Le Rouge et Noir sait aussi courir

Nic Grigsby a brillamment pris la relève au... (Mark Blinch, Archives PC)

Agrandir

Nic Grigsby a brillamment pris la relève au poste de porteur de ballon chez le Rouge et Noir. Travon Van et William Powell, blessés tous les deux, occupaient cette position avant lui.

Mark Blinch, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ligue canadienne de football est une ligue de passeurs et de receveurs, les succès du Rouge et Noir d'Ottawa avec Trevor Harris et compagnie cette saison en sont un autre bon exemple.

Ça n'empêche pas que le jeu au sol conserve une certaine importance et malgré une porte tournante depuis deux ans au poste de porteur de ballon, la formation ottavienne continue de bien se débrouiller à ce chapitre.

Quand William Powell est tombé au combat lors du premier jeu du premier match hors-concours contre Winnipeg avec ce qui devait s'avérer une déchirure du tendon d'Achilles, tous les observateurs pensaient que le Rouge et Noir éprouverait des problèmes à cette position.

Travon Van a cependant pris la relève avec brio, jusqu'à ce qu'il se blesse à son tour à un genou lors du deuxième match de la campagne à Montréal. Il est présentement sur la liste des blessés pour six matches.

Qu'à cela ne tienne, Nic Grigsby, mis sous contrat pour le remplacer alors qu'il vendait des voitures dans un concessionnaire en Floride, a pris la relève sans coup férir et Ottawa se maintient au deuxième rang pour la course dans la LCF avec une moyenne de 99,8 verges par la course par match, en plus d'être égalité au premier rang avec une moyenne de 4,9 verges par portée.

«J'attendais qu'une bonne chance se présente et elle est finalement venue ici. C'est le luxe d'être un agent libre et de ne pas nécessairement avoir besoin d'argent pour vivre. Maintenant, j'ai l'impression d'être au bon endroit, au bon moment», confiait Grigsby mercredi, lui qui a récolté 116 verges de gain en 26 portées lors de ses deux matches, une moyenne de 4,5 verges par course, dont une bonne pour un touché.

«La qualité de nos receveurs fait que notre jeu au sol est ouvert.»

Patrick Lavoie
centre-arrière du Touge et Noir

Cet ancien de Hamilton, Winnipeg et Edmonton a beau avoir eu une moyenne de 5,1 verges par course en carrière, il ne parvenait pas à garder son poste bien longtemps. Il avait pourtant amassé plus de 100 verges pour les Tiger-Cats dans une défaite lors de la finale de la Coupe Grey en 2014.

«C'est ça le football, il faut être à la bonne place, au bon moment. Pas juste pour un demi, c'est comme ça à toutes les positions. J'ai une bonne chance ici, avec une bonne ligne à l'attaque et des gars qui sont affamés après avoir perdu en finale l'an dernier», note-t-il.

La ligne offensive a effectivement été une constante chez le Rouge et Noir, tout comme Patrick Lavoie au poste de centre-arrière pour ouvrir le chemin aux différents demis. Ce dernier a sa petite idée sur la raison des succès continus de l'attaque au sol, malgré tous les changements nécessités par les blessures.

«Ce n'est pas tellement compliqué, la qualité de nos receveurs fait que notre jeu au sol est ouvert. Plusieurs équipes jouent une boîte à cinq (près de la ligne défensive), avec juste trois joueurs de ligne. Donc on veut profiter de ça, du fait d'avoir cinq gars contre cinq gars. Je ne veux rien enlever à Nic Grigsby, qui fait une job incroyable, mais tant que nos receveurs vont ouvrir le jeu aérien, la course va bien aller», estime le Québécois, joueur de la première heure de l'équipe.

Crédit à Grigsby

L'entraîneur-chef Rick Campbell est d'accord, mais donne plus de crédit à Grigsby, qui a rapidement assimilé le livre de jeux de l'équipe.

«On essaie de s'assurer de courir suffisamment avec le ballon pour garder les défensives honnêtes et Grigsby a fait du bon travail depuis qu'il est arrivé, tout comme Travon avant lui. On a eu quelques blessures, mais nos gars n'ont pas utilisé ça comme une excuse. Les gars de la ligne offensive font du bon travail, nous avons eu de la continuité là, ce qui aide», a-t-il souligné.

L'attaque du Rouge et Noir pourrait bien se payer un autre festin vendredi en Saskatchewan alors que les Roughriders sont avant-derniers autant pour la moyenne de verges allouées par la passe (10,0 verges par tentative) que la course (5,3 verges par portée).

Les punitions, le seul problème d'Ottawa

Ils ont beau être invaincus en ce début de saison, tout n'est pas parfait dans le petit monde du Rouge et Noir.

Si tout baigne dans l'huile en attaque, que la défensive est solide et que les unités spéciales sont nettement améliorées, la discipline demeure un problème au sein de la troupe de l'entraîneur-chef Rick Campbell, qui domine largement la Ligue canadienne de football pour ce qui est du nombre de punitions écopées.

Après avoir vu 19 jeux attirer les mouchoirs des officiels jeudi dernier à Toronto, Ottawa en totalise 55 cette saison en quatre matches, soit une moyenne de 13,8 par partie. Ils ont ainsi concédé déjà 507 verges à l'adversaire pour toutes ces infractions, incluant 24 par la défensive et 7 par les unités spéciales.

«On en a parlé. On veut continuer de jouer rapidement et de façon agressive, mais nous devons être intelligents, surtout lors des retours de bottés. Nous avons écopé de quelques punitions qui ont fait reculer notre offensive. Une grande partie du football est de ne pas reculer, de garder les verges que vous avez méritées. C'est certain qu'on doit s'améliorer à ce niveau-là», a souligné Campbell après l'entraînement des siens mercredi.

Celui-ci ne pense pas que ses joueurs pèchent en raison de nonchalance.

«Parfois, les gars ne font pas la différence entre l'effort et l'exécution. Nos joueurs donnent habituellement un bon effort, sauf qu'à l'occasion, ils ne vont pas dans la bonne direction. Il faut donc s'assurer que l'effort est redirigé dans la bonne direction. Jouer au football, ce n'est pas que de jouer rapidement et de façon physique, c'est aussi de jouer intelligemment et de s'assurer de prendre de bonnes décisions sur le terrain», a-t-il ajouté.

À l'approche du match de vendredi en Saskatchewan, le patron chez le Rouge et Noir n'a pas trop l'air de croire les rapports en provenance de Regina à l'effet que le quart partant des Roughriders Darian Durant pourrait rater la rencontre en raison d'une blessure à une cheville.

«J'ai entendu dire qu'il est blessé et qu'il ne jouera pas, mais il peut tout aussi bien se présenter et jouer. Peu importe qui va jouer, l'autre gars (Mitchell Gale) est capable de bien faire aussi, il connaît bien la ligue. Nous allons devoir être prêts, car peu importe qui sera au quart, ils vont avoir un bon plan de match. On va se concentrer sur nous et ça devrait aller», a-t-il noté. Pourtant, son homologue des Roughriders Chris Jones, qui était à la barre des Eskimos d'Edmonton quand ils ont vaincu Ottawa en finale de la Coupe Grey, a confirmé que Gale, ancien de Toronto comme Trevor Harris, sera son partant vendredi.

L'alignement du Rouge et Noir ne sera finalisé que jeudi avant le vol nolisé de l'équipe vers les Prairies, mais tout indique que les demis défensifs Jerrell Gavins et Forrest Hightower seront de retour au jeu après une absence d'un match, tandis que le joueur de ligne offensive Jason Lauzon-Séguin semble destiné à rester sur les lignes de côté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer