Milo se rachète, le Rouge et Noir gagne

Le botteur Chris Milo avait des choses à se faire pardonner après avoir frappé... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le botteur Chris Milo avait des choses à se faire pardonner après avoir frappé encore une fois un des poteaux plus tôt dans le match.

Le nouveau papa a réussi un placement de 25 verges avec 1:34 à jouer en temps réglementaire pour donner une victoire de 23-20 au Rouge et Noir contre les Eskimos d'Edmonton, samedi soir, à la Place TD. «Ça faisait du bien d'obtenir une deuxième chance», a avoué Milo, dont la conjointe a donné naissance au premier enfant du couple, trois jours plus tôt.

Milo a conservé le ballon d'un placement réussi au premier quart. «Il va se retrouver aux côtés de ma fille», a-t-il dit.

Ottawa (4-2-1) doit aussi un gros merci au maraudeur Jermaine Robinson, qui a mis la table au placement victorieux. Il a réussi une interception aux dépens de Mike Reilly, quelques secondes auparavant.

«Je n'aurai plus maintenant mes coéquipiers sur le dos. J'avais échappé tellement souvent le ballon depuis le début de la saison, ratant des interceptions, a lancé en riant Robinson.

«Cette victoire fait du bien. Nous n'avons jamais lâché. Nous nous sommes battus jusqu'à la fin.»

Les Eskimos avaient pris les devants 20-13 avec cinq minutes à écouler au dernier quart. Le secondeur J.C. Sherritt a intercepté une passe du quart du Rouge et Noir, Henry Burris, ramenant le ballon sur 43 verges jusque dans la zone des buts.

«L'interception la plus bizarre que j'ai vue de ma carrière», a soutenu Burris.

Le ballon a bondi sur le pied du receveur Chris Williams pour se retrouver dans les mains du joueur des Eskimos.

Burris a toutefois répondu en collant sept jeux et 78 verges sur la séquence offensive suivante qui s'est terminée par un touché de... Williams. Il a conclu le match avec des statistiques respectables.

Le joueur par excellence en titre de la LCF a complété 26 de 39 passes, dont deux touché, pour 341 verges. De quoi faire oublier son retour désastreux du week-end précédent.

«Il (Henry) a bien fait. Nous avons échappé quelques-unes de ses passes. Mais ce genre de choses va se produire. Il faut surmonter ça. C'est ce que nous avons fait, a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell.

«Nous avons trouvé une façon de gagner.»

Campbell a rendu hommage à la défensive qui a limité Reilly à 255 verges aériennes. Le porteur de ballon John White n'a pu faire mieux que 33 verges sur neuf courses.

Mike Moore et Ettore Lattanzio ont réussi des sacs. Le quart des Eskimos a été frappé souvent. Très souvent. Parfois de façon illégale.

Ce qui a coûté très cher au Rouge et Noir, qui a été réprimandé à quatre reprises pour rudesse. Au total, l'équipe a écopé de 204 verges de pénalités.

Non, ce n'est pas une faute de frappe. L'indiscipline demeure un problème.

Le Rouge et Noir aura un peu de temps pour se reposer et surtout trouver des solutions. Il ne disputera son prochain match que le 19 aoûtlorsque les Alouettes de Montréal seront en ville.

Les joueurs seront en congé pendant une semaine avant de reprendre l'entraînement le week-end prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer