Harris renoue avec les Argonauts

Trevor Harris est la coqueluche du Rouge et... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Trevor Harris est la coqueluche du Rouge et Noir depuis qu'il est venu en relève à Henry Burris dans le premier match de la saison.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Toronto) Trevor Harris n'a rien d'un type qui baigne dans la nostalgie.

La nouvelle coqueluche du Rouge et Noir a remis les pieds mardi dans la ville où il a passé ses quatre premières saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF). Ses coéquipiers et lui sont débarqués à Toronto sur l'heure du souper en vue de l'affrontement avec les Argonauts prévu mercredi au stade BMO.

« Je crois que vous essayez d'en faire une grosse histoire. Moi, je suis simplement heureux de faire partie de cette équipe-ci », a soutenu Harris, qui s'est joint aux finalistes de la coupe Grey durant l'hiver.

Le numéro 7 avait brillé en 2015 en relève au vétéran Ricky Ray chez les Argos. Il avait terminé la saison avec 33 passes de touché, un sommet dans le circuit.

Mais l'équipe torontoise n'a pas fait un grand effort pour le retenir, préférant miser sur le fragile Ray. Ce qui a ouvert la porte au Rouge et Noir, qui l'a mis sous contrat pour deux ans.

Une décision qui s'est avérée payante.

Le partant Henry Burris s'est blessé dès le premier match et Harris a répondu en complétant 80 % de ses passes pour 1083 verges, neuf touchés et seulement une interception. Ottawa (2-0-1) est invaincu jusqu'ici en trois sorties et s'avère craint par les défensives adverses.

« Je suis chanceux. Je suis très bien entouré. Nous avons de purs sangs à la position de receveurs. Des gars très dynamiques qui rendent mon travail plus facile », a dit Harris en parlant des Williams, Ellingson, Sinopoli et Jackson.

Les journalistes l'ont ramené à plusieurs reprises sur son séjour chez les Argos. Le principal intéressé a essayé d'esquiver les questions comme si c'était un joueur de ligne défensive qui tentait de le plaquer.

« C'est une défensive complètement différente que celle que j'ai connue l'an dernier. Il y a un nouveau coordonnateur défensif à Toronto. Le cahier de jeux n'est plus le même », a-t-il souligné.

Après quelques minutes, Harris a fini par offrir une petite confidence.

« C'est à Toronto que je suis devenu un homme. À mes débuts, j'étais un peu trop sensible et émotionnel. L'entraîneur-chef Scott Milanovich m'a aidé à développer une carapace. Il m'a montré comment me comporter en athlète professionnel. J'ai grandi et je suis très reconnaissant de mes années passées ici. »

Bien à Ottawa ?

Avant de se pointer chez les Argos en 2012, le natif de Waldo, en Ohio, s'est promené.

Mis sous contrat à titre de joueur automne par les Jaguars de Jacksonville en 2010, il n'a jamais percé l'alignement de la formation de la NFL. Ce qui l'a amené à enfiler les couleurs des Rattles de l'Arizona, des Colonials de Hartford, des Mountain Lions de Sacramento et des Predators d'Orlando en l'espace de deux ans.

Si ses récents succès se poursuivent, Ottawa pourrait devenir son domicile pour plusieurs années. « J'espère y rester aussi longtemps que possible », a-t-il dit.

Claiborne ne s'ennuie pas de l'usine d'acides

Imoan Claiborne... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Imoan Claiborne

Patrick Woodbury, LeDroit

Vivre dangereusement, Imoan Claiborne connaît un peu ça.

Son emploi avant de se joindre au Rouge et Noir ce printemps ? « J'ai travaillé dans une usine d'acides en Lousianne, a-t-il relaté, mardi, après un léger entraînement à la Place TD

«Je peux te dire que tu ne veux pas être près des valves quand elles crachent ce produit, a-t-il ajouté en riant. J'ai occupé divers postes là-bas... Jouer au football, c'est nettement mieux.»

Le demi défensif américain s'avère un homme comblé depuis quelques heures. Les entraîneurs lui ont appris qu'il jouerait enfin. Encore mieux, il fera partie de l'alignement partant, remplaçant Jerrell Gavins, le plus récent blessé à rejoindre l'infirmerie.

«Je dois saisir cette opportunité. Mais en même temps, je ne dois pas essayer de trop en faire. Je dois jouer à l'intérieur de mes moyens», a poursuivi Claiborne, 23 ans, un ancien produit de la NFL qui se décrit comme un joueur agressif et rapide.

Son intensité a fait jaser de lui, il y a un an. Il avait asséné un coup de poing au visage de la vedette des Cowboys de Dallas, Dez Bryant. L'incident était survenu durant un entraînement tenu conjointement avec les Rams de St-Louis, dont le demi de 5'10'' et 190 livres faisait partie à l'époque.

«Les gars m'ont justement taquiné avec ça ce matin dans la baignoire à remous. J'ai entendu plusieurs blagues. Nous avons bien ri», a soutenu Claiborne, qui a obtenu aussi un essai chez les Buccaneers de Tampa Bay avant de se pointer ce printemps à Ottawa.

Ce ne sera pas l'unique changement apporté à l'alignement du Rouge et Noir. Le plaqueur recrue Landon Cohen, qui a déjà participé à un match du Super Bowl, disputera aussi un premier match tandis que le vétéran Tristan Jackson prendra la place du demi de coin blessé Forrest Hightower. Il continuera aussi à s'occuper des retours de botté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer