Un duo québécois de choc

Antoine Pruneau a eu son mot à dire... (Mark Blinch, La Presse Canadienne)

Agrandir

Antoine Pruneau a eu son mot à dire dans la dernière victoire du Rouge et Noir.

Mark Blinch, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Toronto) Un sac. Deux passes rabattues et une interception dans la zone des buts qui a été annulée en raison d'une pénalité à un coéquipier.

Antoine Pruneau a connu son meilleur match en carrière, mercredi soir, à Toronto. Il fallait voir le sourire sur le visage du secondeur québécois en débarquant du gazon naturel du stade BMO après la victoire du Rouge et Noir contre les Argonauts de Toronto.

«Antoine a réussi de très gros jeux à de gros moments, a pris le soin de souligner l'entraîneur-chef Rick Campbell, dont l'équipe est invaincue après quatre parties en 2016.

«Ce que j'aime de lui, c'est qu'il est un bagarreur. Il ne cesse jamais de travailler, autant en défensive qu'au sein des unités spéciales.»

Une séquence qui a retenu l'attention des patrons du premier choix du Rouge et Noir en 2014? Elle est survenue immédiatement après le touché de Tristan Jackson, qui donnait l'avance 27-20 au quatrième quart.

Pruneau a réussi le plaqué qui a stoppé Larry Taylor sur un retour de botté des Argonauts. Il a répété la même chose ensuite sur le receveur Kenny Shaw lors du jeu suivant, une passe captée sur huit verges.

Le numéro 6 du Rouge et Noir a couronné le tout avec un sac du quart Ricky Ray. Trois jeux réussis en l'espace de 70 secondes qui ont forcé les Argos à dégager le ballon.

«J'ai répondu présent quand nous avions besoin de faire des choses, a soutenu Pruneau.

«Mais j'aurais pu en faire mieux, surtout en début de match. J'ai écopé d'une très mauvaise pénalité.»

Ce dernier a été réprimandé pour avoir retenu un joueur des Argonauts par le collet. Ce qui a coûté 15 verges au Rouge et Noir.

Mais il ne fut pas le seul à errer à ce chapitre.

Ottawa s'est vu décerner 19 pénalités pour 149 verges. Un gros lot de ces infractions a été décerné au premier quart.

«Ça paraissait que nous étions fatigués mentalement et physiquement. Nous étions amorphes. Ça nous a pris du temps à se mettre en marche, a reconnu Pruneau.

Il s'agissait d'une deuxième partie en six jours. «Un quatrième match en 19 jours, a pris le soin de préciser le bloqueur SirVincent Rogers.

«On se l'est dit dans le vestiaire. Nous n'avons vraiment pas joué un bon match, mais nous sommes quand même sortis d'ici avec la victoire. C'est positif ça», a ajouté l'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon.

En voilà un autre qui a brillé au dernier quart lorsque le Rouge et Noir a pris l'avance. Il a réussi deux sacs pour des pertes de neuf verges.

«Un très bon match de la part de mon frère d'armes du côté fort du terrain... Je suis content de voir ça, a lancé Antoine Pruneau en parlant de son coéquipier québécois embauché durant l'hiver à titre de joueur autonome.

«Avant le début de la saison, les gens étaient peut-être un peu inquiets de perdre un joueur de la trempe de Justin Capicciotti. Mais quand tu vois Arnaud faire des jeux comme ça, tu ne peux pas demander mieux. Marcel Desjardins a fait du bon travail en allant le chercher.»

Un commentaire qui a flatté Gascon-Nadon. Mais il a toutefois tenu à apporter un bémol.

«Je pense que j'ai connu mon pire match depuis mon arrivée à Ottawa. Au début de la partie, j'avais les jambes fatiguées. Je n'avais pas d'énergie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer