Le Rouge et Noir se tourne vers Harris

C'est le quart-arrière Trevor Harris, remis de blessures... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

C'est le quart-arrière Trevor Harris, remis de blessures à une cheville et un genou, qui affrontera les Lions de la Colombie-Britannique.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Henry Burris planifie s'asseoir avec ses deux jeunes garçons dans les prochaines heures. Il devra leur expliquer pourquoi leur papa n'est plus le quart-arrière numéro un du Rouge et Noir. Pourquoi le joueur par excellence de la dernière saison dans la Ligue canadienne de football (LCF) sera relégué au rôle de substitut lors du prochain match, jeudi soir, à la Place TD.

Ses patrons ont décidé que Trevor Harris, remis de blessures à une cheville et un genou, affrontera les Lions de la Colombie-Britannique. «C'est une nouvelle que tu ne veux jamais recevoir», a avoué Burris, dimanche, après l'entraînement des siens sous la pluie.

Rick Campbell a pris le temps de jaser avec son vétéran de 41 ans à son arrivée au stade en matinée, lui annonçant que Harris prendrait la relève. «Il a réagi comme un pro», a relaté l'entraîneur-chef.

«Toute décision que nous prenons comme organisation a pour unique but d'améliorer nos chances de gagner [...], a-t-il ajouté. Trevor jouait tellement bien avant sa blessure.»

Harris était le meilleur joueur du circuit quand il est tombé au combat le 22 juillet à Régina. Il avait complété 106 de ses 129 passes pour des gains de 1499 verges, neuf touchés et une seule interception.

Une performance qui en faisait déjà un favori pour le titre de joueur par excellence en 2016.

Burris, lui, en a arraché en relève. Il a échappé le ballon quatre fois en plus d'être victime de quatre interceptions et neuf sacs en trois parties.

L'équipe a subi deux revers durant cette période. La goutte qui a fait déborder le vase? Cette dégelée de 43-19 contre les Alouettes de Montréal subie vendredi à Ottawa.

«En arrivant au stade aujourd'hui, je m'attendais à ce que certains changements soient apportés», a avoué Burris. Mais il espérait quand même obtenir une autre occasion de se faire valoir, lui qui a raté le premier mois de la saison en raison d'une blessure à un doigt.

«Ça va me donner le temps maintenant de soigner mon doigt et gagner en confiance, de mieux agripper le ballon. [...] Je serai prêt si jamais on me fait appel plus tard cette saison.»

Car Campbell a été clair. Il n'est pas question de jouer au yoyo avec ses quarts. Trevor Harris sera aux commandes de l'attaque pour un bon bout de temps.

Il s'est montré prudent dans ses commentaires devant les medias qui l'attendaient dans le vestiaire.

«Henry n'a jamais cessé de m'encourager depuis mon arrivée, de m'aider. Il est une des personnes les plus gentilles que j'ai jamais rencontrée», a dit Harris, qui sait à quel point son coéquipier doit être déçu.

Des Lions qui frappent

Le nouveau quart numéro un du Rouge et Noir assure être prêt à renouer avec l'action.

«Une fois que la saison commence, tu ne seras jamais à 100%. Mais disons que je ne pourrai jamais me sentir aussi bien qu'en ce moment», a-t-il assuré.

Reste à voir s'il sera bien protégé.

Car les Lions se spécialisent à amocher les quarts adverses. Ils ont réussi 27 sacs depuis le début de la saison. Seuls les Tiger-Cats de Hamilton ont mieux fait jusqu'ici. Les prochains adversaires du Rouge et Noir arrivent aussi au premier rang pour les passes rabattues (32).

Pruneau regrette les plaqués qu'il a ratés

Antoine Pruneau ... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Antoine Pruneau 

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Son sourire habituel a disparu. Sa bonne humeur contagieuse aussi. Antoine Pruneau était encore secoué par ce qu'il a vu, vendredi dernier, à la Place TD. La défaite de 43-19 aux mains des Alouettes de Montréal a laissé des traces chez le Rouge et Noir.

«Si nous jouons encore comme ça, nous ne gagnerons pas beaucoup de matches d'ici la fin de la saison, a lancé le secondeur québécois, 48 heures après ce revers. Tout le monde est conscient au sein de l'équipe de ce qui est arrivé. Nous savons ce que nous devons faire pour ne pas nous retrouver dans une pareille position à nouveau.»

Ça commence par effectuer des plaqués, notamment.

Le Rouge et Noir en a raté plusieurs lors du dernier match. Ce fut le cas de Pruneau, qui a probablement connu sa pire partie en carrière dans la LCF à ce chapitre. «Ça n'a pas bien été personnellement. Des fois, tu effectues un ou deux mauvais jeux et ça te reste en tête durant tout le match...»

«Je suis vraiment fâché envers moi-même. J'ai manqué plusieurs plaqués.»

Pruneau est convaincu que la défensive, si fiable depuis l'an 1, saura rebondir. Que cette contre-performance s'avère un accident de parcours. «Il y a peu de choses qui ont fonctionné. Par contre, la ligne défensive a fait du bon travail contre les Alouettes. Elle a réussi à appliquer beaucoup de pression», a-t-il rappelé.

Ottawa a réussi cinq sacs, dont deux gracieusetés de Connor Williams, ce plaqueur muté en ailier depuis deux matches. L'équipe risque d'en avoir plein les bras contre les Lions, dont le quart Jonathon Jennings s'avère très mobile. Il occupe le dixième rang de la LCF pour la course au sol avec 175 verges gagnées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer