La grande famille du Rouge et Noir prend du poids

Le vétéran Zack Evans a décidé de déménager... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le vétéran Zack Evans a décidé de déménager pour de bon dans la capitale avec sa conjointe et son jeune garçon de 16 mois.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Zack Evans va peut-être se lancer dans l'élevage de volaille dans les prochaines années dans l'arrière-cour de sa nouvelle demeure à Ottawa.

Son jeune garçon a développé rapidement un appétit de bûcheron. «Il n'a que 16 mois et il dévore déjà une poitrine de poulet à lui seul», a soupiré le plaqueur défensif canadien du Rouge et Noir.

«Il pèse près de 40 livres (18 kg). C'est déjà un géant. Je le trouve incroyable. Je l'aime tellement.»

Âgé de 25 ans, Papa Evans n'est pas petit non plus. Il fait 1,93 m (6' 4") et 132 kg (290 livres).

Le jour où fiston bouffera un poulet complet ne s'avère peut-être pas si loin que ça.

«C'est pour ça que Zack a obtenu une importante augmentation de salaire», a lancé un des entraîneurs, Bryan Chiu.

Le Rouge et Noir a accordé en janvier un nouveau pacte de deux ans au vétéran de cinq saisons dans la LCF. C'est le seul membre de la ligne défensive qu'elle a réussi à retenir dans la capitale.

Shawn Lemon, Keith Shologan et Justin Capicciotti ont tous pris la direction des Prairies durant l'hiver. «C'est dur de voir ces gars-là quitter. Mais il y a des jeunes qui sont prêts à prendre la relève. Je les vois depuis le début du camp d'entraînement. Ce sont des types intelligents. Des éponges qui absorbent tout ce que nous leur disons», a dit Evans.

«Nous serons OK.»

Evans a terminé deuxième au sein du Rouge et Noir avec sept sacs en 2015. Il a réussi 17 plaqués.

Mais surtout, il s'est retrouvé dans les faits saillants de l'année dans la LCF en raison d'un touché inscrit à Edmonton. Il a intercepté une passe, ramenant le ballon sur 66 verges.

Un exploit qu'il aimerait répéter cet été.

Une séquence qui lui a aussi valu de se faire taquiner par ses collègues de travail cet hiver en Saskatchewan. «Je suis opérateur de machinerie lourde à une raffinerie. Les gars trouvaient que j'étais un peu trop lent à leur goût à courir avec le ballon», a confié Evans.

Sa réplique?

«Avez-vous déjà couru sur 66 verges?»

Anecdotes de déménagement

Le jeune vétéran du Rouge et Noir n'a jamais été aussi loquace dans une entrevue depuis son arrivée à Ottawa via le repêchage d'expansion en 2014. Il n'a jamais été aussi drôle.

Tiens, il a jasé de son périple de 3600 km entre Régina et Ottawa, il y a une semaine et demie. Un trajet qu'il a commenté via Twitter chaque jour.

«Je tirais une remorque contenant tous nos effets personnels, car nous avons déménagé officiellement à plein temps à Ottawa. Je m'étais déjà tapé cette route avec ma conjointe dans le passé, mais empruntant les autoroutes en sol américain. Cette fois-ci, j'ai roulé en sol canadien.»

Un choix qu'il a regretté.

«À la hauteur du lac Supérieur, ce n'était qu'une voie et la limite de vitesse était fixée à 90 km/h. C'était lent. C'était vallonneux. Et surtout, j'ai passé mon temps coincé derrière des camions transportant des billots de bois.»

«Deux pour un» malheureux pour Arto Khatchikian

Arto Khatchikian... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Arto Khatchikian

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Le verdict des médecins est tombé. Celui de l'équipe aussi.

Le secondeur recrue Arto Khatchikian souffre d'une déchirure du ligament croisé antérieur à un genou. Ce n'est pas tout. «Il y a aussi rupture du ménisque. C'est un deux pour un...», a laissé tomber le joueur québécois, jeudi après-midi.

Le choix de septième ronde était de bonne humeur malgré les mauvaises nouvelles. Plus tôt en matinée, le Rouge et Noir avait décidé de le libérer puisqu'il ne pourra pas jouer avant six à neuf mois.

«Je reste positif. L'organisation est bonne. J'ai vécu une bonne expérience pendant trois jours. C'est malheureux ce qui s'est passé, mais ça arrive. Plusieurs athlètes ont pu revenir très forts de ce genre de blessure.»

Le directeur général Marcel Desjardins a pris le soin de lui jaser avant qu'il retourne chez lui en banlieue de Montréal. «Une bonne conversation qui va demeurer entre lui et moi», a-t-il pris le soin de dire.

D'autres départs

Khatchikian, âgé de 25 ans, faisait partie des sérieux candidats pour un poste au sein des unités spéciales.

Il n'est pas le seul joueur blessé qui a été remercié jeudi par l'organisation. Le garde Ethan Charters et le bloqueur Joseph Treadwell ont aussi subi un sort similaire.

Le Rouge et Noir a aussi annoncé la mise sous contrat d'un autre joueur de ligne offensive originaire des États-Unis. Jermaine Barton fait 2 m (6' 7") et 151 kg (332 livres). Il a évolué à Illinois State. Une blessure à un genou lui a coûté un essai dans la NFL à sa sortie des rangs collégiaux en 2015.

Une dernière nouvelle en provenance de l'infirmerie? Elle concerne le demi de coin Abdul Kanneh. Sa participation à l'entraînement a été minime jeudi. Pas qu'il traîne une blessure. Le volubile joueur défensif a dû subir un traitement de canal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer