a effectué plusieurs placements et dégagements durant cette séance. « Nous allons voir comment il se débrouille durant les prochains jours et nous prendrons une décision à la fin de la semaine », a affirmé Desjardins.

Milo a connu ses meilleurs moments dans la LCF en 2015, réussissant 91,2 % de ses tentatives de placement. Cette année, il est moins fiable, ayant raté déjà neuf fois la cible. Quant à Medeiros, il a conservé une moyenne de 44,8 verges sur ses bottés de dégagement. Ce qui le place très loin à ce chapitre par rapport à ses adversaires.

Castillo, 25 ans, a réussi six de ses huit tentatives de placement en deux parties hors-concours chez les Bombers en juin. Il a notamment été efficace sur des distances de 48 et 49 verges. À cela s'ajoutent des bottés d'envoi d'une moyenne de 71 verges. « Il possède une puissante jambe droite », a avoué l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Castillo a écopé à Winnipeg, il y a une dizaine de jours, car l'équipe compte déjà sur le meilleur botteur de la LCF. « S'ils n'avaient pas investi tout cet argent en Justin (Medlock), qui sait ce qui ce serait produit », a soutenu Desjardins.

Le dg a rappelé que Milo et Medeiros ont déjà fait leurs preuves par le passé. Mais que la fiabilité n'est pas au rendez-vous ces dernières semaines. « Il (Marcel) a absolument raison quand il dit que nous devons être meilleurs. Je suis le premier à le reconnaître », a réagi Milo dans une courte mêlée de presse.

Et qu'avait à dire Castillo dans tout ça ? Pas grand-chose. Qu'il était heureux de renouer avec la LCF. Qu'il a passé ses temps libres à botter le ballon chez lui au Texas. « Mais c'était venteux », a-t-il noté.

Pruneau perd un ami, mais retrouve de l'espoir

Antoine Pruneau ne savait pas trop comment réagir. Il venait de perdre un de ses amis de la première heure chez le Rouge et Noir. En revanche, l'équipe venait de lui offrir l'occasion de reprendre un poste au sein de l'alignement partant.

Le joueur québécois s'est entraîné dimanche en tant que maraudeur. Une position occupée depuis le début de la saison par Jermaine Robinson, qui a été libéré ces derniers jours. «C'était plaisant de participer à des répétitions au sein de la première unité défensive malgré les circonstances... C'est difficile de perdre Jermaine, un gars qui travaille fort et apportait tellement d'énergie.»

Surtout, Robinson était son voisin immédiat dans le vestiaire de l'équipe. Les deux jeunes hommes ont effectué leurs débuts en même temps à Ottawa en 2014. «Je n'aurai que de bons souvenirs de lui. Nous étions deux recrues qui bataillaient pour chacun un poste à l'époque.»

Deux coéquipiers qui ont eu la chance de participer au match de la coupe Grey au sein de l'alignement partant l'an dernier. Deux joueurs qui se consolaient après cette défaite crève-coeur contre les Eskimos d'Edmonton. Une photo de la paire a notamment fait le tour des journaux au pays. «Je ne questionne pas le choix de la direction, mais c'est plate de le voir partir», a tenu à préciser Antoine Pruneau.

Plus tard dans l'entrevue, le numéro 6 a parlé des dernières semaines qui ont été difficiles pour lui. Il a perdu son poste de secondeur à la mi-août après une contre-performance face aux Alouettes de Montréal.

Ce qui l'a relégué à un rôle de réserviste lors des deux dernières parties. «J'ai eu droit à une belle leçon de vie. Ça n'a pas été facile. Depuis mon arrivée dans la LCF, j'avais réussi à franchir plusieurs étapes. Là, c'était mon premier gros échec, a-t-il avoué.

«C'est excitant d'avoir une nouvelle opportunité de revenir sur le terrain. Je vais faire tout ce que je peux pour être là.»

Reste que Pruneau devra batailler avec l'Américain Jeff Richards. Les deux joueurs se partageront les répétitions d'ici jeudi avant que les entraîneurs décident lequel affrontera les Stampeders, deux jours plus tard, à Calgary.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer