White a trouvé sa place à Ottawa

Un petit coup d'oeil au calendrier rappelle que... (Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Un petit coup d'oeil au calendrier rappelle que le prochain mois sera assez spécial pour Mitchell White. Il va affronter les Alouettes, son ancien club, deux fois en l'espace de 14 jours.

Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mitchell White sait comment se faire des amis assez vite.

Le nouveau demi de coin américain a réussi une interception en plus de rabattre deux autres passes ennemies à son deuxième match dans l'uniforme du Rouge et Noir, dimanche dernier, contre les Argonauts de Toronto.

«Ça fait du bien de réussir un gros jeu de la sorte. Je compte bien en réaliser plusieurs autres dans les prochaines semaines», a avoué cet ancien champion au saut en hauteur à Michigan State.

Un petit coup d'oeil au calendrier rappelle que le prochain mois sera assez spécial pour White. Il va affronter son ancien club deux fois en l'espace de 14 jours.

Les Alouettes de Montréal seront en ville le 19 août. Puis le Rouge et Noir leur rendront visite le 1er septembre au stade Percival-Molson.

«On ne se va pas se raconter des mensonges. Tu veux toujours en donner plus quand tu croises le fer avec ton ancienne équipe», a soutenu l'athlète âgé de 26 ans, qui a été un partant pendant deux saisons à Montréal.

Le divorce a été acrimonieux.

Les Alouettes l'ont libéré quand il a refusé une réduction de salaire de 30 000$ à la fin du camp d'entraînement. White a été insulté par la demande, lui qui avait accepté un nouveau pacte avant l'ouverture du marché des joueurs autonomes en février.

Mais avant de penser à la visite des Alouettes, ses coéquipiers et lui se préparent à frustrer la puissante attaque aérienne des Eskimos, samedi soir, à la Place TD. En raison des nombreuses blessures, le Rouge et Noir enverra deux recrues au sein de la tertiaire, Jonathan Rose et Imoan Claiborne.

Un autre jeunot, Nicholas Taylor, pourrait aussi voir de l'action.

White n'est pas inquiet pour sa nouvelle équipe.

«Ça ne fait pas longtemps que je suis ici, mais je peux déjà dire que l'organisation fait un travail incroyable pour greffer de jeunes joueurs talentueux à l'alignement. Il y a des gars qui n'ont pas encore joué un match que j'ai hâte de voir en action.»

Histoire de famille

Né le 30 mars 1990 à Livonia, au Michigan, Mitchell White possède un jumeau.

«Et il joue aussi au football comme moi, mais dans la NFL», a-t-il souligné.

Myles White fait partie du groupe régulier des receveurs des Giants de New York après un séjour chez les Packers de Green Bay.

Les deux frères mesures 5' 11".

«Cette grandeur, nous la devons à notre mère, sûrement pas à notre père, qui fait 5' 8". Du moins, c'est ce qu'il clame», a lancé en riant White.

En revanche, les deux fils ont hérité de la vitesse du paternel. «Il excellait sur la piste en athlétisme», a expliqué Mitchell White.

Charland vise un retour à son anniversaire

Le maraudeur Mikaël Charland... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Le maraudeur Mikaël Charland

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Mikaël Charland a recommencé à courir depuis une semaine. Même que dans les derniers jours, il a été appelé à sauter par-dessus des haies pendant que ses coéquipiers s'entraînaient sur le terrain.

Une bonne nouvelle pour l'éclopé gatinois, non?

«Oui, ça va mieux, mais j'ai encore un bout de chemin à faire avant de revenir au jeu», a tempéré le choix de deuxième ronde du Rouge et Noir au dernier repêchage.

Le maraudeur s'est déchiré un muscle de la jambe gauche lors du premier match hors concours en juin. L'équipe avait indiqué qu'il raterait de trois à quatre mois d'action.

Ça fait déjà presque huit semaines.

Son retour au jeu pourrait survenir en septembre, si tout va bien. «Ça tomberait parfaitement. C'est ma fête ce mois-là», a-t-il souligné avec un large sourire.

Il s'agit de la première fois que l'ancien joueur des Griffons du Cégep de l'Outaouais subit une blessure majeure. «Je vois des progrès chaque semaine. J'ai de moins en moins mal. Et je retrouve de plus en plus de flexibilité. Ça me donne encore plus le goût de revenir au jeu.»

Au moins un joueur effectuera un retour ce week-end contre Edmonton. Le plaqueur Moton Hopkins s'est entraîné toute la semaine au sein de la première unité en défensive.

Bébé Milo a enfin vu le jour

Le botteur Christopher Milo... (Darryl Dyck, Archives PC) - image 5.0

Agrandir

Le botteur Christopher Milo

Darryl Dyck, Archives PC

C'était sa première fois dans une salle d'accouchement. Christopher Milo a eu l'impression de se retrouver dans un stade de football. «Il y avait beaucoup de cris, beaucoup d'encouragements. Non seulement de ma part, mais aussi des médecins», a relaté, sourire en coin, le botteur québécois du Rouge et Noir, jeudi, après l'entraînement des siens.

Sa conjointe Véronique a donné naissance au premier enfant du couple, la veille, sur le coup de 17h01. Une fille de sept livres et quatre onces qui portera le prénom de Mikaela.

«Tout le monde va bien. La maman a été très très forte. Elle a travaillé très très fort et je suis fier d'elle», a tenu à souligner Milo. Les parents attendaient la venue de leur fillette depuis une semaine. «Elle s'est fait attendre. L'accouchement était prévu le 28 juillet.»

Après l'entrevue, Milo s'est dirigé immédiatement vers le vestiaire. «Je retourne à l'hôpital. Si tout va bien, tout le monde va rentrer à la maison en soirée», a expliqué fièrement le nouveau papa, lui qui sera à son poste lors du prochain match contre Edmonton.

«Après cette partie, ce sera congé pendant une semaine», a rappelé Milo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer