À quand la coupe Grey à Ottawa ?

Jeff Hunt, le copriétaire du Rouge et Noir.... (Archives Le Droit)

Agrandir

Jeff Hunt, le copriétaire du Rouge et Noir.

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Rouge et Noir garde espoir de présenter le match de la coupe Grey en 2017. Mais la LCF tarde à annoncer son choix comme milieu hôte.

Le commissaire Jeffrey Orridge était en ville, vendredi soir, mais il s'est tenu loin des journalistes. Il s'est toutefois entretenu avec un des copropriétaires de la franchise, Jeff Hunt.

« Je lui pose toujours la même question. Et j'obtiens toujours la même réponse », a dit l'homme d'affaires au Droit.

La question ? Quand allez-vous annoncer votre choix ?

La réponse ? Bientôt.

« Je suis optimiste que nous obtiendrons de bonnes nouvelles dans les 90 prochains jours », a affirmé Hunt.

Son organisation a déposé sa candidature durant l'hiver afin d'accueillir la 105e édition du match de la coupe Grey. De plus, quand la LCF a octroyé une franchise à Ottawa, elle se serait engagée à lui accorder la présentation de cette classique dans l'une de ses quatre premières saisons. Ce sera l'An 4 pour le Rouge et Noir en 2017. 

Toutes les concessions reluquent le match de la coupe Grey, qui s'avère une vache à lait. L'édition 2015 a permis à Winnipeg de dégager des profits de 7,1 millions $. Les Roughriders de la Saskatchewan avaient empoché 9,3 millions en 2013. Toronto présentera la finale en novembre au stade BMO, son nouveau domicile.

Hamilton, qui joue sur un nouveau terrain depuis un an, aimerait bien présenter un match de la coupe Grey.  Ottawa a été hôte à six reprises, dont la dernière fois en 2004. Plus de 51 000 personnes avaient assisté à la conquête des Argonauts.

En attendant une annonce, Jeff Hunt peut se consoler en voyant que la lune de miel se poursuit entre le Rouge et Noir et les amateurs d'Ottawa. Le club a franchi le cap des 16 000 abonnements.

« Et on continue d'en vendre encore. Si, à un certain moment durant la saison, on annonce que le match de la coupe Grey s'en vient à Ottawa en 2017, les ventes pourraient continuer à grimper, a souligné Hunt.

«Nous continuons à ajouter de nouveaux partisans. Des gens qui nous ont découverts à la suite de notre parcours l'an dernier vers la finale. Il y a un buzz en ville, plus que jamais.»

Des couches attendent Milo

Chris Milo... (Archives PC) - image 3.0

Agrandir

Chris Milo

Archives PC

Chris Milo se prépare ces jours-ci à se salir les mains.

Un nouveau rôle attend le botteur québécois du Rouge et Noir. Il deviendra papa sous peu.

«D'une journée à l'autre... Nous sommes prêts», a précisé l'athlète âgé de 29 ans. Sa conjointe Véronique entreprend la 37e semaine de sa grossesse.

Il s'agira du premier enfant du couple. Milo assure qu'il a déjà changé des couches auparavant. Celle de sa soeur, qui s'avère sept ans plus jeune que lui.

Est-ce qu'il connaît quelques berceuses? «On verra», a-t-il lancé, sourire en coin.

Son coéquipier Patrick Lavoie, père de jeune garçon âgé de sept mois, lui a refilé quelques conseils. Le plus important?

«Je lui ai dit d'accumuler le plus de sommeil possible, a soutenu en riant le centre-arrière québécois.

«Je suis tellement heureux pour lui, a-t-il ajouté. Ça fait longtemps que Chris veut être papa.»

Les deux joueurs se connaissent depuis longtemps.

Ils ont évolué ensemble pendant quelques saisons à l'université Laval. Leur route s'est séparée à leurs débuts dans la LCF. Pendant que Lavoie prenait le chemin de Montréal, Milo se taillait une place à Régina.

Le sort a voulu que les amis soient réunis l'an dernier.

Milo a été embauché par le Rouge et Noir en juillet 2015. Son brio a permis à l'équipe de se frayer un chemin jusqu'au match de la coupe Grey. Deux jours avant la finale, son épouse lui a appris une bonne nouvelle. Elle lui a montré une photo d'un test de grossesse.

Un autre de ses coéquipiers qui l'a félicité? Le vétéran quart-arrière Henry Burris, père de deux enfants. Il est aussi le voisin du botteur à Ottawa.

«Si nous avons besoin de l'aide, nous pourrons aller cogner chez Hank», a fait remarquer Milo, qui a souvent joué les gardiennes pour les enfants de son coéquipier.

Un premier choix au repos forcé

Jason Lauzon-Séguin... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit) - image 5.0

Agrandir

Jason Lauzon-Séguin

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Jason Lauzon-Séguin a dû se contenter d'un rôle de spectateur, vendredi, lors de la première partie à domicile du Rouge et Noir.

Non, le premier choix de l'équipe au dernier repêchage n'était pas en punition pour une contre performance. Il soigne plutôt un bobo à la tête.

Le directeur général Marcel Desjardins a confirmé au Droit que le garde de l'Est ontarien a subi une commotion cérébrale, le 25 juin dernier, à Edmonton. Les premiers symptômes ne sont apparus que trois jours après cette partie.

«Au début, nous n'étions pas certains si c'était une commotion ou autre chose», a souligné Desjardins.

Le Rouge et Noir a placé le nom de Lauzon-Séguin sur la liste des blessés pour six matches. Mais la direction croit que la recrue pourrait revenir au jeu plus tôt.

«Ce qui est encourageant, il (Lauzon-Séguin) était sur le terrain avec ses coéquipiers jeudi, même s'il ne participait pas à l'entraînement. Mais en même temps, tu ne peux jamais prédire comment les choses vont se dérouler», a soutenu Desjardins.

Le vétéran receveur Matt Carter avait subi une commotion cérébrale lors d'un match hors-concours l'an dernier. Il n'a jamais joué par la suite, annonçant sa retraite quelques semaines après la conclusion de la saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer