Le Rouge et Noir répète sous la pluie

L'équipe n'a jamais songé à annuler l'événement auquel... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'équipe n'a jamais songé à annuler l'événement auquel une poignée d'irréductibles partisans a assisté.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même un déluge ne peut arrêter le Rouge et Noir dans sa préparation en vue de la nouvelle saison de la LCF.

Les finalistes de la Coupe Grey ont tenu à disputer leur premier match intra-équipe du camp d'entraînement, même s'il pleuvait sans arrêt sur la Place TD, dimanche après-midi. «Au moins, il ne neigeait pas, a lancé le quart-arrière Henry Burris.

«Avec les soubresauts de dame Nature ces dernières semaines, ça ne m'aurait nullement surpris», a-t-il ajouté, sourire en coin.

L'équipe n'a jamais songé à annuler l'événement auquel une poignée d'irréductibles partisans a assisté.

«C'est ça le football. Peu importe la température, tu dois jouer, a rappelé le receveur floridien Greg Ellingson. De toute façon, j'ai déjà vu pire à ma deuxième saison à Hamilton. J'ai joué sur une surface inondée par endroits.»

Un peu plus loin, le bloqueur SirVincent Rogers pestait.

«C'était un bon test pour nos jeunes joueurs. Un aperçu de ce qui les attend en matches hors concours, a-t-il souligné. Mais visiblement, nous avons du travail encore devant nous.»

Et comment.

Le demi-offensif Travon Van a échappé trois fois le ballon. Jamais une bonne façon d'impressionner de futurs patrons. La qualité de quelques passes du vétéran Burris, qui a fêté ses 41 ans samedi, laissait à désirer.

En revanche, le maraudeur John Boyett a réussi une interception. Et le jeune vétéran Brad Sinopoli a capté toutes les passes en sa direction, que le ballon soit glissant ou non. Il affiche déjà la forme lui ayant permis de gagner le titre de joueur canadien par excellence en 2015 dans la LCF.

Le botteur Ronnie Pfeffer a réussi un long dégagement de 76 verges.

Le Rouge et Noir a fait appel à un groupe complet d'officiels en vue de cette partie intra-équipe. Il y a pluie de mouchoirs.

«La chose qui m'a déçu le plus, c'est qu'il y a eu beaucoup trop de pénalités, a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell en parlant du rendement des nombreuses recrues.

«Il faudra travailler là-dessus. Nous avons besoin d'une meilleure performance lorsque les Blue Bombers de Winnipeg viendront en ville lundi prochain.»

Une autre semaine d'entraînement attend l'équipe avant cette première joute hors-concours.

Le directeur général Marcel Desjardins a déjà établi sa priorité en vue de cette semaine en question. 

«Qu'on demeure en santé», a-t-il lancé à un certain moment durant une discussion avec les journalistes.

Ce dernier a confirmé que son club garde un oeil sur ce qui se passe ailleurs dans la LCF. Certaines formations rivales pourraient libérer des joueurs canadiens susceptibles d'intéresser Ottawa.

Le Rouge et Noir, lui, a fait un nouveau ménage dans ses effectifs durant le week-end, remerciant le plaqueur Jake Ceresna et le receveur Tyler Shoemaker tout en annonçant la mise sous contrat du receveur Austin Hill et du joueur de ligne défensive Kris Redding. Quatre joueurs qui détiennent un passeport américain.

Le camp d'entraînement fera relâche pour une journée lundi. Ce sera place au premier congé.

Tous les joueurs seront de retour sur le terrain mardi à l'Université Carleton.

Draheim a gagné sa bataille cardiaque

Chaque nouvelle équipe à laquelle il se rapporte lui pose la même question. Tommie Draheim doit parler de son coeur.

«Je suis né avec un trou dedans... Une malformation congénitale», a relaté dimanche le bloqueur américain qui s'impose de plus en plus chez le Rouge et Noir. Il a été promu au sein de la première unité de la ligne offensive durant le week-end.

Draheim n'a jamais dû être opéré. Les médecins l'ont placé à l'époque dans un incubateur.

«Le trou s'est refermé de façon naturelle. Je mène une vie normale depuis ce moment», assure-t-il du haut de ses 1,93 m (6' 4") et 140 kg (309 livres).

Il reste que son état de santé va toujours préoccuper ses employeurs. Son papa Damon est devenu le 1000e patient de l'État du Utah à recevoir un nouveau coeur, il y a huit ans.

Fiston Draheim rappelle qu'il n'a jamais échoué à un test médical. Que jamais les docteurs ne lui ont interdit de jouer au football. 

Ottawa s'avère son huitième arrêt de son parcours chez les pros.

Six clubs de la NFL l'ont rejeté au fil des ans. Puis l'hiver dernier, ce fut au tour d'une équipe de la LCF.

Les Lions de la Colombie-Britannique n'ont pas prolongé son contrat après une seule saison chez eux. Le joueur âgé de 27 ans a rapidement reçu un appel du Rouge et Noir, qui l'avait dans sa mire depuis longtemps.

Son nom s'était déjà retrouvé sur la liste de négociation d'Ottawa durant son aventure dans la NFL.

«Je sais qu'il y a un poste disponible ici avec le départ de Colin Kelly», dit-il.

Ce dernier a marqué plusieurs points depuis sa promotion. Le dg Marcel Desjardins a laissé entendre que Draheim avait l'avance en ce moment sur ses principaux rivaux.

«Mais il est encore tôt. Il reste quelques semaines encore», a rappelé Desjardins.

Un autre Américain, Jake Sillas, de même que les Canadiens Nolan MacMillan et Jason Lauzon-Séguin bataillent pour ce poste.

«Nous pourrions toujours opter pour un joueur canadien, mais j'en doute, a avoué Desjardins. Mais il est encore tôt pour dire si nous allons choisir le plan A, B ou C.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer