Le dilemme du Rouge et Noir

Henry Burris s'est blessé à la main droite... (Jason Franson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Henry Burris s'est blessé à la main droite dans la victoire de 45-37 face à Edmonton.

Jason Franson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La question sera posée sur une base quotidienne lors des trois prochains jours. Un petit deux qu'elle agacera chaque fois l'entraîneur-chef Rick Campbell.

Qui sera le quart-arrière du Rouge et Noir lors de sa visite dans le nid des Alouettes, jeudi soir, à Montréal ? Henry Burris ou Trevor Harris ?

Oui, il y a déjà une controverse de quart-arrière numéro un qui se pointe à l'horizon chez les finalistes de la coupe Grey. Tout ça à la suite d'une victoire spectaculaire dans des conditions difficiles, samedi, à Edmonton. Un gain de 45-37 obtenu en prolongation contre les Eskimos.

Le même club qui avait vaincu le Rouge et Noir en finale l'an dernier.

« Une défaite que nous avions encore sur le coeur. Même les nouveaux joueurs savaient à quel point les vétérans voulaient gagner cette partie-ci », a avoué le botteur Chris Milo au bout du fil.

Une partie gagnée notamment grâce au brio de Harris, appelé en relève à Burris au troisième quart.

Le vétéran âgé de 41 ans et joueur par excellence de la LCF en 2015 s'est blessé au petit doigt de la main droite à un moment crucial.

Les Eskimos venaient de combler un retard et prendre une avance de 21-14 grâce à deux jeux clés en défensive.

Appelé en relève, Harris a répondu dès le premier jeu avec une passe de touché de 71 verges captée par Chris Williams. Un exploit qu'il a répété lors de la séquence offensive suivante.

Puis en surtemps, il a repéré Brad Sinopoli seul dans la zone des buts pour le touché victorieux. « Trevor a réussi un travail extraordinaire, surtout avec ce missile comme toute première passe, a dit son coéquipier et receveur Greg Ellingson. C'est pour ça que l'équipe l'a embauché. »

Le Rouge et Noir a mis sous contrat l'ancien quart des Argonauts de Toronto durant l'hiver afin de succéder à Burris en 2017.

Mais aussi, il voulait se doter d'une police d'assurance au cas où que son joueur vedette se blesse.

Le nouveau numéro 7 a complété 17 de 19 passes, dont trois pour des touchés, pour des gains de 292 verges. Burris n'avait pas mal fait avant de quitter le jeu. Ses statistiques ? 23 passes complétées pour 251 verges, un touché et une interception.

Après le match, Harris a tenté de calmer le jeu des spéculations.

« Quelqu'un m'a dit il y a longtemps qu'être quart substitut, c'est comme un lanceur de relève au baseball. Tu dois être prêt à jouer n'importe quand, a-t-il dit.

«Mais cette victoire-ci n'est pas seulement grâce à moi. Il y a la ligne offensive qui a effectué de l'excellent boulot, les receveurs aussi (...) Mon rôle demeure d'appuyer le joueur par excellence de la saison dernière, un futur membre du Temple de la renommée... et surtout tout un monsieur.»

Rick Campbell, lui, a répété après la partie que la blessure à Burris ne semblait pas sérieuse. Qu'il serait le quart partant contre les Alouettes si sa santé lui permet.

Et Burris ? Il a dit que sa main était un peu enflée, qu'il ne voulait rien risquer en revenant dans le jeu contre les Eskimos.

«Puis Trevor faisait de l'excellent travail, a-t-il soutenu aux médias d'Edmonton. Il n'y avait aucune raison pour moi de précipiter mon retour. Il est un jeune homme voué à un bel avenir. Ceci n'est que le début pour lui ici.»

Oui, les prochains jours seront très intéressants à la Place TD.

Milo toujours aussi fiable

Le botteur du Rouge et Noir, Chris Milo,... (Jason Franson, La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Le botteur du Rouge et Noir, Chris Milo, a réussi un placement de 55 verges dans les dernières secondes du match pour force la prolongation, samedi à Edmonton.

Jason Franson, La Presse Canadienne

Dire que les Roughriders de la Saskatchewan ne voulaient plus de lui à pareille date l'an dernier.

Chris Milo continue de prouver qu'il n'avait rien d'un botteur fini. Il a joué encore les héros obscurs, samedi, dans la première victoire de la saison régulière du Rouge et Noir.

Son placement de 55 verges dans les dernières secondes en temps réglementaire a forcé la prolongation. Et dire que le joueur québécois n'avait jamais fait mieux que 52 verges auparavant en carrière dans la LCF. Et c'était en match hors-concours, a-t-il pris le soin de préciser au journaliste du Droit.

« Un excellent botté qui aurait même été bon sur 60 verges, a noté pour sa part Rick Campbell.

«Chaque personne a un rôle à remplir. L'offensive a connu une belle séquence afin de me donner cette opportunité de placement, a soutenu Milo. Puis c'est toujours le fun de voir que les entraîneurs ont confiance en toi comme ça. Moi, je ne voulais pas les décevoir.»

C'est bien la dernière chose qu'il a faite jusqu'ici depuis son arrivée chez le Rouge et Noir en juillet 2015. Son pied droit a permis aux siens de gagner deux à trois parties additionnelles en route vers la finale de la LCF.

Milo a réussi quatre placements contre les Eskimos. En l'absence de Ronnie Pfeffer qui est blessé, il a aussi brillé lors des bottés de dégagement, forçant l'adversaire à entamer ses séquences offensives près de sa ligne des buts.

Ce dernier préférait parler de l'importance de la victoire, au lieu de ses succès. «Edmonton, ce n'est pas un endroit facile où gagner, a-t-il rappelé.

«Ce ne fut pas un match parfait de notre part. Il y a plusieurs choses à corriger. Mais nous avons fait preuve encore une fois de caractère. Nous n'avons jamais arrêté de nous battre.»

Parmi les trucs à améliorer, il y a les unités spéciales. Les Eskimos ont bloqué un botté de dégagement du Rouge et Noir pour inscrire un touché.

Ce n'était pas la faute à Milo. Un de ses coéquipiers n'a jamais stoppé un adversaire qui filait à toute allure vers le botteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer