Douze heures sur la route

Ben Henri était à Toronto pour voir ses... (Mark Blinch, La Presse Canadienne)

Agrandir

Ben Henri était à Toronto pour voir ses favoris l'emporter, mercredi. Même s'il réside à Montréal, il n'a pas raté un match local depuis le retour d'une franchise de la LCF à Ottawa.

Mark Blinch, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Toronto) Sa casquette du Rouge et Noir bien vissée sur sa tête et portant fièrement le chandail de son équipe favorite, Ben Henri faisait le pied de grue autour du stade BMO. Il attendait l'arrivée des joueurs, trois heures avant le premier botté.

Ces athlètes le connaissent bien. Ce Franco-Ontarien est l'un des irréductibles parmi les partisans de la jeune franchise.

Le sexagénaire n'a raté aucune partie à domicile du Rouge et Noir, même s'il habite à Montréal. « Je descends à Ottawa chaque fois. Je viens voir aussi des pratiques de temps en temps », note-t-il.

On l'a croisé lors de la semaine de la coupe Grey l'automne dernier à Winnipeg. Et mercredi, il s'est tapé un total de 12 heures d'autobus pour aller encourager son club qui jouait en soirée contre les Argonauts à Toronto. « Je suis parti de Montréal à minuit et demi et je suis arrivé ici à six heures et demie le matin (...) Je vais repartir immédiatement après le match. »

Henri a grandi non loin du parc Lansdowne. « L'autre bord du pont sur la rue Bank, souligne-t-il.

«Je pouvais voir de chez nous les joueurs des Rough Riders s'entraîner à l'époque. Certains lançaient même le ballon avec moi quand j'allais au terrain.»

L'entraîneur-chef de cette puissance à l'époque, Frank Clair, aimait lui piquer un brin de jasette. Des échanges qui l'ont marqué durant son enfance.

«Quand le nom du stade a changé, ça m'a fait quelque chose», a-t-il dit de la décision d'OSEG de renommer le stade Frank-Clair en tant que Place TD en 2014.

Le football n'est pas la seule passion de ce préposé à l'entretien. Deux fois par semaine, il devient héros de karaoké dans un bar près du parc Lafontaine, à Montréal.

«Chaque vendredi et samedi», précise Ben Henri, qui enfile parfois perruques et costumes pour animer ces soirées.

«J'ai plusieurs vidéos de moi sur YouTube», note-t-il fièrement.

Même la station TV5 lui a consacré un reportage intitulé «Le Crooner» en 2014.

Burris prend du mieux

Trevor Harris prend tous les moyens afin de s'enraciner en tant que quart-arrière numéro un du Rouge et Noir.

Ses 28 passes complétées en 31 tentatives mercredi constituent un nouveau record de la Ligue canadienne de football (LCF) pour le pourcentage de réussite (90,3 %) dans une partie durant laquelle  le ballon a été lancé au moins 30 fois.

Il s'agissait aussi de son quatrième match de suite de 300 verges ou plus.

Cette performance coïncide avec une récente mise à jour sur l'état de santé du vétéran Henry Burris. Le quart âgé de 41 ans a indiqué mercredi être « en avance d'une semaine » sur sa réhabilitation, lui qui devait manquer entre quatre à six semaines en raison d'une blessure à l'auriculaire de la maison droite.

Joueur par excellence de la dernière saison, Burris est tombé au combat au milieu du match inaugural à Edmonton, ouvrant la porte à Harris, qui s'est imposé en son absence.

Ellingson en relève à Williams

Personne n'a pu arrêter jusqu'ici ce rouleau compresseur que s'avère l'attaque du Rouge et Noir.

Les Argonauts ont pu limiter le meilleur receveur de la LCF, Chris Williams, à 63 verges.

Le hic ? Ottawa a trois autres joueurs dangereux à cette position.

Greg Ellingson a pris la relève en captant neuf passes pour 218 verges. Il a notamment réussi deux attrapés spectaculaires de 69 et 77 verges, évitant notamment quatre plaqués sur une séquence. La seule chose qu'il n'a pas faite ? Marquer un touché.

« C'était tout simplement sa journée, a soutenu le secondeur des Argos, Keon Raymond, après le match.

«La semaine dernière, Williams avait connu un match similaire. Une fois que la saison sera vieille de quelques semaines, nous aurons un peu plus de séquences vidéos à décortiquer à leur sujet, nous connaîtrons un peu mieux leurs tendances. Nous pourrons les ralentir.»

On le verra assez bien. Raymond et les Argonauts affronteront à nouveau le Rouge et Noir le 31 juillet, cette fois-ci à la Place TD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer