Le vilain « Lemonator »

Le Rouge et Noir retrouvera un ancien allié devenu un ennemi dans les derniers... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Toronto) Le Rouge et Noir retrouvera un ancien allié devenu un ennemi dans les derniers mois. Le « Lemonator » campe maintenant le rôle de vilain chez les Argonauts de Toronto.

Shawn Lemon a brillé dans le peu de temps qu'il a joué à Ottawa en 2015. Il a réussi sic sacs en plus de provoquer trois ballons échappés en neuf parties.

Sauf que durant l'hiver, un divorce acrimonieux est survenu.

L'ailier défensif a demandé au Rouge et Noir de le libérer afin de tenter sa chance à nouveau dans la NFL. L'équipe a acquiescé à sa demande.

Un mois plus tard, Lemon était de retour dans la Ligue canadienne de football (LCF), acceptant de se joindre aux Roughriders de la Saskatchewan pour un salaire plus élevé qu'il touchait dans la capitale. On lui a consenti un pacte de 170 000 $, dont la moitié versée en boni lors de la signature du contrat.

Quelques heures après son embauche, Lemon a été impliqué dans un échange de gazouillis avec son ancien patron Marcel Desjardins. Une altercation qui a fait jaser autour du circuit.

« Au début, ça ne concernait même pas lui. Quelqu'un avait écrit (sur Twitter) quelque chose qui n'était pas factuel. Je l'ai tout simplement corrigé et il (Shawn) a pris ça de la mauvaise façon », a rappelé le directeur général du Rouge et Noir au Droit.

La personne en question, un journaliste de Calgary, affirmait que Hamilton, Toronto et Ottawa étaient en lice avec la Saskatchewan afin de mettre sous contrat Lemon en janvier.

« Faux. Le Rouge et Noir n'a jamais été dans la conversation. C'était par choix », avait répliqué Desjardins sur ce réseau social.

Lemon, 27 ans, a alors décidé de mettre en ligne ce qu'il a clamé être une capture d'écran d'un échange de textos avec le DG, qui lui disait que la porte était ouverte pour lui à Ottawa si son aventure dans la NFL ne fonctionnait pas.

La suite ? Desjardins a écrit que l'équipe n'avait jamais communiqué avec lui depuis son départ, et que les textos en question n'étaient pas les siens.

Le joueur américain a fini par tout effacer de sa page.

Marcel Desjardins dit avoir tourné la page sur cet épisode bizarre. « Ce n'est pas important ces affaires-là », a-t-il soutenu.

Mais il a avoué une chose. « Je n'avais vécu une telle chose auparavant », a-t-il précisé.

Personne ne semble s'ennuyer du Lemonator chez le Rouge et Noir. Et on commence à comprendre un peu pourquoi. Les Argonauts représentent sa 11e formation depuis... 2011.

Il a abouti à Toronto après avoir disputé un seul match chez les Riders, demandant à être échangé. Il était insatisfait du rôle que sa nouvelle équipe voulait lui confier, se retrouvant substitut et non membre de l'alignement partant.

Les Argos ont refilé un quart et un joueur de ligne offensive canadien pour obtenir ses services.

Il fallait poser la question à Marcel Desjardins, même si on se doutait bien de la réponse.

Est-ce que le Rouge et Noir était intéressé à rapatrier Shawn Lemon ? Pas du tout. L'équipe n'a pas contacté les Riders, et vice-versa. « Ils ne nous ont jamais appelés », a précisé le DG franco-ontarien

Une équipe invaincue, mais souvent punie

L'équipe la plus punie en ce début de saison dans la Ligue canadienne de football, c'est elle.

Le Rouge et Noir a beau être le seul club invaincu, il est aussi le plus indiscipliné. Il a écopé de 36 pénalités en trois parties, lui coûtant 368 verges. C'est beaucoup.

Abdul Kanneh est d'accord. «C'est toujours une source d'inquiétude, a avoué le volubile et émotif demi défensif.

«Mais en même temps, ça vient avec le style de jeu que nous pratiquons. Nous sommes rapides et agressifs. Donc, nous allons commettre des infractions parfois. Mais en même temps, il faut trouver une façon d'éliminer certaines pénalités.»

Kanneh a notamment été réprimandé pour rudesse après le jeu lors du dernier match contre Calgary, ce qui a coûté 15 verges aux siens. Ce fut une soirée difficile pour lui, qui a été battu de vitesse à deux reprises avec des receveurs adverses.

«En tant que défensive, nous n'avons pas encore joué à la hauteur de notre potentiel», a-t-il dit.

Un commentaire encourageant quand on consulte les statistiques. Qu'on voit que le Rouge et Noir n'a alloué qu'en moyenne 53 verges de gain au sol par match à l'adversaire.

Aucun autre club n'a été aussi efficace à contrer la course.

«Mes attentes sont élevées. Je m'attends à voir cette équipe demeurer invaincue pendant 18 parties», a lancé Kanneh, un brin rêveur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer